Marché de Médine : Poubelle ou lieu commercial?

    0
    0





    Le marché de Médine est le marché qui approvisionne une grande partie des Maliens en condiments et autres denrées alimentaires. Pourtant, ce marché est si sale qu’il pourrait être la cause des maladies. Car n’ignorons pas que la bonne santé exige une bonne hygiène corporelle et surtout alimentaire.

    Dans, ce grand marché, il y a des condiments et des denrées, de toutes qualités et pour toutes les bourses, de la viande et  du poison, des volailles et bien d’autres. Mais à l’intérieur de ce marché, il existe un problème énorme qui est celui de l’insalubrité. Certains coins et recoins son toujours humides ou même inondés, favorisant ainsi le développement de petits bestiaux dont les moustiques et autres insectes.

    Pour traverser ces endroits, il vous faut souvent un véritable courage de combattant. Que dire alors en période hivernale ? Des eaux usées sont déversées de façon anarchique. N’ayant de compte à rendre à personnes, les revendeuses et revendeurs font comme bon leur semble.

    Quant à la mairie,  sa mission s’arrête aux agents qui vont sur place pour collecter les taxes. Ils ne s’intéressent qu’aux jetons qu’ils viennent ramasse. Le reste n’a aucune importance pour eux. Pendant que la route qui sépare Médine I et II est envahie par les pousse-pousseurs, les piétons, les conducteurs d’engins à deux ou à quatre roues… Tous cherchent à se frayer un chemin dans un désordre créé de toute pièce par la négligence des uns et des autres. Ils sont infinis, ces accidents qui ont lieu dans cette allée. Car en plus de la petitesse et du désordre qui y règnent, cette voie est à double sens.

    Juste devant, il y a des camions qui viennent livrer des poisons de mer congelés. Ainsi, pour passer sur cette route matin, midi et soir, il faut se boucher les narines car, l’air étant  irrespirable à cause des débris de poissons qui y stagnent dans des eaux sales depuis des lustres.

    Et à l’intérieur du marché, le sol aussi est parsemé de déchets et autres débris, ce qui rend très difficile la marche des acheteurs. Un peu plus loin, il y a aussi l’allée des bouchers. Là-bas , c’est le même décor et la même scène, encourageant la multiplication des mouches. C’est à se demander s’il y a un service spécifique au Mali pour garantir l’ordre et l’hygiène de ces lieux et pour veiller sur la santé des Maliens.

    Il est donc temps que les autorités, surtout communales, prennent leurs responsabilités en sanctionnant ceux qui salissent et refusent de nettoyer. Car, il s’agit d’une question de santé publique.

    Fatoumata Labassou TOURE                             

    NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.