Mort tragique : « Elle me l’avait pourtant répété »

    19

    Une famille incarnant l’amour et la cohésion se voit désormais brisée par les séquelles d’un fait peu ordinaire et particulièrement triste.

    Une histoire d’amour de plus de 20 ans qui a fait de deux personnes des vrais complices s’est achevée par une mort tragique il y’a deux semaines dans un quartier ATTbougou de Bamako et a laissé tout un quartier consterné. Pour atténuer la mélancolie des victimes, nous préservons l’anonymat sur la famille concernée.

    Les époux en question, parents de quatre enfants, se sont rencontrés à l’université dans un pays maghrébin. Tous deux détenteurs de bourses d’études, ils ont tissé une liaison et, depuis, sont devenus inséparables.

    Au terme de leurs études, ce fut le retour au bercail, et mariage s’en suivit. La complicité et la confiance se sont davantage renforcées.

    Quelques années plus tard, l’époux, financier de profession, a eu des ennuis au sein de l’entreprise dont il avait la gestion des finances ; il a perdu son poste et des poursuites judiciaires ont été ouvertes contre lui. Pour échapper à la justice, il n’a eu d’autre choix que d’aller se réfugier au pays où il a étudié laissant sa femme et leur fils ainé en location. Ce fut le début d’un calvaire pour le couple.

    Quelques temps après, pour permettre le retour de son mari, madame qui est issue d’une famille aisée a sollicité un soutien financier auprès de ses frères qui lui ont remis un montant assez important auquel elle rajouta ses propres économies qui ont permis à son mari d’entreprendre le commerce entre le Mali et la Chine.

    Cet accompagnement a été comme un déclic pour l’homme et depuis son commerce devient prospère. Lorsque les choses ont commencé à marcher pour eux, Mme n’a pas arrêté de suggérer à son mari de construire une maison afin de mettre fin à la vie de locataire.

    Un moment, face à l’inaction de l’époux suite aux multiples rappels, Mme a pris l’initiative d’introduire la demande pour les logements sociaux au nom de son mari.

    Selon des sources concordantes, des parents lui auraient même conseillé d’introduire une demande en son nom aussi et qu’elle aurait répondu que « peu importe que ça soit elle ou son mari qui l’obtient car pour elle ça revient à la même chose ». Honnêtement, c’est mal connaitre l’homme de prendre cette décision.

    Comme le dit un dicton, les bonnes choses n’arrivent jamais seules ». En plus de la réussite de leur commerce, le couple est également détenteur d’un logement social, où ils habitent depuis deux ans.

    Cette année, l’homme a fait construire un deuxième niveau (étage) sur le logement pour ensuite informer sa femme qu’il compte amener sa seconde épouse. Il se trouve que cette seconde femme était la gérante du kiosque Orange Money situé à quelques mètres de l’ancienne maison de la femme à qui sa femme apportait souvent à manger.

    Après la découverte de la nouvelle, la femme avec le cœur plein de chagrin n’a pas eu le complexe de témoigner à son mari qu’elle ne pourrait lui empêcher de prendre la femme qu’il aime ; cependant, elle lui demande au nom de leurs enfants de trouver une autre maison où loger sa deuxième femme car elle ne pourra pas supporter la présence de sa coépouse dans cette maison pour multiples raisons.

    Nonobstant les arguments avancés par la dame, son mari maintient qu’il n’a pas les moyens de faire loger sa seconde épouse ailleurs, et que la femme doit accepter les faits.

    Le Dimanche 3 décembre 2017, l’homme a célébré son mariage.  Après la semaine des noces, la mariée a déménagé dans sa nouvelle demeure comme l’a décidé son mari.

    Le Jeudi 14 décembre 2017, à moins d’une semaine de cohabitation avec sa coépouse, la première femme appela sa sœur pour l’informer qu’elle se rend à l’hôpital à cause d’une douleur aigue au niveau de sa poitrine.  Aussitôt admise à l’hôpital, les médecins s’aperçoivent que le cœur de la dame est entrain de lâcher. Au bout de quelques heures, elle est décédée d’une crise cardiaque laissant derrière elle deux filles et deux garçons.

    Lorsque la nouvelle a été annoncée à son mari, il a prononcé et depuis il ne prononce que cette phrase : « elle me l’avait pourtant répété, pourquoi je ne l’ai pas écouté ».

    Le premier fils de la défunte, étudiant, répète sans arrêt à sa marâtre qu’elle n’est autre que l’assassin de sa mère.

    Si la jalousie est une preuve d’amour, une personne mérite-t-elle de mourir seulement parce qu’elle a aimé ?

    K. Diabaté (maliweb.net)

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER

    19 COMMENTAIRES

    1. Et s’il s’agissait d’un assassinat par empoisonnement ???
      Il existe des poison qui attaquent le coeur et provoquent un arrêt cardiaque au bout de quelques jours. Les médécins maliens étant des nullards à l’image du Mali, alors ils tirent des conclusions simplistes sans analyses approfondies. Il fallait procéder à une autoptie complète pour savoir les causes réelles de cette mort subite.

