La Saint Sylvestre : La nuit des coups de foudre…

    1

    Plusieurs rencontres fortuites débouchent, trÚs souvent, sur le mariage.

    La nuit du 31 décembre est magique c'est la premiÚre foi que je te rencontre et tu retiens déjà mon attention

    L’annĂ©e 2011 tire vers sa fin. La ville de Bamako est en liesse. La nouvelle annĂ©e 2012 va naĂźtre dansquelques jours. Tous les grins de jeunes sont plongĂ©s dans les prĂ©paratifs des dĂźners dansants de la Saint Sylvestre. Cette nuit est magique. Elle favorise toutes sortes de rencontres. Les jeunes sapĂ©s, comme on ne peut plus, se bousculent sur les pistes de danse. Ils se chahutent dans la joie. Plusieurs font de nouvelles connaissances. C’est en ce moment que la main de Dieu caresse certains esprits et certains cƓurs.

    Le coup de foudre frappe souvent deux jeunes gens qui se voient pour la premiĂšre fois. Ils ne se sĂ©parent plus au cours de la soirĂ©e du « 31 DĂ©cembre ». « Les foudroyĂ©s » par la flĂšche de l’amour subissent dĂ©jĂ  les commentaires encourageants mais pleins de sous entendus des copains. Plusieurs de ces couples circonstanciels construisent des relations solides qui dĂ©bouchent sur le mariage. C’est le cas du couple Karim et Assitan K.

    Le jeune Karim a rencontrĂ© sa femme au cours d’un dĂźner de « 31 » organisĂ© avec des amis. Elle Ă©tait accompagnĂ©e par la femme d’un ami. Le jeune tĂ©moigne de sa passion fulgurante pour AK.« Tout a commencĂ© au cours de cette nuit lĂ . Je n’avais mĂȘme pas en tĂȘte l’idĂ©e du mariage. Mais quelques mois aprĂšs j’ai pensĂ© Ă  Ă©pouser la fille calme et gentille dont j’avais fait la connaissance au cours de la nuit de la Saint Sylvestre. On se comprenait bien. C’était une occasion Ă  ne pas rater. Je n’avais pas un bon emploi, mais je me dĂ©brouillais bien pour gagner ma vie. >> La jeune femme a rĂ©pondu Ă  hauteur de souhait Ă  la flamme de son amoureux. Elle l’a assurĂ© de son dĂ©sir de bĂątir avec lui un avenir commun. Karim dĂ©clare qu’il n’a jamais rencontrĂ© de difficultĂ© de comprĂ©hension de la part de sa femme. Elle le soutenait dans tous ses projets et elle amĂ©liorait trĂšs souvent les propositions de son amoureux.

    ProblĂšme de caste. Mais le seul hiatus se situait au niveau de sa future belle famille Ă  cause d’un problĂšme de caste. Mme K nous a affirmĂ© que sa famille est trĂšs regardante sur ce cĂŽtĂ©. « L’idĂ©e de noblesse compte beaucoup pour ma famille. » dĂ©clare-t-elle. Elle a expliquĂ© que ses parents avaient carrĂ©ment refusĂ© leur union, parce que son mari est « mabo ». Pour convaincre ses parents elle a expliquĂ© Ă  sa famille que son mari ne pratique pas le mĂ©tier des « mabos ». « Je suis passĂ©e par tous les chemins pour convaincre les sages de ma grande famille.

    C’est ainsi que j’étais obligĂ©e d’élaborer un plan. J’ai expliquĂ© Ă  tout le monde que j’étais enceinte de lui. Les parents mis devant le fait accompli ont cĂ©dĂ©. Ils ont bĂ©ni note union. Nous somme trĂšs heureux aujourd’hui dans notre foyer. Nous sommes Ă  notre cinquiĂšme annĂ©e de mariage et nous avons deux garçons » rĂ©vĂšle Mme K. Le haut cadre H. D et sa femme sont aussi des amoureux qui se sont connus dans la nuit de la Saint Sylvestre. L’histoire de ce jeune couple date de la soirĂ©e du 31 dĂ©cembre en 2005.

    Le jeune H. D venait de s’installer dans un nouveau quartier oĂč vivait dĂ©jĂ  son cousin. Il a demandĂ© l’aide de son parent pour faciliter son intĂ©gration dans le milieu des jeunes. Il commença Ă  frĂ©quenter un grin. Le mois de DĂ©cembre arriva. Le groupe organisa un dĂźner de « 31 ». C’est ainsi que Mme D a Ă©tĂ© prĂ©sentĂ©e Ă  H. D par le biais de la cavaliĂšre de son cousin. Ils ont pu faire davantage connaissance au cours de la nuit du rĂ©veillon. Durant toute une annĂ©e le couple se frĂ©quentait et entretenait de trĂšs bonnes relations. Mais le « hic » est que les tourtereaux Ă©taient de deux ethnies diffĂ©rentes. L ‘aide de la grande mĂšre de Madame D a Ă©tĂ© prĂ©cieuse. La vieille femme a eu de la sympathie pour H. D. dĂšs leur premier entretien. Elle se chargea de convaincre le reste de la famille de respecter l’amour des deux jeunes.

    C’est Ă  la fin de l’annĂ©e 2007 que le couple s’est mariĂ©. Toute la famille aujourd’hui se fĂ©licite d’avoir appuyĂ© le mariage de Mme D et de H.D. Leur couple baigne dans le bonheur. Le couple D est trĂšs heureux dans son foyer qui a accueilli la naissance d’un garçon de trois ans. L’élĂ©gante M.B aussi a vĂ©cu l’aventure heureuse dans la nuit du « 31 ». Elle a croisĂ© celui qu’elle Ă©pousera plus tard dans la nuit de la Saint-Sylvestre. Elle se trouvait au milieu d’un groupe de jeunes filles qui n’avaient pas Ă©tĂ© invitĂ©es Ă  aucune des multiples soirĂ©es de jeunes. Cette fille d’une famille modeste se promenait dans son quartier aux environs de minuit. Elle voulait assister de loin Ă  l’illumination de Bamako Ă  minuit pile par les feux d’artifice et le tintamarre provoquĂ© par les milliers de pĂ©tards.

    Le seul dĂ©sir de la humble M.B Ă©tait de vivre en direct sur l’écran gĂ©ant du ciel Ă©toilĂ© la fin d’une annĂ©e et la naissance de la nouvelle. Les filles Ă©taient enthousiastes devant le spectacle fĂ©Ă©rique qui se dĂ©roulait au dessus de la capitale. Au cours de cette pĂ©rĂ©grination le chemin de M.B croisera celui d’un beau jeune homme solitaire. Il la taquina et enclencha une causerie plaisante en marchant Ă  cĂŽtĂ© d’elle.

    Le jeune galant invita M.B et ses deux amies Ă  grignoter quelques brochettes devant l’étal d’une cuisiniĂšre de talent entourĂ©e par une meute de clients. Les deux jeunes se sĂ©parĂšrent Ă  l’aube aprĂšs s’ĂȘtre promis de se revoir dans l’aprĂšs-midi du 1er Janvier. La belle idylle a continuĂ© pendant seize mois ». Ces couples nĂ©s quand la ville est en liesse sont des exceptions Ă  un adage qui conseille aux jeunes gens de ne pas choisir leur fiancĂ©e un jour de fĂȘte.

    Nanamoye TOURE

    PARTAGER

    1 commentaire

    Comments are closed.