Vœux des présidents des institutions de la République et autorités autonomes : Les avancées démocratiques et les préoccupations de l’heure en vedette

0
0

Après les familles fondatrices de Bamako, les confessions religieuses et le gouvernement, ce sont les présidents des Institutions de la République et des autorités autonomes qui ont présenté leurs voeux de Nouvel an au chef de l’État.

Au cours desa échanges, il a été question des avancées démocratiques dans notre pays et des préoccupations de l’heure comme la menace de la crise alimentaire, les accidents de la circulation, l’insécurité au nord, la crise de l’école publique. Il a été également question des élections générales et du référendum en 2012. C’est le président de l’Assemblée nationale qui a ouvert le bal. Dioncounda Traoré a noté que le travail législatif de cette année a été marqué par l’adoption de 77 projets de loi sur les 96 reçus et par 9 questions orales. Il s’est félicité de l’adoption du Code des personnes et de la famille, du projet de révision de la Constitution et de la nouvelle loi électorale. Concernant l’insécurité routière, le président de l’Assemblée nationale a révélé des statistiques effroyables : 687 personnes tuées sur les routes l’année dernière et plus de 8077 blessés. Il a aussi évoqué l’insécurité alimentaire qui menace notre pays et l’insécurité persistante au Nord.

Dioncounda Traoré a aussi évoqué la crise de l’enseignement supérieur et la lutte contre la corruption. Il a souhaité que les élections générales prochaines se passent sans fraudes et que le taux de participation soit honorable. En réponse, le chef de l’État a salué le soutien, l’accompagnement et les conseils qu’il a reçus de l’Assemblée nationale tout au long de ses deux mandats. Il a souligné la pertinence du nouveau Code des personnes et de la famille ainsi que des reformes constitutionnelles qui seront soumises au référendum du 29 avril 2012. Le président Touré a estimé que l’insécurité dans la bande sahélo-saharienne a été exacerbée par la crise libyenne avec le déplacement massif d’hommes en tenue. Il a rappelé avoir rencontré à Koulouba les représentants des Maliens rentrés de Libye et assuré qu’ils sont les bienvenus parmi nous. Amadou Toumani Touré a promis que les preneurs d’otages seront traqués et traduits en justice. Il a appelé la population à collaborer dans ce sens.

Le président de la Cour suprême fut la deuxième personnalité à présenter ses voeux au chef de l’État. Il a parlé des activités que son institution au cours de l’année qui s’achève. La section judiciaire de la Cour suprême a rendu 522 arrêts, la section administrative 329 arrêts. La section de compte a produit 38 rapports et le parquet général a rendu 391 conclusions et effectué 81 réquisitoires. Le magistrat a aussi touché du doigt la crise de confiance qui s’est installée entre la justice et les justiciables. Dans sa réponse, le président de la République a salué l’engagement de l’institution judiciaire à lutter contre l’insécurité et le banditisme dans notre pays. Il a indiqué que des reformes ont été initiées afin de rapprocher la justice des justiciables.

LE DIALOGUE PRIVILEGIE. Dans son adresse, le président de la Cour constitutionnelle a souligné que son institution avait participé cette année à plusieurs rencontres internationales qui seront utiles pour son bon fonctionnement. Hamadi Tamba Camara a, par ailleurs, assuré que la Cour constitutionnelle, conformément à sa mission, jouera pleinement son rôle dans les prochaines échéances électorales. En réponse, le président Touré a salué les activités menées par la Cour constitutionnelle avant de rappeler combien le rôle du juge électoral est crucial dans le processus d’une élection. Le président de la Cour constitutionnelle a été suivi par son homologue du Haut conseil des collectivités territoriales. Oumarou Ag Mohamed Ibrahim a salué le chef de l’État pour avoir été le premier à nommer une femme Premier ministre dans notre pays. Il l’a aussi salué pour avoir toujours privilégié le dialogue dans le règlement de la situation au Nord et pour avoir réservé un bon accueil à nos compatriotes venus de la Libye.

En réponse, le président de la République s’est félicité d’avoir nommé une femme d’expérience à la tête du gouvernement. Il a souhaité que le retour de nos compatriotes de la Libye ne soit pas perçu comme une “pesanteur sécuritaire”, mais comme un “rapport de forces” pour asseoir une paix durable dans le Nord de notre pays. Dans son adresse, le président du Conseil économique, social et culturel a apprécié les réalisations du président Touré, surtout le projet de découpage administratif. Jeamille Bittar s’est aussi félicité du couplage du référendum avec le 1er tour de l’élection présidentielle. En réponse, le chef de l’État dira qu’après les réalisations, le plus difficile reste le changement de comportement et de mentalité pour pérenniser ces acquis. Il a souligné que le découpage administratif a été initié en vue de rapprocher l’administration des administrés et la justice des justiciables.

Le président de la République a reçu en dernière position les voeux du Médiateur de la République, Diango Cissoko, et ceux du Vérificateur général, Amadou Ousmane Touré. Le premier a remercié le président Touré pour sa nomination à ce poste avant de rendre hommage à ses prédécesseurs. Diango Cissoko a annoncé la tenue à Bamako de la 4è Assemblée générale de l’association des médiateurs africains en février prochain. Quant au Vérificateur général, il a promis de s’investir à fond pour donner plus de crédibilité et de confiance à son institution. Pour cela, le Bureau du vérificateur sera réorganisé et restructuré. En réponse, le chef de l’État a promis l’accompagnement du gouvernement à la tenue de la 4è assemblée générale de l’association des médiateurs africains. Il a salué en Diango Cissoko un grand commis de l’État qui s’est toujours soucié du devenir de son pays. Amadou Toumani Touré a rappelé que le Bureau du Vérificateur général est une structure importante dans notre dispositif de lutte contre la corruption. Pour cela, il doit être dirigé avec sérénité pour éviter tout dérapage.

 

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.