L’Association appel Mali (AP Mali) au maire du district, Adama Sangaré : \”Maire voyou, dégage

    0
    2

     

    Rien ne va plus entre le maire du District de Bamako, Adama Sangaré et les responsables de l’Association Appel Mali (AP Mali). En effet, pour dénoncer ce qu’elle qualifie de dérives du maire Adama Sangaré, elle a animé un point de presse, hier matin, à son siège à Badalabougou. Les conférenciers ont informé le public de la tenue de deux marches de protestation les 23 et 26 janvier sur la Primature. Par ces marches, AP Mali entend dénoncer avec la dernière rigueur les forfaits du maire Adama Sangaré.

    D’après les leaders de l’Association appel Mali, ils ont décidé de prendre leur responsabilité suite à plusieurs pratiques malsaines dont la spéculation foncière. Ce n’est pas tout, AP Mali s’insurge également contre l’insalubrité grandissante dans le District de Bamako. C’est pourquoi, plusieurs promoteurs de GIE d’assainissement étaient présents au point de presse.

    Lors de ce point de presse, les conférenciers ont donné les nouvelles dates des marches de protestation (les 23 et 26 janvier prochains) et surtout, sensibilisé les militants sur les tentatives désespérées du maire Adama Sangaré de s’offrir la couverture des leaders religieux.

     

    Pour preuve, l’AP Mali pointe un doigt accusateur sur les deux sorties du maire dans deux Centres islamiques où il a fait des dons. Il s’agit du Centre islamique d’Hamdallaye et Cherifla qui ont reçu chacun la somme de 500.000 FCFA.  

     

    Selon Adama Coulibaly, président d’AP Mali, ce geste de solidarité circonstancielle du maire Adama Sangaré n’est ni plus ni moins que de la corruption. C’est pourquoi, lui et ses camarades ont demandé aux leaders religieux de faire extrêmement attention en recevant certains dons.  

    Adama Sangaré n’est pas le seul dans le collimateur d’AP Mali. En effet, elle accuse aussi le Général Kafougouna Koné, ministre de l’Administration territoriale et des collectivités locales, de complicité dans les actes posés par Adama Sangaré. Car pour AP Mali, un maire n’ose pas, seul, mettre ses citoyens dans de pareilles difficultés.  L’AP Mali porte les mêmes accusations sur le Gouverneur du District de Bamako.

     

    Les leaders d’AP Mali ne se contentent pas de dénonciations verbales. Les marches de protestation et autres sit-in sont des armes qu’ils utilisent pour faire démissionner Adama Sangaré. 

    Rappelons que l’Association appel Mali demande le départ immédiat du maire du District et la dissolution pure et simple du Conseil communal.

     

                   Korotoumou DOUMBIA

     

    Stagiaire

    NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.