Démolition illégale et injuste à Kalabambougou : Qui veut empêcher la réinstallation des victimes?

0

Plusieurs mois après la démolition injuste et illégale de 305 maisons à Kalabambougou, en Commune IV de Bamako, le Gouvernement tente de réparer le préjudice subi par les victimes. Dans cette perspective, une commission interministérielle a été mise en place le 2 février 2016.

Présidée par l’ingénieur des constructions civiles, Zan Coulibaly, de la Division du cadastre et de la propriété foncière, ladite commission est chargée de l’application du plan de lotissement du titre foncier N°180/CIV, dans le cadre de la réinstallation des victimes de cette démolition.

Un ouf de soulagement pour ces victimes, qui ont pour la plupart tout perdu dans cette démolition, qui ne se justifie que par l’appétit foncier insatiable de certains responsables véreux. Seulement, voilà que les mêmes personnes qui sont responsables de ces démolitions s’activent pour saboter le travail de la commission, par des campagnes de dénigrement et de diffamation.

Pour assouvir leurs besoins, ces personnes ont aussi mis à contribution la justice, aux fins de faire arrêter les travaux de cette commission par une assignation en référé d’heure à heure.

Face à ces velléités de sabotage, les victimes elles-mêmes n’entendent pas rester les bras croisés. Par l’entremise de Moussa Fané (Président de l’Association pour le développement de Kalabambougou), Daouda Camara, Safiatou Kouyaté et Kadia Traoré ont rencontré la presse, le mardi 16 février 2016 pour apporter tout leur soutien au ministre Mohamed Ali Bathily.

Aux dires de Moussa Fané, le ministre Bathily n’a jamais été leur avocat dans ce dossier de Kalabambougou, contrairement à ce qu’affirment ses détracteurs. «Il ne nous a jamais défendu dans la démolition de nos maisons comme avocat et il n’est pas un spéculateur foncier» a défendu notre interlocuteur.

Pour Moussa Fané, ceux qui réclament le départ de Mohamed Ali Bathily ne savent pas ce qu’ils veulent, contrairement à IBK, qui disait lors d’un Conseil des ministres qu’il «voulait des ministres sur le terrain, touchant du doigt les problèmes des Maliens».

Et Moussa Fané d’ajouter que la vocation de Kalabambougou n’était pas une vente mais une extension. Avant de conclure que les spéculateurs fonciers sont en train de mettre le feu au sud du pays.

Prenant la parole à la suite de son Président, Safiatou Kouyaté, une autre victime, a appelé le Président de la République à faire sienne cette cause en, donnant carte blanche au ministre  Bathily, avant de le qualifier défenseur de la cause des pauvres.

Pour sa part, Kadia Traoré dira que certains se cachent dans cette affaire derrière les malades de la lèpre pour bien mener leur politique de spéculation foncière. Elle a, entre autres, cité Madou Coulibaly, qui fait de nos jours le jeu des spéculateurs fonciers, bien qu’étant de la famille des lépreux.

Yaya Samaké

 

PARTAGER