L’administration des aéroports du Mali paralysée : Le Personnel en sit-in demande le départ de la PDG

    0
    0





    Cette situation perdure depuis le 06 décembre dernier lorsque le collectif des femmes des Aéroports du Mali a débarqué à la Direction Générale sis à l’aéroport de Bamako-Sénou suite à des sanctions qu’il juge « disproportionné » à l’encontre des membres du collectif qui se sont solidarisés avec le syndicat se battant des mois durant contre « la privatisation sauvage » des Aéroports du Mali voulue et entretenue par le département des transports via la Présidente Directrice Générale, Mme Thiam Aya Diallo. Votre journal a tenté de comprendre les raisons de la détérioration du climat déjà délétère des mois durant.


    En guise de rappel, c’est le 14 décembre 2007, contre toute attente que Mme Thiam Aya Diallo a été nommé en lieu et place de Mme Tabara (une dame sans histoire qui est connue pour sa sociabilité et son respect pour le personnel et les partenaires des ADM).

    Pourtant, il y a des mois, votre journal avait attiré l’attention de l’opinion nationale et internationale sur la cabale en cours pour privatiser les ADM au mépris des mises en garde du comité syndical dirigé par M. Mamadou Camara et ses camarades qui seront brimés, traînés dans la boue par une Direction Générale dirigée par une femme sans état d’âme et épaulée par tenez-vous bien par «Un Colonel » de notre Armée et qui fut patron de la DIRPA avec toutes ses tares et  erreurs. Nous n’avons pas été écoutés. Il y a eu que du mépris. «Aujourd’hui que la chose a pourri, attendons de voir la réaction des mentors d’Aya Diallo et acolytes aux ADM », martèle un travailleur.

    Le ras-le-bol généralisé

    Selon la présidente du Collectif des femmes des ADM, Mme Aminata Touré entourée de Mme Kadiatou Ly et de Mme Coulibaly Rokia Kéïta que nous avons rencontré à l’aéroport de Bamako-Sénou : « la goutte d’eau qui a débordé le vase est la mutation de certaines de nos camarades du collectif ( à Gao et Kayes) pour avoir appuyé le bureau syndical dans sa lutte contre une privatisation sauvage des ADM ; la mauvaise gestion, le manque de respect à notre encontre ( donc le mépris) ; la relève de plus de 50% des membres du Comité syndical de leurs postes avec des mises à pied disproportionnées ». La présidente enfonce le clou en précisant que le mépris de Mme Thiam Aya Diallo est de « refuser d’appliquer une décision interministérielle signée par 12 Ministres de la République sans compter le protocole d’accord signé entre le Gouvernement et l’UNTM exigeant la régularisation des travailleurs frappées par des mesures injustes. Surtout l’article 13 parle de cela. La PDG refuse de l’appliquer. Pire, elle sanctionne aveuglement tous ceux qui ne sont pas d’accords avec leur privatisation sauvage. C’est pour cela que nous avons décidé d’accompagner le syndicat. Et depuis le 06 décembre dernier, nous avons élu domicile devant les bureaux des ADM à l’aéroport de Bamako-Sénou jusqu’à ce que cette dame soit relevée de son poste ». « Nous voulons que son départ car, trop c’est trop. Elle a trop piétiné le personnel. Ça suffit comme cela ! », martèle cette autre gréviste du collectif des femmes. La date du 06 décembre restera gravée dans l’histoire des ADM, car c’est ce jour que le personnel, les femmes en tête ont réussi à chasser la PDG de son bureau. Le lendemain, elle viendra chercher ses affaires sous bonne escorte de la Gendarmerie et de la Police nationale.

    L’UNTM déclare le PDG persona non grata

    Solidaire avec  ses membres qui se battent pour réclamer leurs droits légitimes, le bureau de l’UNTM suivant la situation des mois durant, a envoyé une lettre confidentielle au département déclarant la PDG Mme Thiam Aya Diallo persona gnon grata. « Que désormais, il ne la reconnaissait plus comme PDG des ADM. La PDG n’est pas supérieure à nous. Mieux, depuis son arrivée, elle a enterré le social qui est trop important dans notre pays. Nous ne voulons plus d’elle et de ses directeurs qui ne protègent que leurs places au détriment de l’intérêt général du personnel. Sachez enfin que même les partenaires des ADM sont de cœur avec nous ». La messe était dite. Le 15 décembre, l’UNTM dépêchera une mission au près des grévistes pour els encourager à tenir bon car, ils sont dans leurs droits que notre Constitution les donne. Mieux, l’un des défenseurs des causes que certains jugent perdues est entrée dans la dense : Dr Oumar Mariko, SG du parti SADI. « Il sera bien  accueilli vendredi dernier par le personnel qui a beaucoup apprécié son geste qui n’est pas le premier du genre », nous confie un membre du bureau syndical.

    Séméga et ses missionnaires conspués

    C’est fort de ce climat délétère, que le département aussi avait dépêché une mission pour calmer les grévistes, elle sera renvoyée, voir conspuée par le personnel en colère qui ne fait plus confiance à Ahmed Diané Séméga et son équipe que le syndicat accuse « d’être complice de la PDG ».  Pire, le Ministre Séméga à en croire nos sources, sera à son tour conspué dès son arrivée à la Direction générale des ADM. Il repartira comme il était venu sans être écouté car martèle Mamadou Camara, SG de l’UNTM : « le temps du dialogue est terminé. Nous exigeons le départ immédiat de la PDG ».

    Huitième PDSG femme aux ADM, Mme Thiam Aya Diallo « avait toutes chances de réussir. Mais elle a gâchées stupidement se basant sur de prétendus soutiens dans l’appareil d’Etat», explique un travailleur. « Car elle n’avait qu’à s’inspirer de certains prédécesseurs qui n’ont ménagé aucun effort pour mettre le personnel dans de meilleures conditions de travail. Ceux-ci n’ont jamais brimé le personnel. Nous ne pouvons pas comprendre qu’en tant que femme, elle puisse se comporter de la sorte », martèle une syndicaliste.

    En tout cas aux ADM, la tension est vive et « n’est pas prête à descendre tant que la PDG demeure à son poste », martèle-t-on au niveau du collectif des femmes et du syndicat, tous deux en symbiose.

    Tous les regards sont braqués sur les pouvoirs publics qui décideront si : « La PDG partira ou ne partira pas cette semaine?».

    Wait and see !

    Bokari Dicko





    Le PDG des ADM :

    Convoqué à Koulouba hier matin

    Au moment où nous bouclons cette édition, le PDG des ADM chassée par son personnel a été convoqué à Koulouba, indiquent des sources dignes de foi. Il s’agit précisent nos sources de comprendre la situation délétère qui règne aux ADM et certainement lui signifier son limogeage que le personnel appuyé par la centrale de l’UNTM déterminée à protéger ses travailleurs

     

    NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.