Litige foncier a sokorodji en commune VI : Le maire Dagnon met les plaignants dans leurs droits

0
3

A l’issue de la rencontre entre la chefferie et la population de Sokorodji visant à trouver un consensus autour du scandale foncier opposant des habitants du même quartier depuis quelques temps, le maire de la Commune VI, Souleymane Dagnon, a décidé d’annuler sa décision pour l’unité et la cohésion de ce quartier. Cette information a été donnée le lundi dernier par l’édile de la commune, après avoir entendu les parties belligérantes.
La clairvoyance de maire Dagnon et la sagesse des personnes âgées de Sokorodji ont été payantes.
De quoi s’agit-il ?
Cette histoire remonte au 17 mars 2008, suite à la décision n° 0093/M.CVI-DB, portant attribution de parcelles du plan de réhabilitation du quartier de Sokorodji Dianéguéla concernant un espace vert  cédé à la maire de la Commune VI.  A l’époque, le chef de village, Abdoulaye Diakité, ses conseillers et un groupe de  jeunes se sont farouchement opposés au morcellement et à la vente de cet espace de loisirs. Avec comme argument que c’est un domaine d’utilité publique dans le quartier. Suite à des longs mois de tractations, le maire décida d’annuler purement et simplement sa décision en mettant à la disposition de ladite localité, le domaine en question. Grande a été la surprise de l’élu de Sogoniko  quand ces mêmes gens, en occurrence le chef du quartier Abdoulaye Diakité, son acolyte Amadou Ben Traoré, enseignant à la retraite, notable du quartier et quelques jeunes qui s’opposaient avec becs et ongles au morcellement, sont revenus voir le maire en indiquant que la population a donné son quitus de morceler le même endroit qu’il y’avait eu une incompréhension entre eux mais que les divergences ont été aplanies. Autrement dit, la population est d’accord avec le morcellement et la vente du terrain. Après consultation de son bureau une nouvelle décision d’attribution sera prise en 2010 où les personnes directement impliqués exigerons leur part du gâteau au nom du quartier.  Ce que le maire ne tardera pas à faire. Suite au constat, des jeunes qui fréquentent le dit espace litigieux, ne tarderont pas à se regrouper et demander à rencontrer la chefferie pour ce volte-face. Après analyse de la situation la population s’est rendue compte qu’elle a été bernée par ceux qui sont sensés être les références du quartier. Suite à cette trahison de la part des personnes âgées du quartier,  un   collectif comprenant des personnes âgées, des femmes et des jeunes de Sokorodji dirigé par Papa Balo verra le jour pour tirer l’affaire au clair. Vu la mobilisation, la détermination et le sens du respect de ce regroupement, le maire a compris qu’il a été piégé par la chefferie. Pour éviter toute manifestation de façon à troubler la quiétude des populations de sa commune, en cette période sensible, il a fait marche arrière en abrogeant la décision que lui-même a prise tout en appelant les protagonistes au calme et de travailler pour l’épanouissement de la commune.
A.B.D

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.