    2. C’est pas la coépouse qui a tué ta mère, fiston, c’est bien ton père et notre société trop injuste avec la gente feminine qui ont tué ta mère. Ton père par son ingratitude et son insensibilité coupable. Notre société, parce quelle adhere a des valeurs qui date de 1400 ans, faisant de la femme une éternelle enfant et la plaçant souvent sur le même pied d’égalité qu’un animal. Si au temps de Mohamed (PSL) les femmes étaient comme des enfants et pas mieux que des animaux, force est de reconnaître qu’elles ne sont plus comme cela, alors elles doivent être traiter différemment, c’est a dire des êtres humain à part entière. Ce que je voudrais dire à mes sœurs c’est que: Ceux qui profitent du système ne le changent pas, c’est les victimes qui le changent; alors n’acceptez pas l’injustice qu’on vous imposes aux nom d’une religion mal comprise et dont les textes ont étés interprétés par les hommes et a leurs faveurs.

    3. La polygamie devrait etre interdite!C’est contre les droits de la femme. Un mari polygame ne merite pas la fidelite des epouses,notamment la premiere.C’est une tradition arrieree qui nous ramene a l’age de l’esclavage de la femme.Pourquoi 3 ,4 et pourquoi pas 20 ou 30.

    4. c’est très dommage, pour les enfants de la Dame, mais vous savez chez nous, les gens peuvent mourir et rien n’y est fait, quand la mort survient, tout le monde regarde vers Dieu et l’on ne cherche pas à situer la responsabilité sinon un décès de ce genre devrait être suivi d’une enquête pour situer les responsabilités et dissuader les candidats ou candidates à ce genre de pratiques. Moi je reste convaincu que les femmes s’en sortiront si elles cherchaient aussi leur autonomie si cela passe par disposer d’une maison en son nom, je suis preneur. car cela ne sert à rien de soutenir un homme toute sa vie et qui succombe facilement au plaisir de la chair et foule au pied tout ce que vous avez construit ensemble. Si cette femme avait sa maison à son nom elle se serait imposée et serait peut être en vie en ce moment. Alors femmes épanouissez vous!

      • Je reste convaincu qu’au Mali, les lois devraient enfin être votées pour soutenir les femmes et les hommes, cela ne sert à rien d’avoir comme seule raison “la tradition” si nous maintenons la polygamie il est mieux que l’on l’organise, j’allais dire que l’on l’humanise en interdisant la cohabitation des épouses. la loi c’est comme la culture c’est le domaine de création de l’homme et elles ne servent à rien s’il elles ne protègent pas les femmes et les hommes alors agissons!

    5. Paix à l’âme de la défunte. En plus du chagrin la dame a été en manque de cmpassion, son mari au lieu de la ménager un peu a été encore plus dur avec elle ensuite ingrat

    6. mandela,
      Vous avez raison, ce n’est pas bien de culpabiliser quelqu’un dans un moment pareil. Il ne faudrait pas en rajouter à leur détresse.
      Mais vous aurez remarqué dans l’article que … ” le premier fils de la défunte, étudiant, répète sans arrêt à sa marâtre qu’elle n’est autre que l’assassin de sa mère… “.
      Cette famille a plutôt besoin de conseils de personnes sages de leur entourage à défaut d’assistance de psychologues de profession, pour leur éviter un nouveau drame.

    7. Paix à l’âme de la defunte!Moi en tout cas la sagesse africaine m’interdit de juger cette affaire (qui du mari ou de la femme aurai raison?).Car comme nous enseigne l’adage, “Seul Dieu sait ce qui se passe dans un couple, en plus des 2 conjoints”.Pourquoi le mari malgré la gentillesse et la fidelité de la defunte a quand même épousé une deuxième?Voilà une question que les uns et les autres devraient se poser.

      • Quelquen soit le comportement de la femme du moment que ta femme t’a aidé il pouvait agir autrement te marié certe mais pas la mettre dans cette maison non il a mal agit

    8. Paix à ton âme. Le tout puissant te vengera. Cet ingrat, irresponsable inconscient. Bref, les qualificatifs appropriés me manquent, trouvera DIEU sur son chemin inchallah. ,

      • Un Ghaneen Arabophone avait eu envie de marrier 4 femmes parceque sa religion lui permet cela. Le juge à Colorado l’a plutot envoyé en prison pour violer la LOI Americaine.
        Si votre structure sociale et loi de votre pays accepte la polygamie, je ne vois point pourquoi vous esperez changer le comportement individuel sans la force de l’état derrière….
        Ma chère, ce n’est pas l’Islam qui est archaique mais les Lois que les Arabes ont fabriquées et mise dans la bouche de leur prophète qui sont archaiques.

        LHomme Faust
        Boston, MA. USA

    9. Rendons grâce à Dieu , et prions pour le repos de l’âme de la défunte . Le début et la fin de toute chose est à Dieu . Dieu à voulu ainsi . Évitons de culpabiliser qui que soit , L’âme appartient à Dieu , et le récupère comme il veut et quant il veut .

    10. C’est vraiment stupide d’imposer à ces deux épouses, une cohabitation sous le même toit… Les enfants de la premières épouses peuvent traiter la deuxième de tous les noms… Mais en vérité, est ce que, ce n’est pas plutôt le père de famille qui blamable par son entêtement et son manque de reconnaissance à l’égard de sa première épouse… ? S’il ne pouvait s’empêcher de prendre une deuxième épouse, il aurait pu, au moins éviter de mettre les deux épouses sous le même toit…
      Je sais d’aucuns me répondraient que ce genre de situation est courant dans notre pays… Mais ce genre de situation est plus gérable en zone rurale que dans les villes où les Gens vivent quasiment les uns sur les autres…, où on a un mal fou à trouver à se loger décemment…

    REPONDRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here