Temps Forts >
Mali: les grandes dates de la rébellion touarègue de l’indépendance à nos jours

Mali: les grandes dates de la rébellion touarègue de l’indépendance à nos jours ... (3)

Réunion d’Alger: Communiqué de la Médiation

Réunion d’Alger: Communiqué de la Médiation (2)

Nord du Mali : Quand la drogue passe sous les yeux de la Minusma et de Barkhane

Nord du Mali : Quand la drogue passe sous les yeux de la Minusma et de Barkhane ... (39)

Yaya Jammeh: Si l’Union européenne tue un Gambien, Bilahi, walahi, talahi, je vais riposter

Yaya Jammeh: Si l’Union européenne tue un Gambien, Bilahi, walahi, talahi, je vais riposter ... (30)

il y a 3 années
 L'Indépendant

Pour avoir fabriqué illégalement des pièces d’identité : Le 14ème arrondissement alpague un sous-préfet

Decrease Font Size Increase Font Size Taille Police Imprimer

Il s’appelle Aguissa Dicko, il est le sous préfet de Binta Goungou, cercle de Goundam dans la région de Tombouctou. Il a été arrêté par la police du 14ème arrondissement le mardi 7 novembre. Motif : il fabrique illégalement des pièces d’identité en échange d’une somme d’argent dont le montant varie entre 3000 F et 5000 FCFA. Et sur lesquelles, il est indiqué qu’elles ont été établies dans le district de Bamako.

La police du 14ème arrondissement a été informée par le service d’immigration en charge de l’établissement  des passeports de la présence d’une carte douteuse parmi les pièces des demandeurs de passeport. Il s’agit de la carte d’une nommée Fatoumata Touré.

Cette carte a été établie à Bamako avec un cachet de la commune de Binta Goungou signé des mains du sous préfet. Aussitôt informés, les éléments du commissaire principal Assetou Coulibaly, ont ouvert une enquête qui a abouti à l’arrestation d’ Aguissa Dicko, sous préfet de Binta Goungou, cercle de Goundam, région de Tombouctou. Après son arrestation, le sous préfet a déclaré à la police qu’il est venu à Bamako avec une cinquantaine de cartes d’identité. Cela après l’occupation des régions du nord par des bandits armés. Il établissait ces cartes pour les gens par l’intermédiaire de certains complices en échange de quelque somme d’argent.

En quoi ces cartes sont-elles illégales ?

Le sous préfet, même s’il est habilité à établir des pièces d’identité, il n’est pas autorisé à les faire à Bamako où les services de la police et de la gendarmerie sont commis pour cela.

L’autre problème est que ces cartes sont faites à Bamako avec la mention de Binta Goungou. Pire encore, notre sous préfet ne dispose pas de quittance du trésor et encore moins d’un registre.

Cette arrestation est un signal fort à l’endroit de ceux qui établissent les cartes d’identité moyennant de l’argent en violation flagrante des textes. Elle montre que nul n’est au dessus de la loi, même si on est sous préfet d’une localité comme Binta Goungou en déplacement à Bamako.

Moussa SIDIB E

L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.

4 Réactions à Pour avoir fabriqué illégalement des pièces d’identité : Le 14ème arrondissement alpague un sous-préfet

  1. tienimango
    3042 commentaires
    11 nov 2012 à 06:17

    liberez le pauvre sous prefet les grands falcificateurs sont la ba a la surete ..avec 200000fcfa n,importe qui peut avoire un passeport malien….l,arrestation de ce sous prefet n,est qu,une mise en scene…

  2. blanche neige
    6922 commentaires
    10 nov 2012 à 14:33

    C’ETAIT PEUT ETRE DES CARTES D’IDENTITE DE L’AZAWAD :?: :?: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol:

  3. SE.NFALY .T
    55 commentaires
    10 nov 2012 à 08:19

    Je ne sais pas s il aura oui ou non une referendum que demande les apatrides,mais dores et deja ,si oui nous sommes foutus ,parce que peaux rouge maritaniens nigeriens algeriens bourkinabes auront sans difficultes des fauches cartes d identites maliennes avec les lequels ils viendrons soutenir qui vous savez.

    DONC VITE LES CARTES D ITENTITES ELECTRONIQUE

  4. Ramses10
    117 commentaires
    9 nov 2012 à 10:43

    ils sont nombreux. Il n’est pas rare de rencontrer dans les localités du Nord, des agents du cercle qui s’adonnent à cette activité moyennant la somme de 5.000 FCFA. On retrouve souvent nos cartes avec mêmes des mauritaniens et des Algériens. La plupart des rebelles ont eu des cartes de cette même manière. L’heure est à la vigilance. Ils sont habitués à des telles pratiques.