SPECULATION FONCIERE:La BICIM occupe un espace litigieux

0
Elle est bien connue des Maliens la spéculation. C’est d’ailleurs le sport roi de nos élus et autres hommes politiques ou d’affaires. C’est pour eux le moyen le plus rapide de s’enrichir. Les spéculateurs vendent tout sur leur passage et ce ne sont pas les clients qui manquent. Souvent même d’insoupçonnables responsables et structures de l’Etat se laissent entraîner dans ce fléau.
 
L’affaire des 30 lots illégalement vendus sur les berges du fleuve Niger, les Maliens s’en souviennent comme si c’était hier. Elle a été révélée, à l’époque, par la ministre des Domaines de l’Etat, Mme Bouaré Fily Sissoko. Qui, lors d’une visite sur le terrain, en présence de la presse publique a vigoureusement dénoncé, en off bien sûr, ce qui se tramait sur les berges du Niger. Elle venait de constater que 30 lots avaient été illégalement vendus sur ce site alors que rien ne devait être pris sur ces parcelles.
Elle a donc immédiatement sommé les supposés auteurs de cet acte en vue qu’ils remettent les choses dans leur cadre normal. Malheureusement, elle n’a pas été suivie dans cette décision. Car, elle avait à faire à plus forte qu’elle et l’affaire était plus compliquée qu’elle le croyait. Ceux qui avaient acheté les parcelles étaient loin d’être des enfants de cœur, leurs complices, perchés au sommet de l’Etat, non plus. Mme Bouaré Fily Sissoko a finalement été obligée de laisser tomber.
Ce n’est qu’après qu’on a réalisé que les 30 lots allaient abriter un hôtel (Kimpesky) et une Banque (BICIM). La Banque en questions est donc sur un terrain litigieux. Une parcelle dontr l’acquisition est des plus douteuses.
Affaire à suivre
Moussa Touré

Commentaires via Facebook :

PARTAGER