Racket des gendarmes au poste de péage de Samanko II

    1

    Depuis un certain temps la population du MandĂ© se plaint des mauvais comportements et des rackets opĂ©rĂ©s par des gendarmes au niveau du PĂ©age de Mamaribougou. La population se demande si ces gendarmes sont lĂ  pour sĂ©curiser les agents civils qui travaillent au compte de l’autoritĂ© routiĂšre ou pour racketter les motocyclistes en partance pour Bamako ainsi que les charretiers qui cherchent du bois dans la forĂȘt des monts Mandingues.

    Certains gendarmes en poste sur cette voie s’adonnent encore Ă  des pratiques dignes d’un film hollywoodien en pointant le fusil sur les innocents. Les gendarmes tourmentĂ©s par l’argent, ne font plus le distinguo entre les motos neuves et les anciennes dĂ©tenues par des  pauvres paysans qui n’ont que ces engins Ă  deux roues pour se rendre Ă  Bamako. Il faut reconnaitre que mĂȘme ceux qui ont des piĂšces valables, des papiers de vente et de dĂ©douanement, des vignettes et autres ne sont pas Ă©pargnĂ©s. La plupart des engins Ă  deux roues que ces braves paysans utilisent  ont Ă©tĂ© achetĂ©s Ă  Bamako avec tout le document nĂ©cessaire. Mais malgrĂ© ces documents, certains agents habituĂ©s au gain facile, pour se faire la poche, exigent aux paysans des sommes exorbitants, allant de 5 000 FCFA Ă  10 000 FCFA sous peine de saisie  des dits engins Ă  Kati.

    Ces rackets concernent les populations d’une centaine de villages situĂ©s dans la zone prĂ©-GuinĂ©enne. Elles  se plaignent du  comportement peu dĂ©sireux  de certains  gendarmes du PĂ©age de Mamaribougou.Ces populations se demandent si le commandant de la brigade territoriale de Kati et la direction de la gendarmerie sont au courant de ces pratiques et de ces agissements de leurs agents ? Ces paysans en majoritĂ© analphabĂšte s’interrogent sur le rĂŽle exact de la gendarmerie  dans les postes de PĂ©age au MandĂ©?  Selon toute vraisemblance le jack pot  rĂ©coltĂ© lors  des rackets par les gendarmes au pĂ©age de Mamaribougou rentre t-il dans la caisse de l’Etat, dans les poches du DG de l’autoritĂ© routiĂšre ou de la gendarmerie ? Chose que ces populations veulent dĂ©sormais savoir.

    Le Ministre de la Sécurité intérieure, Général Salif TRAORE est interpellé par ces populations pour clarifier les rÎles de ses agents aux niveaux des péages.

    A Suive !

    Siramakan  KEITA

    PARTAGER

    1 commentaire

    REPONDRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here