Une vidéo d’un viol collectif : Les auteurs seraient condamnés à vingt ans de réclusion

    5

     Depuis bientôt une semaine, une vidéo d’un viol collectif circulait sur les réseaux sociaux au Mali, dans laquelle quatre garçons violent une fille. Cette vidéo regardée ne laisse personne indifférente. Du coup, les soldats du Droit de l’Homme ont montré leur couleur et ont demandé que ces auteurs soient punis conformément à la loi. Mme Bouaré Bintou Founè Samaké, Présidente de l’ONG WILDAF, avait même promu un million de francs CFA à quiconque donnera des informations fiables sur le viol de la jeune fille qui circule sur les réseaux sociaux afin que la victime soit identifiée et bénéficiée rapidement d’une prise en charge adéquate.

     A cet effet, c’est dans nuit du jeudi que ces quatre jeunes ont été arrêtés par la Brigade des  mœurs et la cinquième personne qui aurait filmé dont une fille est en fuite, et son père aurait été interpellé par les policiers. Selon notre confrère du Combat, les violeurs de K.K. résidant à Titibougou ont été interpellés hier soir par la Commissaire S.S de la Brigade des mœurs de Bamako. Leur arrestation a été rendue possible, grâce aux témoignages de la victime, elle-même, qui a reçu une visite médicale à l’Hôpital du Mali sur instructions de la Brigade des mœurs.

    Par ailleurs,  le Code pénal (Loi N° 01-079 du 20 août 2001), dans son paragraphe 3, article 226 stipule que : « Tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu’il soit, commis sur la personne d’autrui par violence, contrainte, menace ou surprise est un viol. Le viol sera puni de cinq à vingt ans de réclusion et facultativement d’un à cinq ans d’interdiction de séjour. Si le viol a été commis à l’aide de plusieurs personnes ou sur la personne d’un enfant de moins de quinze ans, le coupable sera condamné à vingt ans de réclusion, à l’interdiction de séjour de cinq à vingt ans, et les juges ne pourront, en déclarant l’existence de circonstances atténuantes, réduire la peine au-dessous de cinq années d’emprisonnement… ». Alors ces fauteurs doivent répondre leur acte.

    B. DIALLO

    Source : Le Fondement

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER

    5 COMMENTAIRES

    1. Notre pays a touché son seuil d’animosité, il s’agit d’une évaluation du régime en place, nous sommes dans un ouragan sans précédent, le pays va mal et très mal. Ce qui reste certain, il y a eu au Mali plusieurs viols du genre, mais le point d’échauffement se situe au niveau de la publication de cette vidéo par les violeurs eux-mêmes. Ce comportement n’a pas d’explication pour des personnes normales, car il frise la folie de ces jeunes, des sadiques narcissiques, des schizophrènes, des déséquilibrés mentaux. Il faut absolument que le juge demande des tests de comportements mentaux avant le procès, j’espère que nos hommes de justice ferons ce geste.

    2. Un intervenant sur RFI a declare que des hommes politiques etaient nombreux devant l’unite de police ou ils sont gardes. Cela est un signal.

    3. En tout état de cause, les présumés auteurs sont appréhendés par la Police et seront mis à la disposition de la justice. Le reste n’est plus au niveau de la Police. Au Mali, généralement la justice est à plusieurs vitesses: une justice pour les pauvres, une pour les riches, une pour les gouvernants , une pour autres. En démocratie , il faut une justice pour tout le monde. Ce cas de viol collectif est à la une de l’actualité , mais si un des présumés auteurs est le fils ou proche d’un baron du RPM, l’affaire va se terminer en queue de poisson. Mais oui ! C’est ca aussi la realite du regime IBK.

    REPONDRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here