Le gouvernement brade l’aéroport international bamako-sénou Le collectif des femmes des ADM en setting illimité devant le bureau du PDG

    0
    1

    Une fois de plus, le Gouvernement malien vient de « poignarder » son peuple : l’Aéroport international de Bamako-Sénou vient d’être privatisé. En effet, ce patrimoine national a été  mis en concession pour  la modique somme de 27 659 000 000 de FCFA) pour 30 ans. Du coup, l’UNTM et  le collectif des femmes des Aéroports du Mali (ADM) déclarent la guerre à la direction générale de l’Aéroport.

    Nos sources sont formelles et digne de foi : l’Aéroport international de Bamako-Sénou a été privatisé le 17 novembre 2011. En plus, le projet de loi portant privatisation de l’Aéroport n’a pas non plus été promulgué par  l’Assemblée nationale.

    Le Gouvernement malien était représenté par le ministre de l’Equipement et des Transports. L’heureux gagnant est la Société canadienne Consulting BAC appelée également FNC La Vallée. Non seulement l’heureux adjudicateur dispose d’une marge de 13 ans sans payer ni taxes ni impôts, mais il (le repreneur) a en plus demandé au Mali la somme de 69 millions de FCFA pour pouvoir exécuter le volet social pour les travailleurs avant mars prochain. C’est d’ailleurs à partir de cette date que le repreneur commencera à gérer  l’Aéroport.  En clair, c’est cette minable somme de 69 millions qui est programmée pour les travailleurs qui seront licenciés.

    Mais le hic dans cette affaire, c’est que l’Aéroport international de Bamako-Sénou n’est ni en faillite ni en difficulté, car il génère chaque année plus d’un milliard de FCFA. Mieux, le Millénium Chalenge Account (MCA) vient de consentir, sous forme de don, la faramineuse somme de 92 milliards de FCFA pour la rénovation de l’Aéroport du Mali, sans compter l’apport propre de l’Aéroport lui-même. Pourtant, le gouvernement Malien a bradé l’Aéroport à Consulting BAC à une somme dérisoire de 27, 659 milliards de FCFA. Pour quelle raison ?

    L’UNTM et  le Collectif des femmes des ADM promettent l’enfer aux autorités aéroportuaires

     

    Le Collectif des femmes des ADM (Aéroports du Mali) a déploré le bradage de l’Aéroport. Aussi a-t-il cherché des soutiens afin que ce contrat soit résilié. Depuis hier, les travailleurs de l’Aéroport,  avec à leur tête le Collectif des femmes, sont en setting illimité devant le bureau de la Présidente directrice générale des Aéroports du Mali, Mme Thiam Aya Diallo, avec un slogan unique : « Aya, démissionne, démissionne, démissionne ! On ne veut plus de toi !». Selon Mme Aminata, présidente du Collectif, la méchante Mme Thiam Aya Diallo a provoqué la démission de trois travailleurs de l’Aéroport, dont un Commissaire de police. D’autre part, le personnel n’a jamais été  consulté avant le bradage de l’Aéroport. 

     

    Le secrétaire général de l’UNTM, accompagné de Tibou Telly, a rencontré hier le Collectif devant le bureau de Mme Thiam. Selon Siaka Diakité, le combat contre ce bradage de l’Aéroport est celui de l’UNTM.  « A cet effet, l’UNTM va appuyer le Collectif à obtenir  satisfaction », a-t-il  assuré avant de déclarer : « L’UNTM ne reconnaît plus Mme Thiam Aya Diallo comme le PDG des Aéroports…Désormais, on ne reconnaît pas l’autorité aéroportuaire du Mali…». Néanmoins, Siaka Diakité a exhorté le Collectif à ne pas faire de violence, mais plutôt à continuer avec le setting illimité devant le bureau de Mme Thiam.

     

    Notons par ailleurs que le Collectif a adressé une correspondance  au Haut conseil islamique du Mali, à la Primature et au Président ATT afin que le contrat soit résilié. En plus, il a consulté l’Assemblée nationale du Mali.  Dans tous les cas, les marches projetées seront organisées dans jours à venir avec le Collectif des femmes. Et cela,  jusqu’à ce que les marcheurs obtiennent gain de cause.                         

     

     

    Affaire à suivre…

     

    Oumar Diakité


    NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.