Litige foncier : Le site des exploitants de sable de Djikoroni Para convoité par le PCA de l’usine céramique

0

Rien ne va plus entre l’Association des exploitants de sable et de gravier de Djikoroni Para et les responsables de l’usine céramique de la même localité, deux voisins de longue date. La raison? Le site des exploitants de sable et de gravier est convoité par les responsables de l’usine céramique de Djikoroni Para.

Le différend remonte à l’année 1997. Le Président du Conseil d’administration (Pca) de l’usine céramique de Djikoroni Para, Boubacar Badian Sangaré, avait surpris les exploitants de sable et gravier en exhibant un titre foncier n° 13937 de 1995 de leur site. Ce document en main, le Pca cherche depuis lors à déguerpir les exploitants de sable et de gravier de leur site qui est sur la servitude du fleuve.  Aux dires de Seydou Kamissoko, président de l’Association des exploitants de sable et de gravier, leur site a un agrément délivré par le Conservateur des Domaines en 1961, c’est-à-dire avant la création de l’usine qui date de 1964. Les premiers exploitants de sable et de gravier auraient même servi de main-d’œuvre pour la construction de l’usine depuis, il y avait une parfaite harmonie entre les Coréens (initiateurs de l’usine) et les exploitants de sable.

Mais le problème des exploitants de sable a commencé avec la rétrocession de l’usine aux Maliens en 1997. A partir de cette date, Boubacar Badian a commencé à convoiter le site. Et la cohabitation est devenue de la “cohabitension”.  Boubacar Badian Sangaré, en un premier temps, aurait menacé les occupants de déguerpissement s’ils ne s’acquittaient pas d’une taxe mensuelle. Faisant fi de ces propos, les exploitants recevront une citation du tribunal de la Commune IV leur intimant d’évacuer les lieux dans un délai de 8 jours francs. Ensuite, une requête à comparaître devant le tribunal de la Commune IV a été adressée aux exploitants de sable et de gravier. Après plusieurs reports du procès, le verdict du tribunal de la Commune IV tomba en 2016 en défaveur des exploitants de sable et de gravier qui furent appel. Le jugement est prévu pour le 31 mai 2016. Mais en attendant, les exploitants de sable et gravier ne savent plus à quel saint se vouer.

Selon Sadio Camara, le site fait vivre plus de 3 000 exploitants de sable et de gravier. “ Donc, Boubacar Badian Sangaré, pour des intérêts personnels, ne peut pas se permettre de chasser les exploitants de sable et de gravier de leur site.  Nous sollicitons l’intervention des hautes autorités pour l’empêcher de s’accaparer de site qui n’appartient pas à l’usine céramique”, a-t-il dit.  Dramane Guindo, le secrétaire général de l’Association des exploitants de sable et de gravier, rappelle que plus de 11 groupements travaillent sur le site : lactos (piroguiers), déchargeurs de sable, chauffeurs et apprentis, chargeurs de camions, charpentiers, charretiers, vendeurs de sable, coxeurs, briquetiers, petits commerçants. Tous trouvent leur compte sur le site. “Nous sommes prêts à nous battre pour sauvegarder notre site “, a-t-il laissé entendre. Affaire à suivre.                                                                    Siaka Doumbia

 

PARTAGER