La police Sikassoise en guerre contre les bandits et les truands : Une préoccupation première

    0
    1

     

    C’est un constat fait sur place. Les hommes du Contrôleur Général de Police Moussa Sissoko ( qui n’est plus à présenter car c’est un Officier de Police exemplaire) appuyé par le Commissaire Diotigi Sidibé et de son adjoint, le jeune Compol Jean Marie Dabo, un vrai flic traqueur de malfrats en se référant à leurs résultats sur le terrain : mise en déroute des nids criminogènes de la capitale du Kénédougou et au-delà, arrestations de malfrats ayant échappés aux mailles de filets des Commissaires et Commandants de Brigade de Bamako, sont arrêtés et écroués après aveux.

     Récemment c’est le grand bandit Sacko qui avait tiré sur un autre devant l’espace culturel très connu à l’entrée de « Magnambougou Faso Kanou », vient d’être arrêté par les limiers du Premier Arrondissement de Police de Sikasso dirigés par le Compol Diotigi et son adjoint le virevoltant Jean Marie Dabo. Un Flic qui ne badine pas selon certains habitants de certains quartiers dont Sanoubougou, Wayerma, Mamasoni et autres. Les enquêtes sont en cours pour déterminer ses complices. « En tout cas, à Sikasso, ce qui est frappant l’insécurité a beaucoup baissé et les populations peuvent vaquer à leurs occupations », nous confie un vieux de Médine.

    Pour le DR Sissoko en bon Officier, il a laissé entendre qu’ils font leur travail sans autre commentaire. N’en parlons de ses subordonnés qui préfèrent en pas prononcer un mot. « Ce qui compte c’est assurer la sécurité des populations et de leurs biens. La mission première », nous confie un agent.

    De nos jours, les habitants que nous avons interrogés sont très satisfaits de l’équipe du Contrôleur Général de Police Sissoko. « Ces gens là ne badinent pas », a martelé un jeune mélomane que nous avons rencontré devant un dancing.

    Bokari Dicko, envoyé spécial

    NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.