Trafic important de la Carte d’Identité Nationale par des étrangers : Le 10ème Arrondissement arrête un Camerounais

    0
    1

    L’homme était en possession avec deux pièces d’Identité Malienne en sa possession lorsqu’il a tenté de monter à bord d’un Bus de la SONEF pour Dakar, il a été arrêté par la Police du 10ème Arrondissement.

    Refoulé de la Libyevia l’Algérie, Ebote Ebote, de son vrai nom Camerounais, sera expulsé vers le Mali. Il passera par Kidal d’après le Compol Diallo et pris en charge par le HCR pour Bamako. Dans la capitale malienne, le jeune Ebote sera conduit dans le centre d’accueil de Faladié-Sokoro pour 72heures. Après ce temps, il s’adonnera à la vente de friperie, puis devient peintre. « C’est au cours de ce travail, qu’il parviendra à escroquer un compatriote à hauteur de 190 000FCFA qui portera plainte contre lui. C’est après ce forfait que le jeune homme tente de s’en fuir pour Dakar mercredi dernier où nous l’avons appréhendé », explique le Complo du 10ème Arrondissement. D’ailleurs poursuit Compol Diallo, Ebote a tenté d’escroquer un jeune Sénoufo mais u n coup qui n’a pas réussi ». D’après la Police, les fouilles ont permis de trouver sur le jeune Camerounais : «  des boules chanvre indien, trois Carte d’identité Nationale dont deux maliennes. Lais à vu d’œil, ces cartes sont fausses de part d’abord la couleur de fond, les écritures et les adresses comme Commune VII à Bamako, aussi le cachet du Commissaire de Police Ousmane Sangaré qui n’existe pas dans le corps de la Police Nationale du Mali ». Il se trouve qu’Ebote avait un complice du nom de Badomini qui est en fuite. « Les recherches se poursuivent et l’enquête se poursuit » a indiqué les limiers du 10ème Arrondissement.

    Attitude bizarre du HCR et de l’ambassade du Cameroun

    Le hic dans cette affaire combien importante pour notre Police nationale est le fait que le HCR réclame que la Policelui remette Ebote afin qu’il le transfère au Cameroun sur la demande de l’ambassade du Cameroun. Une attitude qui a surpris les policiers du 10ème Arrondissement ainsi que leur hiérarchie qui ne comprennent pas cette manière de faire du HCR.

    En tout cas, au 10ème arrondissement, au moment où nous bouclons cette édition, le Compol a adopté une fin de non recevoir du HCR et de son mentor de l’ambassade du Cameroun.

    Il faut rappeler dans la même dynamique, le 12ème arrondissement mène une lutte contre le trafic dela Carte d’Identité Nationale. Idem pour les autres Commissariats et Brigades de Gendarmerie du pays.

    Bokari Dicko

     

    NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.