Kalaban coura sud extension Les riverains du marigot menacés d’inondation à cause des constructions anarchiques

    0
    0

    Les habitants proches du marigot situé entre le rond point du monument dit «Sogolon» et la route appelée «30 mètres» se plaignent des constructions anarchiques. Ces bâtisses qui obstruent le cours d’eau risquent de provoquer, plaise à Dieu, durant l’hivernage prochain, des inondations dans les zones basses de Kalaban Coura sud extension en Commune V du district de Bamako.


    L’assainissement du cadre de vie doit être un combat quotidien de tout individu. Mais la population riveraine du marigot de Kalaban Coura sud extension ne vit pas aujourd’hui dans un environnement enviable. En effet, une bonne partie des concessions du quartier court le risque de connaitre des inondations durant l’hivernage prochain. Ce qui va, sans nul doute, mettre la vie des personnes en danger.


    Soucieux de son environnement en général et particulièrement de son bien être, le 08 Janvier 2012, la population de Kalaban Coura sud extension s’est réunie en Assemblée générale pour évoquer les menaces qui pèsent sur elle. Ils ont fait parvenir leurs inquiétudes aux autorités compétentes notamment au ministre de l’administration territoriale, à celui de la sécurité intérieur, aux députés de la Commune, au maire du district et aux chefs du quartier. Objectif : trouver une solution durable et appropriée à leur problème.


    L’assemblée générale demande l’arrêt immédiat des travaux en cours et la démolition du mur construit dans le lit afin de libérer l’emprise du marigot. Ainsi le Mercredi 18 Janvier 2012, a eu lieu à la mairie de  la Commune V, la rencontre d’une forte délégation de la population de  Kalaban Coura avec le maire Boubacar Bah dit Bill. C’était une manière déguisée, semble-t-il, de fustiger la fuite de responsabilité qu’a fait preuve le maire Bah face à cette situation. Celui-ci, au lieu de prendre connaissance du contenu du document qui lui a été remis par l’assemblée, a quitté la salle sans donner aucune explication. Questions : pourquoi ce comportement irresponsable du maire Boubacar Bah dit Bill ? Est-il complice ou a-t-il oublié la mission qui lui est confiée ? Difficile à répondre.


    En tout cas, quand on accepte d’être leader on doit accepter toutes les critiques. On doit aussi se mettre en tête qu’on est un personnage public. En effet, au lieu de s’en prendre à la presse en la dépossédant de son appareil, comme ça été le cas Mercredi 18 Janvier, le maire doit plutôt se soucier des préoccupations et attentes de la Commune. Les journalistes ne font que leur travail d’information, de sensibilisation et de dénonciation. Quant à la population de Kalaban Coura, elle entend poursuivre son combat par des voies légales en vue d’obtenir gain de cause.
    Affaire à suivre…
    Bréhima Coulibaly

    NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.