Litige foncier en commune VI : Qui veut spolier le vieux Amadou Bassoum de sa parcelle à Niamakoro ?

    0

    Cela fait environ plusieurs semaines que le Vieux Amadou Bassoum est en train de se battre contre un faux titre foncier qui aurait été créé sur sa parcelle située derrière la Cité Unicef de Niamakoro. Aujourd’hui, le Vieux Bassoum ne s’attend qu’à être remis dans ses droits.

    De quoi s’agit-il ? Il ressort, au terme de l’échange du vieux Amadou Bassoum avec la presse,  que l’endroit en question aurait été  attribué par l’ex-gouverneur du district de Bamako, colonel Karamoko Niaré, à  Mohamed Lamine Haïdara, Ould Baby et Awa Tandia. Quant au vieux Amadou Bassoum, il affirme l’avoir acheté à un menuisier répondant du nom de Djibril Kéïta.

    ” Après l’achat,  j’ai pu avoir en 2003  le titre foncier sur l’endroit en question qui fait 860 m2.  A ma grande surprise, un monsieur répondant au nom de Sory Ibrahim N’Daou  dont la parcelle d’une superficie 1234 m2 est contigüe à la nôtre, se présente aussi avec un autre titre foncier qui englobe non seulement sa parcelle, mais aussi la mienne. Et le numéro  de ce titre  foncier en question est le N° 21697″ a expliqué l’intéressé.  Selon lui, se  sentant victime d’une spéculation foncière, il a aussitôt fait une réquisition au niveau des Domaines 29/2/2016  pour en savoir davantage. ” Et ce service a écrit noir sur blanc qu’il n’y a pas trace de ce titre N°21697 dans ses documents. Toute chose qui atteste que c’est du faux. Par contre, les domaines ont attesté l’existence de ma parcelle et l’authenticité de mes papiers” a déclaré le Vieux Amadou Bassoum.

    De nos jours, il déplore le fait que,  malgré cette clarification apportée par le service des Domaines, il n’arrive pas à jouir de sa parcelle par le fait des différentes manouvres judiciaires du camp d’en face. “Je fais confiance en la justice de mon pays et aux autorités, c’est pourquoi j’ai foi que je vais jouir pleinement de ma parcelle que j’ai achetée en bonne et due forme en respectant toutes les démarches administratives” a précisé Amadou Bassoum.

     Kassoum THERA

     

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER

    REPONDRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here