Parc National et jardin Zoologique de Bamako : de la détente aux salauperies

    4

    Dans sa noble mission d’assistance humanitaire, le réseau Aga Khan pour le développement  œuvre dans les régions «  pauvres » d’Asie et d’Afrique à travers des programmes axés sur l’éducation, la santé, le développement agricole et le renforcement de la société civile. En effet, c’est dans ce souci humanitaire que le réseau a investi des milliards au jardin zoologique et au Parc National, afin d’offrir un cadre propice de détente au public bamakois. A l’époque, le prince, Aga Khan était loin d’imaginer que ce lieu allait plus tard servir d’espace pour des viols et autres dépravations de mœurs.

     

    Estimée à environ 2 millions d’habitants, l’expansion démographique de la capitale malienne ne s’accompagne toujours pas d’une bonne politique urbaine. Entre spéculation et spoliation foncière, les quelques rares infrastructures comme le jardin zoologique et le Parc National tentent d’apporter une contribution substantielle à l’amélioration du cadre de vie à  Bamako. Aussi, ce sont des espaces de loisirs et de rencontres pour tous les âges et toutes les catégories sociales.

    Cependant, aujourd’hui ces Ă©tablissements de loisirs perdent de plus en plus leurs sens pour devenir des refuges de bandits de tout acabit, comme l’alerte un internaute la veille de la fĂŞte de ramadan : «   Mettez en garde vos enfants surtout les filles de 12 Ă  16 ans. Des viols collectifs ont Ă©tĂ© orchestrĂ©s  au Parc National hier. En effet, des jeunes garçons âgĂ©s de 15, 18 et 21 ans ont violĂ© des petites filles venues paisiblement se dĂ©tendre. Il y’aurait selon  un responsable du Parc environ 5 cas de viols. La police aurait pu mettre la main sur quelques-uns. Donc prenez toutes les dispositions nĂ©cessaires pour accompagner vos enfants ou leur faire accompagner. Le Parc est Ă  pied d’œuvre pour  envisager des mesures appropriĂ©es », ajoute le poste sur Facebook.la plupart des commentaires vont dans le mĂŞme sens. Nombre de jeunes usagers y trouve l’occasion soit pour s’adonner Ă  la drogue soit pour satisfaire leurs libidos, ce qu’encourage le comportement vestimentaire de nombreuses jeunes filles qui s’y rendent.

    En plus de cette exposition à la violence, il faut aussi ajouter les embouteillages qui provoquent souvent des  accidents sur ces lieux. En effet, durant les  fêtes de Ramadan et de la Tabaski, les capacités d’accueil sont largement dépassées. A cela s’ajoute la dégradation de certaines parties de ces établissements, malgré la manne financière générée.

    En dernière analyse, les autorités doivent s’investir d’avantage pour la préservation de ces écosystèmes dans le respect de l’environnement et de nos valeurs traditionnelles.

    KANTAO Drissa

    PARTAGER

    4 COMMENTAIRES

    1. Bonjour Ă  tous ! J’invite les uns et les autres Ă  vĂ©rifier ces infos auprès de la Direction du Parc national qui dispose d’un rapport sĂ©curitĂ© sur les 3 jours de fĂŞte (les 25, 26 et 27 juin derniers).
      En attendant que les salauperies de Mr Kantao ne deviennent des saloperies.

    2. @KANTAO Drissa. Bamako est devenue mĂ©connaissable! Nous y sommes nĂ©s et avons grandi Ă  Bamako, pendant notre adolescence, jamais on n’y a entendu de cas de viol collectif commis sur femme mature Ă  fortiori sur des mineures…Ça retire tout envie d’y envoyer nos enfants pour voir la famille…

    3. PAS ÉTONNANT QUE LES MESSAGES NE PASSENT PAS.
      QUAND LES ”ÉDUCATEURS” PARLENT DE ”SALAUPERIES” AU LIEU DE SALOPERIES, COMMENT VOULEZ VOUS QUE LES ENFANTS ET LEURS PARENTS Y COMPRENNENT QUELQUE CHOSE.
      LE TITRE D’UN ARTICLE A DÉFAUT DE SUFFIRE DOIT ĂŠTRE ACCROCHEUR.
      SALAUPERIES, SALAUPERIES, SALAUPERIES.
      POURQUOI NOS JOURNALISTES SE CROIENT DISPENSÉS DE RECOURIR AU DICTIONNAIRE????

    REPONDRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here