26 mars 1991- 26 mars 2016 : Retour sur le parcours exceptionnel de quelques grandes figures du Mouvement démocratique

80

Au Mali, une tentative de démolition de l’histoire du combat démocratique est en cours. Elle est   menée par ceux qui ne se sont jamais avoués vaincus et qui veulent torpiller le coup à l’héroïque histoire cette fois-ci écrite en lettres de sang par des démocrates sincères et des patriotes convaincus qui, pendant plusieurs décennies ont accepté de se sacrifier pour la Liberté et la Démocratie. En guise de reconnaissance, votre journal a tout simplement voulu rendre hommage à certaines figures emblématiques du Mouvement démocratique, Alpha Oumar Konaré, Mountaga Tall, Oumar Mariko et Amadou Toumani Touré.

     Alpha Oumar Konaré, fils d’enseignant, né à Kayes   le 2 Février 1946 dans les années d’effervescence politique qui précèdent l’indépendance, Alpha Oumar Konaré choisit lui aussi la carrière d’enseignant, tout en s’initiant très tôt au militantisme syndical. Après des études d’histoire à l’Ecole normale supérieure de Bamako, et s’étant marié à Adama Ba Konaré qui deviendra elle aussi une historienne réputée, il part en 1971 pour la Pologne où il reçoit une formation d’archéologue. Rentré dans son pays en 1976, il travaille dans l’administration tout en militant comme de nombreux cadres maliens dans un parti clandestin d’obédience marxiste, le Parti malien du Travail (PMT).

Au pouvoir depuis 1968, le général Moussa Traoré manifeste une volonté d’ouverture politique et l’appelle au gouvernement en 1978, comme ministre de la Jeunesse, des Sports et de la Culture. Mais, en désaccord avec l’évolution du régime, il demande toutefois à partir en 1980. Il retourne ainsi à l’enseignement et à la recherche. Il est membre de plusieurs organisations d’historiens africains, effectue des missions de consultant et acquiert en peu d’années une notoriété internationale, notamment dans le domaine de la muséographie. Il deviendra en 1986 président du Conseil international des musées. Outre le syndicalisme, où il est actif, il se consacre au Mali à l’animation de la Coopérative Jamana, créée en 1980, qui publie une revue culturelle puis diversifie ses activités dans l’édition et l’éducation, notamment en direction des jeunes.

En 1989, la coopérative lance le journal Les Echos qui devient l’un des relais principaux du mouvement démocratique émergeant. Après le renversement de Moussa Traoré, Alpha Oumar Konaré quitte officiellement la direction de Jamana et prend la tête du parti de l’Adema-PASJ, le Parti Africain pour la Solidarité et la Justice. Il en sera le premier président et le délégué à la conférence nationale de 1991. En avril 1992, à la fin la transition démocratique, il est élu président de la République, avec 69,01 % des suffrages au second tour des premières élections générales et démocratiques, contre Tiéoulé Mamadou Konaté. Il sera réélu pour un second mandat en 1997, à l’occasion d’un scrutin boycotté par l’opposition et entaché par de nombreuses irrégularités.

A la fin de son second mandat, et respectant les dispositions constitutionnelles en la matière, il se retire et ouvre la voie à l’élection en mai 2002 de son successeur, Amadou Toumani Touré, ancien chef de l’Etat sous la transition. Le 10 juillet 2003, il est élu à la présidence de la commission de l’Union africaine lors du sommet de Maputo.

Mountaga Tall   est un homme politique malien né à Ségou le 10 décembre 1956. Il est descendant en ligne directe du célèbre bâtisseur d’empire et conquérant de la Foi El Hadj Oumar Tall et d’Ahmadou Cheickou, Roi de Ségou.

Me MountagaTall connaissance
Me MountagaTall

Après l’école coranique et le primaire à Ségou, Mountaga Tall fait ses études secondaires au Lycée Askia Mohamed de Bamako. Il poursuit ses études supérieures en Droit à l’Université Cheick Anta Diop où il obtient une maîtrise en Droit Public Interne, un Diplôme d’Études Approfondies Général (DEAG) en Droit International Public et un Diplôme d’Études Approfondies d’Enseignement (DEAE) en Histoire du Droit. Ainsi nanti d’un Doctorat, il prête serment d’Avocat stagiaire et commence une riche carrière au Barreau.

Mountaga Tall est le fondateur du Comité National d’Initiative Démocratique, association à but politique qui a été la première à demander ouvertement l’instauration du pluralisme démocratique au Mali. À ce titre, il a personnellement conduit les premières marches pour la démocratie au Mali. À la chute du parti unique et après l’instauration du pluralisme démocratique au Mali, Mountaga Tall crée le Congrès national d’initiative démocratique dont il est le Président. Il sera candidat de ce parti à l’élection présidentielle de 1992 où, à 35 ans, il est arrivé en troisième position avec 11,41 % des voix derrière Alpha Oumar Konaré (ADEMA-PASJ) et Tiéoulé Mamadou Konaté (US-RDA). Mountaga Tall a été député de 1992 à 1997 et faisait fonction de Chef de l’opposition parlementaire. En 2002, il est de nouveau candidat à l’élection présidentielle où il obtient 3,77 % des voix au premier tour à la suite d’un processus électoral très contesté.

Oumar Mariko : Son engagement remonte à l’époque où il était lycéen puis étudiant. Il a exercé des responsabilités au sein de l’Union des élèves et étudiants du Mali (UNEEM) au lycée de Diola de 1976 à 1977 et au lycée de Badalabougou entre 1978 et 1979. Il est membre du bureau de coordination de l’UNEEM de 1979 à 1980.

