Lutte contre le trafic des stupéfiants : 108 kilos de cannabis saisis dans la commune de Farako

    0

    Les hommes du Commissaire de Police, Abou Coulibaly, viennent de réussir un grand coup de filet avec le démantèlement d’un important réseau de trafiquants de drogue dans le cercle de Kolondiéba, précisément le village de Kah. L’opération a permis aussi la  saisie de 108 Kilogrammes de cannabis.

     

    Les populations du village de Kah (commune de Farako, cercle de Kolondiéba), ont poussé  un grand ouf de soulagement le samedi 7 décembre 2011 après l’annonce de l’arrestation de Arouma Traoré et de ses complices, impliqués dans un réseau de culture et de vente de cannabis. Ces arrestations sont le fruit de l’opération anti-drogue lancée par les agents de l’antenne de l’Office Central des Stupéfiants  de Sikasso. Cette descente est le résultat des  informations recueillies par les éléments de l’Office central. « Après recoupement et investigations sur plusieurs jours, les éléments de l’antenne de l’Office Central des Stupéfiants de Sikasso (munis de toutes les informations nécessaires), ont mis en place un dispositif pour mettre le grappin sur la bande », a expliqué le Chef de la Division communication et relations publiques de l’Office central des stupéfiants de Bamako. Qui précise que la bande de trafiquants était dirigée par  Arouna Traoré. 

     

    Selon Mohamed dit Sadio Mady Koanouté, l’opération  des agents du Commissaire de Police Abou Coulibaly, chef de l’antenne de l’Office Central des Stupéfiants  de Sikasso, a permis d’interpeler quatre  personnes en possession de 3 sacs remplis de cannabis.  Une perquisition, poursuit notre source, a ainsi été organisée à leurs domiciles. Elle a permis la découverte de  1,2 kg de graines  de cannabis  destinées à la culture de cette plante. « Les produits saisis ont fait l’objet de scellé et transmis au parquet  de Sikasso », nous précise le Chef de la Division communication de l’Office central des stupéfiants. Avant d’ajouter que les nommés Arouna Traoré, Bourama Traoré, Souleymane Traoré, et Yacouba Koné ont été conduits devant le procureur de la République près le Tribunal de première instance de Sikasso.

     En attendant leur jugement, les trafiquants méditent sur leur sort à la Prison centrale de Sikasso.

    Une structure bienvenue

     

    Rappelons que l’Office Central des Stupéfiants est un service spécialisé  crée en 2010 par le gouvernement du Mali pour mener une lutte efficace et cohérente contre le trafic illicite des stupéfiants. Cette structure, qui s’impose de plus en plus comme un dispositif déterminant dans la lutte,  est chargée de la collecte, de la centralisation, de l’analyse et de l’exploitation de tous les renseignements pouvant faciliter la prévention et la répression du trafic illicite des stupéfiants sur toute l’étendue du territoire. Elle a ainsi une compétence nationale et dispose  dans chaque région administrative et à l’aéroport de Bamako Sénou des démembrements appelés Antennes.  

     

    Il n’y a pas de doute qu’avec la création de ce service pluridisciplinaire composé des éléments de tous les services de sécurité impliqués dans la lutte contre les stupéfiants, ( police, gendarmerie et douane), notre pays vient de franchir un pas important dans la lutte contre ce fléau connu pour sa  complexité, et qui exige en plus d’une synergie d’action, une spécialisation des unités qui évoluent en la matière. Le lieutenant Colonel Moussa Zabour Maiga, qui dirige cette structure, a conscience du défi. Lui et ses hommes seront jugés sur le résultat. Et l’exploit de Sikasso constitue une assurance forte.

     

    F. Sissoko


    PARTAGER