Joli coup de filet du commissariat de Kati : Cinq cambrioleurs et un faussaire mis hors d’état de nuire

Commentaires fermés [-] Texte [+] Email Imprimer

Le Commissariat de police de Kati vient de réussir un joli coup de filet en mettant hors d’état de nuire cinq cambrioleurs et un faussaire.

S’agissant de la première affaire, des casseurs de boutique, il convient de signaler que, mi-décembre, la police avait reçu des informations d’une source, ayant requis l’anonymat, signalant les mouvements d’un individu qu’on voyait sortir nuitamment avec des objets suspects dans une maison en chantier à Kati Hèrèmakono.

Les hommes de Dramane Kéïta, Chef de la Brigade de Recherches, se firent alors un devoir de surveiller les parages. Poursuivant leur travail de surveillance, les éléments de la B R ont  aperçu des individus en train de faire des va-et-vient dans la cour. Ce qui a paru bizarre aux yeux de l’équipe de surveillance. Aussi ces agents n’ont-ils pas hésité à faire irruption dans la chambre s’y trouvant.

Ils tomberont sur des individus  en train de faire le tri de diverses marchandises dans des sacs à riz de 50 kg: thé, boîtes de sardines, cartons de cubes Maggi, sucre, pots de mayonnaise, morceaux de savon…Trois individus seront appréhendés par les policiers, au nombre desquels Makan Barry, Ali Diallo et Sidiki Sagara. Ils seront interpellés et conduits au Commissariat de Kati pour raison d’enquête.

Interrogés, ils ont reconnu sans ambages les faits et déclaré que le dernier butin trouvé sur eux avait été enlevé dans une boutique à Malibougou. Divers autres boutiquiers de Kati figurent sur la liste de leurs victimes. Dans la foulée, ils ont dénoncé d’autres complices, dont Amadou Diallo et Djiguiba Sidibé, qui sont des collaborateurs de Bamako. Après l’arrestation de ces malfrats, leurs victimes, notamment les habitants de Malibougou qui ne dormaient  plus que d’un œil,  ont poussé un grand ouf de soulagement.

La deuxième affaire met en scène  un individu du nom de Moussa Konaté. Le vendredi  4 janvier, aux environs de  21 h,  s’étant rendu dans un bar situé non loin du poste de contrôle de Kati-Farada, il se dirigea vers le barman avec un billet de 10 000 FCFA  pour une première commande de boisson alcoolisée, en l’occurrence 2 sachets de gin et un litre de vin, pour un total de 1 500 FCFA. Il partit avec les boissons et la monnaie. Quelques instants après, il revint  au comptoir avec un billet de 5 000 FCFA. C’est à ce moment que le gérant s’est rendu compte  que ce billet était faux à l’instar du premier billet de 10 000 FCFA.

Il les montra aux autres clients, fit asseoir à côté de lui Moussa Konaté, avant d’appeler le propriétaire du bar. C’est ainsi que le délinquant fut conduit au Commissariat de Kati. Après une fouille, d’autres faux billets furent trouvés sur l’individu, pour un montant de 47 000 FCFA, soit 2 billets de 10 000 FCFA, 5 billets de 5 000 FCFA et 4 billets de 500 FCFA.

Moussa Konaté, qui se fait passer pour un apprenti chauffeur sur  un camion-remorque, tenta de noyer le poisson en faisant croire aux policiers que les faux billets sont appartenaient à son patron, qui demeure encore introuvable. Les hommes du Commissaire divisionnaire Tiantio Diarra dit Badra, en l’occurrence les éléments de la Police Judiciaire, estiment que Moussa Konaté fait partie d’un réseau de faussaires qu’ils se feront un devoir de démanteler.

Hamdi Baba

SOURCE:  du   17 jan 2013.