Départ a la retraite :Les noms de vingt agents douaniers ne figurent pas sur l’arrêté du ministre

0
35

Abdoul Wahab Berthé, ministre de la Fonction publique

Lors de sa session du jeudi 8 décembre, l’assemblée nationale a voté le projet de loi 2011/82 portant modification du Code du travail,  statuant sur l’âge de départ des fonctionnaires à la retraite et prenant  effet à compter du 1er janvier 2012.

Par ailleurs, le Directeur général des Douanes a adressé une Lettre circulaire (N° 4027/MEF/DGD du 16 septembre 2011) à tous les agents douaniers des différentes catégories pour leur notifier le départ à la retraite de certains d’entre eux à partie de même date. Mais le hic, c’est que les noms de vingt agents de douane ne figurent pas sur l’Arrêté du ministre du  Travail, de la Fonction publique et de la Reforme de l’Etat.

Par cette Lettre, le DG des Douanes, le Colonel Modibo Maïga, a également informé ses différents chefs de service qu’à compter du 31 décembre 2011, 36  agents de douane devront faire valoir leur droit à la retraite. Mais à la surprise générale de certains chefs de la douane, les noms de vingt agents concernés par adite Lettre ne figurent malheureusement pas par sur l’Arrêté N° 2011-5016/MTFP-DNFPP-D4 portant mise à la retraite du 8 décembre 2011. 

Est-ce à dire que l’administration publique peine à se séparer de ses agents retraités ? En tout cas, ils seraient encore nombreux à ne pas jouir effectivement de leurs droits à la retraite. Une situation qui interpelle l’Etat sur la gestion de la carrière des agents permanents et contractuels de l’Administration. Accusé pendant longtemps de passivité face à cette situation, l’Etat a décidé de prendre ses responsabilités, et c’est le DG des Douanes qui en donne la preuve et l’engagement. En effet, par cette même Lettre circulaire, il a informé ses collaborateurs et les responsables des différentes sections  des Douanes afin qu’ils  prennent toutes les dispositions nécessaires pour mettre en position de retraite effective les agents concernés sous leurs autorités respectives.

D’autre part, comment comprendre que dans ledit Arrêté, les noms de plus de vingt  douaniers ne figurent pas sur sa liste des agents qui doivent faire valoir leurs droits à la retraite en janvier 2012 ?

Parmi eux : Kambo Diabaté, N°  Mle 228-68 C,  Sous-direction des enquêtes douanières et  Sidy Traoré, N° Mle 641-39 E, Bureau de Kati  (tous deux  inspecteurs de douane) ;  Abdoulaye Diakité, N° Mle 307-12 N, Guichet unique ; Oumou Touré, N° Mle 335-60 T et Binta Doucouré, N° Mle 335-61 T (tous deux de la représentation des douanes du Mali à Abidjan) ; Minata Soumaïla Traoré, N° Mle 406-76 L, Bureau 200 ; Oumou Diallo, N° Mle 640-08 V, Direction régionale des douanes de Kayes ; Mamadou Traoré, N° Mle 640-81 C, Bureau de Faladié ; Arsiké Coulibaly, N° Mle 641-42 H, Direction régionale des douanes de Mopti ; Alima Diarra, N° Mle 647-71 R , Direction régionale des douanes de Sikasso ; Fatoumata Sissoko, N° Mle 651-93 R, Sous-direction des enquêtes douanières ; Djélika Traoré, N° Mle 705-81 C, Bureau de Kati ; Siaka Samaké, N°Mle 707-30 V, BRMRX (tous Contrôleurs B1Conséquence) ; Issiaka Diallo, N° Mle 352-11 M, Direction régionale des douanes de Mopti ; Fatoumata Diarra N° Mle 368-01 B du bureau de Faladié ; Hawa Keïta, N° Mle 647-70 P, Sous-direction des enquêtes douanières ; Kadidia Bouaré, N° Mle 722-95 T, Bureau 200  et Djibril Mamadou Camara, N° Mle 723-04 P , Direction régionale des douanes de Sikasso (tous agents de constatation des douanes) ; Mohomodou Arboncana Touré, N° Mle 690-41 G, Bureau des régimes économiques et Soumaïla Daou, N° Mle 744-94 S, Direction régionale des douanes de Kayes (tous deux agents techniques Agriculture et Génie rural) ; et enfin Cheick Oumar Diarra, N° Mle 628-55 Y, Contractuel à la direction des douanes de Sikasso. Ces agents douaniers ayant été «  oubliés » par ledit Arrêté, ils resteront toujours en activité en 2012.

De l’analyse de ce qui ressemble à une « politique de deux poids deux mesures », il ressort donc que plusieurs fonctionnaires de l’Administration admis à faire valoir leurs droits à la retraite ne sont pas prêts à quitter la Fonction publique, malgré la détermination de leurs chefs hiérarchiques à les y contraindre. Selon nos sources, certains de ces agents se disent « inamovibles » parce qu’ils auraient déjà « tissé leur toile » jusqu’à la Présidence de la République et même au Cabinet du ministre de la Fonction publique. Et tout se passe comme si ces cadres défient l’Etat et le ministre du Travail.

Le Chef de l’Etat doit donc se pencher un peu sur les dossiers des départs à la retraite de la Fonction publique, car la non application de la  décision d’ATT rend automatiquement responsables les ministres concernées.  Il faut donc que le principe d’équité de tous les agents de l’Etat soit respecté à tous les niveaux.

A suivre…

Paul N’guessan

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.