Vol avec effraction à Kati : Deux cambrioleurs arrêtés par la police de Kati

    0
    3





    Abdoulaye Maréga et Ahmadou Doumbia sont deux brigands qui régnaient sans merci dans la ville garnison de Kati et coupaient le sommeil à la paisible population du coin. Tant leur mode opératoire est des plus particuliers. Ils prenaient toujours soin d’agir au moment où la population se remettait des rudes labeurs de la journée. Ce procédé leur a, de tout temps, réussit. Ils ont, depuis le weekend dernier, été mis hors d’état de nuire par les éléments du Commissaire divisionnaire Tianto Diarra dit Badara du Commissariat de Kati.

    Députée dans la traque des bandits de grand chemin pour avoir démantélé de nombreux réseaux de gangs, le Commissariat de Kati vient une fois de plus de réaliserse un exploit. En effet, elle vient de mettre le grappin sur deux bandits qui ont la fâcheuse réputation de voler par effraction. Il s’agit de Papa et Ahmadou Doumbia, tous deux domiciliés à  Sirakoro Doufing.

    Dans la nuit  du 18 au 19 janvier, aidé en cela par Hama, Papa a enlevé la moto de sa petite sœur ainsi que le téléphone de sa propre maman. Après cette opération, les  deux personnes se retrouvèrent autour du thé pour fêter la réussite de cette sortie.

    Aux environs de minuit, Hama et Papa, munis de trois tenailles, d’un marteau, d’un couteau et d’un gant, ont fait un tour au bar «Sy», situé à Kati Farada, pour faire couler l’alcool à flot.

    Sur place ils peaufinent leur nouveau plan consistant, cette fois, à faire une descente dans le kiosque de Djénéba Touré. Ils réussirent, à l’aide d’outils qu’ils détenaient, à pénétrer dans ce kiosque. Ils s’emparèrent de 51 paires de chaussures et des morceaux de savons. Puis, ils se rendirent dans un autre kiosque.  Là, ils n’auront pas la même réussite. Au moment où ils  tentèrent  de défoncer la porte, ils furent alertés par les bruits d’une personne qui dormait dans ledit kiosque. Ils prennent la fuite en abandonnant sur place leurs outils de cambriolage et le téléphone portable de la mère de Papa contenant une carte Sim et un autre téléphone de marque Itel. 

    Ces objets ont été ainsi mis à la disposition de la police de Kati par un certain Youssouf Coulibaly.  La police attendait toujours qu’une personne puisse se manifester pour en savoir davantage  sur la provenance de ces objets dérobés. Quelques jours plutard, quelqu’un a fini par appeler sur le numéro d’un des téléphones retrouvés. C’est un certain Dramane Diawara qui voulait des renseignements sur une personne qui lui aurait vendu un lot.  Les policiers l’ont aussitôt mis à contribution en le localisant au niveau de la station Gambi de Samé.  Interpellé, et sous la forte pression des limiers, l’intéressé les a conduits à Dramane Niaré, propriétaire du numéro. Celui-ci indiquera  que la puce lui appartient mais pas le téléphone.

    Toutefois, il dit reconnaitre sur l’écran d’accueil du téléphone la photo d’une jeune fille du quartier dont le grand frère est passé chez lui le jour où son téléphone a été volé.  Toute chose qui montre que le voleur Abdoulaye Maréga a utilisé la puce du téléphone volé de Dramane Niaré dans le portable également volé de sa maman.

    C’est à travers cette photo que le présumé voleur a été identifié, il n’était autre que le grand frère de la fille sur l’écran.   C’est ainsi que chef par intérim de la brigade de recherche, l’adjudant-chef Souleymane Coulibaly, son adjoint, l’adjudant Karamoko Berthé, accompagnés de leurs éléments, notamment les adjudants Thierno Tamboura, Amadou Diallo, les sergents-chefs Djomakan Doumbia, Jean L. Diarra et Abdoulaye Maïga ont effectué une perquisition au domicile des deux suspects. Ce qui leur permit de saisir  sur place onze bidons d’huiles et une bouteille de gaz butane.

    Interrogé sur la provenance de ses objets, sans détour, Ahmadou Doumbia a révélé que ce ne sont là qu’une partie du butin du vol commis à Kati Sananfara dans la nuit du 18 au 19 janvier. Il a, de ce fait, expliqué qu’une grande partie avait été déjà vendue.

    Les enquêtes sont en cours pour essayer de récupérer ces objets.

                                         Fatoumata Mah Thiam KONE

    NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.