Mairie de la commune IV : Un segal bien gourmand

    0
    1

    Nommé Inspecteur à l’Inspection de l’Equipement et des Transports depuis le Conseil des ministres du 15 juin dernier,  le secrétaire général de la mairie de la commune IV, Abdallah Faskoye,  continue de percevoir des deux côtés (la Mairie et le Ministère) des salaires, primes et indemnités. Pire, s’il voyage au compte de son ministère, toutes les affaires de la mairie restent bloquées en son absence. La souffrance des populations de la commune doit-elle encore perdurer?

    Aujourd’hui, Abdallah Faskoye est  l’un des rares administrateurs civils restés à son poste après la prise de fonction des administrateurs territoriaux dans le cadre de la fonction publique des collectivités.

    Nommé par le Conseil des ministres réuni en session ordinaire depuis le mercredi 15 juin 2011, il reste toujours le maître des lieux à la mairie de la commune IV, exécutant toutes les  tâches dévolues au secrétaire général, comme si aucun des administrateurs territoriaux (trois) envoyés dans cette mairie n’a la compétence d’un secrétaire général. Ainsi, depuis six mois, Faskoye cumule son poste de secrétaire général à la mairie de la commune IV et celui d’inspecteur à l’Inspection de l’Equipement et des Transports.

    Le maire « Yèlèma »de la commune IV, Moussa Mara, est-il complice de cette situation? Que disent les textes en la matière? Pourquoi Abdallah Faskoye garde-t-il un pied à la mairie et l’autre au ministère d’Ahmed Diane Séméga? Veut-il faire sa chasse-gardée du fauteuil de secrétaire général de la mairie de la commune IV qu’il juge juteux?

    Par le passé, Abdallah Faskoye avait tenté de fermer la porte de la mairie aux administrateurs territoriaux, ses probables successeurs, mutés au niveau de cette collectivité, et cela, après leur admission au concours. On se souvient encore de cette dame en larmes parce que son nom ne figurait pas sur la liste des administrateurs délégués mis à la disposition de la commune en 2010. Interrogée, Mme Traoré (il s’agit d’elle) a déclaré que M. Faskoye avait bloqué son dossier pour qu’elle ne puisse pas prendre fonction à la mairie.

    En tout cas, six mois après sa nomination au ministère de l’Equipement et des Transports, Abdallah Faskoye dérange plus d’un par le fait qu’il ne veut pas du tout quitter son fauteuil de Segal, encore moins cesser d’émarger au budget communal. D’un côté on lui reproche de tout bloquer, surtout l’avancement du personnel, de l’autre de mettre à mal  le fonctionnement de la collectivité avec ses multiples déplacements au compte du ministère. Par ailleurs, certaines sources révèlent que Faskoye est en train d’embobiner le maire Mara en lui disant qu’il va lui chercher un bon secrétaire général, car, argue t-il, il n’y a pas actuellement de compétence avérée à la mairie pour assumer cette responsabilité.

    En tout cas, les usagers de la mairie de la commune IV pointent du doigt le maire « Yèlèma » (changement), Moussa Mara, à qui ils ont confié le destin de la collectivité. Certains se demandent si c’est cela le « Yèlèma » qui devrait  recevoir le prix « Harubuntu » le 1er  décembre dernier à 18h à la Maison Grand-Place de Bruxelles pour «la récompense de ses mérites».

    Selon des sources, au niveau du ministère de l’Administration territoriale,  l’affaire est suivie de très près : « tout ce que Faskoye entreprend ces derniers temps est suivi de près », confie une source proche du département. Le ministre de l’Administration territoriale, le Général  Kafougouna Koné, le ministre délégué chargé de la Décentralisation, David Sagara, le Directeur national des collectivités, Adama Cissouma,  le maire de la commune IV, Moussa Mara, resteront-ils encore longtemps «les bars croisés» pendant que le sieur Faskoye fait souffrir les usagers de la mairie de la commune IV? En tout cas, les populations des quartiers de la commune les observent. Et elles envisagent de déloger le très encombrant secrétaire général si jamais ces autorités compétentes ne prenaient pas toutes leurs responsabilités. Une affaire à suivre donc…

     

      Jean pierre James


    NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.