Vol d’argent et d’articles divers à Kati Sananfara Une aide-ménagère dévalise sa patronne

    1

    Depuis plus d’un mois, la famille de K.C. à Kati Sananfara serait à la recherche de Yatimè GUINDO, leur aide-ménagère. Cette dernière qui a profité d’un voyage de sa patronne à l’étranger pour se tirer tranquillement avec ses épargnes d’argent, ses habits (cousus et non cousus) et ses bijoux de valeur. Aussitôt informé, le persévérant inspecteur de la police, Mohamed S. HAÏDARA, le nouveau chef de la police judiciaire du 14ème arrondissement engage les investigations. De fil en aiguille, aidé par l’inspecteur Moïse BAYA le chef de la brigade de recherche et d’autres limiers, ils finissent par mettre le grappin sur Yatimè à Kamona. Un village qui se trouve à 15 km du cercle de BLA.

    Vol de circonstance ou un comportement habituel ? En tout cas, la victime K.C. était très paniquée et dormait difficilement la nuit. Mais, elle a été heureuse d’apprendre que les limiers ont retrouvé sa voleuse aide-ménagère et les objets volés en sa possession. Tout est bien qui finit bien.

    Tout commença au mois de septembre dernier. Koumba COULIBALY avec ses enfants et une nièce vivent à Kati SANANFARA. Le 19 du mois de septembre, Koumba part avec ses enfants rejoindre son mari dans un pays voisin. Avant de partir, elle avait pris une nouvelle aide-ménagère. Malheureusement, elle n’a pas eu assez de temps pour vérifier le comportement de cette dernière. Une erreur qu’elle ne risque pas d’oublier maintenant.

    L’opportunité ainsi présente, la voleuse n’a pas attendu longtemps pour exécuter soigneusement son plan. Juste le lendemain du jour de voyage de sa patronne, c’est-à-dire le 20 septembre, elle profite d’un moment de solitude dans la cour pour mettre en exécution son plan. Dans la chambre de sa patronne, elle s’empare des tissus de marque Wax (cousus et non cousus), de la somme de 150.000 FCFA et des métaux jaunes estimés à 600.000 FCFA.

    Puis, dans la chambre des enfants, là, l’aide-ménagère dérobe 45.000 FCFA et des habits. Enfin, elle les emballe puis les met dans un sac de voyage avant de disparaître dans la nature. Ah, la voilà devenue millionnaire en un seul jour.

    De retour d’une commission, la nièce Astan DIARRA a été surprise de voir les portes des chambres grandement ouvertes. Dans les chambres, sa surprise fut encore plus grande quand elle constate les effets éparpillés partout. La famille vient d’être victime d’un vol. Mais par qui ? Après avoir constaté également la disparition de la nouvelle aide-ménagère, tout se clarifie dans la tête de la nièce de K.C. : Yatimè a dévalisé la maison.

    Après cette conclusion, sans plus tarder, elle appelle urgemment sa tante K.C. pour lui expliquer les faits. Cette dernière écourte son séjour chez son mari pour venir s’imprégner de l’ampleur des dégâts.

    Alerté par la victime, le 04 novembre dernier, le nouveau chef de la police judiciaire, Mohamed S. HAÏDARA et d’autres limiers du 14ème arrondissement entamèrent les enquêtes. Les investigations les mèneront à un certain Yacouba MALLE, un habitant de Kamona. Interpellé, ce dernier indiquera qu’il est le logeur de Yatimè. Les enquêteurs finissent par mettre la main sur la soi-disant aide ménage dans le même village. Selon l’Inspol HAÏDARA, à la vue de la voiture de la police, sans chercher à comprendre, la voleuse a immédiatement essayé de prendre la fuite. Mais, elle a rapidement été attrapée par les limiers. Puis, elle a été mise à l’interrogatoire. Sans coup férir, elle avoue les faits et fut mise aux arrêts.

    En effet, l’attitude de cette bonne doit désormais pousser les employeurs des aide-ménagères à plus de vigilance. C’est-à-dire qu’il faut tout connaître sur les bonnes avant de les embaucher. Puisqu’elles arrivent désormais à Bamako sous des couvertures qui doivent répondre de leurs forfaits si elles en commettaient. Et puis que les patronnes ne soient pas trop naïves en intégrant démesurément ces filles dans l’intimité de la famille. D’autant plus que les gens méritent peu de confiance. Ne dit-on pas que la confiance n’exclut pas le contrôle ?

    Sory Ibrahim TRAORE

     

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER

    1 commentaire

    1. bien fait pour elle y a aucune enquete a mener pourquoi a t elle laisser sa maison a la bonne et a un enfant j aurais preferer qu elle ne la retrouve pas de cette maniere ca aurais ete une tres bonne lecon que des patronnes inconscientes

    REPONDRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here