Vive tension à Niamana-Kognini : Avec un faux TF, un promoteur immobilier menace de démolir 6000 maisons

    0

    Sur la base d’un faux titre foncier n° 17808 créé en violation des dispositions de la Loi N°2012-001 du 10 janvier 2012 portant modification de l’ordonnance N°00/027/P-RM du 22 mars 2000 portant Code Domanial et Foncier et ratifiée par la loi N°02/008 du 12 février 2002, Mahamadou Diarra, promoteur immobilier, PDG de l’agence ‘’Prestige Sarl’’ menace de démolir plus de 6000 maisons, légalement acquises par des paisibles citoyens à Niamana-Kognini, localité située dans la commune de Baguinéda camp, dans le cercle de Kati. Les populations sont sur leur pied de guerre. Et les autorités vivement interpellées.

    Situés dans la Commune de Baguinéda camp, Niamana et Kognini étaient en effet deux villages distincts. Mais  à cause de leur proximité avec la ville de Bamako, ils font aujourd’hui un seul, car il n’existe pratiquement plus de frontière entre les deux villages. D’où l’appellation Niamana-Kognini. Fondé en 1926, le village de Kognini connait depuis quelques semaines, une vive tension. A l’origine : un rocambolesque litige foncier opposant les habitants dudit village à un groupuscule d’individus manipulés par Bakary Traoré, enseignant à la retraite et Mahamadou Diarra, promoteur immobilier, PDG de l’agence immobilière ‘’Prestige Sarl’’.

    Sur la base du faux, le promoteur de l’agence ‘’Prestige Sarl’’ Mahamadou Diarra avec ses complices, menace de démolir plus de 6000 logements appartenant  à des particuliers qui les ont chèrement acquis sur des bases légales. Sans mandat ni grosse de justice, le spéculateur foncier qui se prend pour un demi-dieu, a dépêché sur le terrain, le 28 septembre dernier,  des éléments de la garde nationale avec à leur tête, un huissier de justice pour sommer les occupants de libérer les lieux. Et cela en violation flagrante des lois et de toutes les procédures en la matière.  Car d’après nos enquêtes, le promoteur immobilier, Mahamadou Diarra et ses complices ne disposent d’aucun document légal, ni judiciaire, ni administratif, les autorisant à exécuter cette sale besogne consistant à spolier des milliers de paisibles citoyens de leurs parcelles et  leurs maisons construites à des coûts de millions.

    Comment l’histoire est née ?

    En effet, tout est parti d’un projet de transfèrement du village de Kognini, monté de toutes pièces en 2007 par le nommé Bakary Traoré à l’époque conseiller du chef de village Fama Traoré. Usant de son statut d’homme ‘’instruit’’, l’enseignant à l’époque directeur d’école, réussit à convaincre le chef de village en lui faisant croire qu’une fondation américaine dénommée  ‘’Kingdown Train Fundation’’ s’est engagé à les accompagner pour doter le nouveau village d’équipements modernes (écoles, marchés, adductions d’eau…) à hauteur de 15  milliards 600 millions FCFA.

    C’est ainsi qu’il réussit, en complicité avec une première agence immobilière dénommée ‘’SALAM’’,  à concocter un ‘’faux’’ titre foncier sous le numéro 17808, sur le site devant accueillir le village de Kognini. Problème : le site était en fait la propriété  de l’Office du Périmètre Irrigué de Baguinéda, (OPIB) depuis l’époque coloniale. Celle-ci disposait d’un Titre Foncier N° 1753 créé en 1957 sur une superficie de près de 20.000  hectares qu’elle exploitait pour ses activités agricoles.

    Avec le temps, l’OPIB cesse ses activités agricoles dans la zone dont elle cède une partie à des particuliers en bail. Mais dans la foulée du projet de transfèrement, le village de Kognini entre en conflit avec le village voisin de Niamana et certains particuliers. Après plusieurs de procès, le tribunal tranche et départage les parties.  Quant à l’OPIB, à travers une correspondance en date d’août 2008 a précisé qu’il n’est pas question d’établir un nouveau titre foncier sur le foncier originel n°1753. Toute chose qui rend nulle et sans effet, le titre foncier établi par le nommé Bakary Traoré et ses complices.

    Pour préserver la cohésion sociale, le chef de village de Kognini, Fama Traoré qui s’est fait embarquer par son conseiller Bakary Traoré, dans un feuilleton judiciaire dont il ignorait tout le contour,  se plie aux injonctions de la justice et des autorités administratives et renonce au projet de transfèrement de son village. Mais pas son conseiller, Bakary Traoré qui monte d’autres stratagèmes pour arriver à ses fins inavouées. A cause de ses déboires, en 2015, les populations réclament et obtiennent du chef de village, son limogeage du poste de conseiller. Mais rien ne décourage l’homme, ni les procès perdus, ni les séjours en prison. En 2016, il revient à la charge cette fois-ci non contre un village voisin mais contre son propre village Kognini. En complicité avec le PDG de l’agence immobilière, ‘’Prestige Sarl’’, il entreprend la récupération des milliers de parcelles s’étendant sur près de 300 hectares. Des parcelles qui servaient autrefois de champs pour les populations de Kognini, qui après des années, de commun accord avec le chef de village et la mairie de Baguinéda camp, les ont morcelés et vendu à des particuliers. Lesquels y ont construit des milliers de beaux édifices. D’après les chiffres qui nous ont été communiqués par les intéressés, ce sont plus de 6 000 logements que le PDG de ‘’Prestige Sarl’’ Mahamadou Diarra et ses complices menacent de démolir sans décision de justice.

    Excédées par cette injustice, les victimes sont depuis quelques jours sur leur pied de guerre et promettent un affrontement sanglant si jamais, le PDG de ‘’Prestige Sarl’’ ose mettre à exécution sa menace sous le regard indifférent des autorités.

    Rappelons que le même promoteur immobilier avait tenté de déguerpir des morts en voulant s’accaparer du cimetière de Niamana.

    Affaire à suivre !

    Lassina NIANGALY

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER

    REPONDRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here