Viol collectif : la victime identifiée, les violeurs arrêtés, la scène s’est déroulée à Sotuba

    10

    La victime du viol collectif (dont la vidéo a fait le tour des réseaux sociaux) a été identifiée par la police judiciaire. Les enquêteurs de cette police ont eu de très bonnes pistes pour arrêter les 4 violeurs, grâce aux informations fournies par la victime. Le Commissaire divisionnaire Joseph Doumbia, le directeur de la police judiciaire, a conduit cette enquête sur un mandat spécial du ministre de la sécurité et de la protection civile.

    Suite à la diffusion d’une vidéo sur un viol collectif sur la personne d’une jeune fille à Sotuba, une enquête avait été ouverte par la police. La conjugaison des efforts entre unités d’enquête spécialisées dans le cadre d’un panel d’enquêteurs (division criminelle, police technique et scientifique, l’unité de cybercriminalité de la brigade d’investigation judiciaire, la brigade chargée de la protection des mœurs et de l’enfance, point focal), appuyé par les commissariats du district de Bamako, aura permis de mettre sous les verrous une bande de criminels dont les actes avaient choqué la nation toute entière.

    Au total, les présumés auteurs de 4 cas criminels d’atteinte aux mœurs ont été arrêtés par la police en seulement 72 heures d’enquêtes savamment menées par les éléments déterminés à ramener la quiétude au sein de la population. Les photos traitées des auteurs avaient été envoyées dans toutes les unités d’enquêtes des commissariats du pays.

    Le commissaire Joseph Doumbia et ses limiers, sur la base de certaines indications, ont eu des informations en provenance de Sotuba. Mais c’est l’oncle de la victime qui s’est présenté le premier pour faire son témoignage, puis la victime accompagnée de sa maman. Dans un premier il y a eu l’arrestation des quatre auteurs de Sotuba par la brigade chargée de la protection des mœurs et de l’enfant.

    Après l’arrestation des auteurs d’un autre viol collectif survenu à l’hippodrome le mercredi 07 février 2018, par le commissariat du 1er arrondissement, il y a eu une troisième arrestation et mise à la disposition de la justice d’un homme de 75 ans pour pédophile sur une fillette de 3 ans par le commissariat du 13ème arrondissement.

    La série a été bouclée par l’interpellation de six personnes dont une fille de 16 ans pour avoir enregistré et diffusé une vidéo à caractère pornographique. Au niveau de la police judiciaire, il y a eu d’autres cas similaires.

    À signaler que le viol collectif a eu lieu le 18 janvier 2018 dans une école ; la vidéo a été postée le 22 janvier 2018 et c’est en début février qu’il y a eu plusieurs partages d’où la colère des associations de défense des droits de l’homme et de protection du genre. Comme le collectif «Les Amazones», dont la présidente est Diakité Kadidia Fofana, qui vient d’ailleurs de donner naissance à une petite fille.

    Sinaly KEITA

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER

    10 COMMENTAIRES

    1. CELA VA SANS DIRE QUE DE TELLES CHOSES SE PRODUISE AU MALI DANS LA MESURE OU LE SCANDAL SEXUEL SE PASSE MEME A L’ASSEMBLEE NATIONALE. ET COMMEMNT VOULEZ VOUS QUE LES ENFANTS SOIENT BIEN EDUQUES. DONC QUE D’ABORD LES PERSONNES AGEES SOIGNENT LEUR IMAGE. SINON CE PHENOMENE VA TOUJOURS DEMEURER. A BON ENTENDEUR SALUT

    2. Je suis désolé. Si ça ne tenait qu’à la police, ces gens ne seront jamais arrêtés. Combien de vidéos à caractère pornographique ont été diffusés sur les réseaux?

    3. QUELLE POLICE! C’EST PARCE QU’ELLE N’A PLUS LE CHOIX MAINTENANT. SINON , LES PROSTITUEES QUE LA POLICE RAMMASSAIENT LE LONG DE LA ROUTE RAILDA , UNE FOIS ARRIVEES AU COMMISSARIAT ETAIENT SEXUELLEMENT EMPALEES SI ELLE N’AVAIENT DE QUOI PAYER POUR SE LIBERER.

      • La police comme la gendarmerie nationale sont des structures pourries… Ce cas etait parti tres haut sinon ils ne feront rien de bon pour arreter les malfrats sans etre proprement corrompus. Parfois d’ailleurs ils sont de meche avec ces criminels, escrocs et voleurs qui leur offrent une partie de leur butin…quand ce n’est pas eux ;[e;e les voleurs.

        Ce pays est completement pourri. On en a honte sans autre forme de procès .

    4. Il est indispensable que la population fasse confiance à sa Police qui doit comprendre que sa raison d’être est exclusivement la quiétude dans la cité , d’où l’appellation de gouvernement de la cité . Par ces temps d’insécurité généralisée , la police et la population sont complémentaires . Il doit exister entre elles une confiance mutuelle et réciproque . La tâche est d’autant plus difficile puisque les auteurs des crimes et délits dont sont victimes les personnes , sont issus de la même population . Mais ne perdons jamais de vue l’aspect quiétude . L’absence de cette quiétude transforme notre cité en jungle où les bandits font la loi. L’absence de la justice sociale peut avoir des conséquences graves dans notre société . Je félicite la Police malienne et les populations qui se sont impliquées pour que ces criminels soient mis hors d’état de nuire . Bravo au CG Moussa Ag INFAHI, qui par son sens élevé du devoir est l’espoir des policiers qui ont besoin de protection pour travailler , mais aussi de la population qui a soif de justice. C’est une fierté qui va au delà de nos Frontieres .

    5. La Police hier, la Police aujourd’hui et la Police demain. Une fierté nationale. La Police malienne vient de démontrer à la face du monde, qu’elle est et restera la gardienne de la cité , donc des personnes et des biens. Sous le commandement du Contrôleur Général de Police Moussa AG INFAHI, les policiers doivent servir la nation malienne, au motif que depuis l’arrivée de l’homme a la tête de la Police, malgré les difficultés du moment, il est au chevet de toutes les unités . Sur le plan professionnel , que sur le plan social. Toutes les unités de police sont dotées de moyens , les éléments dotés d’arme individuelle, la dotation en tenue policière est devenue régulière , les droits des policiers sont préservés . Maintenant rien que le travail.

    REPONDRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here