Oumar Mariko
Oumar Mariko

Membre fondateur de l’Association des élèves et étudiants du Mali dont il en devient le secrétaire général entre 1990 et 1992. Il participe activement aux manifestations contre le régime de Moussa Traoré en 1991 et est membre du Comité de transition pour le salut du peuple (CTSP) pour le compte de l’Association des élèves et étudiants du Mali. Dr. Mariko est médecin généraliste de formation. Il est le fondateur et directeur de la clinique médicochirurgicale Mah Doumbia à Bamako. Oumar Mariko est depuis 1995 directeur général du réseau de radios privées Kayira.

Amadou Toumani Touré : il est né le 4 novembre 1948 à Mopti, où il fréquente l’école fondamentale. Entre 1966 et 1969, il est inscrit à l’école normale secondaire de Badalabougou à Bamako pour devenir instituteur. Finalement, c’est l’armée qu’il intègre en entrant à l’école interarmes de Kati. Au sein du corps des parachutistes, il grimpe rapidement les échelons. Ainsi, après plusieurs stages en URSS et en France, il devient commandant des commandos parachutistes en 1984.

Amadou Toumani Toure ATT
Amadou Toumani Toure ATT

En mars 1991, après les manifestations populaires réprimées dans le sang par le régime GMT, il participe au coup d’État contre Moussa Traoré et prend la présidence du Comité de transition pour le Salut du peuple où il assure les fonctions de chef de l’État pendant la transition démocratique. Il organise la conférence nationale qui s’est déroulée du 29 juillet au 12 août 1991, puis des élections législatives et présidentielles en 1992. À l’issue de ces scrutins, il remet le pouvoir au nouveau président élu Alpha Oumar Konaré. On le surnomme alors le « soldat de la démocratie ».

A son départ du pouvoir, il fonde et dirige une fondation pour l’enfance. En juin 2001, il est l’envoyé spécial du secrétaire général des Nations unies, Kofi Annan, en République centrafricaine avant de revenir sur la scène politique. Candidat il remporte les élections en 2002 au second tour contre Soumaila Cissé. Il rempile pour un second mandat en 2007 dès le 1e tour. Renversé par un coup d’Etat militaire le 22 mars 2012, il prend ses quartiers à Dakar.

A ces figures emblématiques il faut ajouter Bakary Karembé, alors secrétaire général de la puissante UNTM, Abdramane Baba Touré, Kadary Bamba, Pr Ali Nouhoum Diallo, Mamadou Lamine Traoré, Mme Sy Kadiatou Sow, membres de l’ADEMA Association, Me Demba Diallo, président de l’AMDH, Me Drissa Traoré du Barreau et Victor Sy. A toutes ces figures emblématiques, le 26 Mars est leur anniversaire.

En définitive, le Mouvement démocratique survivra aux assauts et autres tentatives de diabolisation et de démolition. Ses valeurs sont celles auxquelles aspirent toutes les maliennes et tous les maliens, à savoir : la paix, la justice, l’éducation et surtout la réduction de l’inégalité.

Youssouf Sissoko

youssouf@journalinfosept.com

PARTAGER

80 COMMENTAIRES

  1. La revomution du 26 Mars!
    je ne parlerai pas d'echeck car il y a eu mort d'homme, parce que des gens ont cru en sortant dans la rue, parce qu'il y a eu de vrai Martyrs. Mais aussi reconnaissons que leurs idées ont été trahis et que la revolte n'a point abouti, la democratie et une…, Quand Mariko se range aux cotés deSanogo juste pour sa petite personne alors qu'il a poussé ses amis(e) et freres pour la democratie ou du moins en son nom! les Etudiants Tués, les femmes dites moi se qu'ils ont obtenu depui le 26 MARS 1991. Rien n'a changé si ce n'est la ville en infrastructure.

  2. Les résultats sont sortis aux télés du monde entier quand après 20 ans d’une démocratie de façade, le Mali s’est effondré dans la main des quelques petits rebelles de 1200 hommes et le président chasse par quelques soldats rates (qui ont même dit qu’eux ne croyaient pas que le coup d’état était possible).
    De vrais révolutionnaires ne changent jamais….l’or ne change jamais quel que soit l’environnement…. Thomas Sankara n’a pas changé devant l’argent, le pouvoir et la prospérité.

    • En réalité c’étaient des pse.udo-démocrates…la plus part de faux révolutionnaires. Ils n’ont pas apporté de changement pour le peuple malien; ils ont seulement apporté le changement dans leurs propres conditions de vie en s’enrichissant tous sur le dos des pauvres citoyens…

      • …y en a qui ont surfacturé les engrais des pauvres, y en a qui ont surfacturé l’état, y en a qui ont liquidé les sociétés et patrimoines de l’état pour des retro commissions, y en a qui ont reçus des pourboires de sociétés privées contre les passations illégales des marchés, y en a qui ont volé l’état à travers des marches fictifs, y en a qui ont volé l’argent de la CENI, y en a qui ont pillé et surfacturé l’organisation de la CAN etc…

        • C’était tout simplement un gros festival bi-decennial 1992-2012 organise par ADEMA et CO.

          • Quant à ceux y étaient de vrais révolutionnaires, les élèves et étudiants sont morts… le reste on les a simplement exclus du festival. Qu’on arrête de nous mettre de poudre aux yeux…on ne peut pas s’enrichir et laisser les bandits s’enrichir de l’argent publique, chanter et menacer les opposants, truquer les élections, désarmer son armée durant tout son pouvoir et après prétendre être un démocrate, moins encore un révolutionnaire. Cest simplement abominable !

  3. 26 mars 1991-26 mars 2016; cela fait 25 ans que notre pays cela fera demain 25 ans jour pour jour que notre pays écrivait une nouvelle page de son histoire en tirant un trait sur la dictature et obtenait la démocratie aux prix du sang de certains compatriotes. Demain marquant cet anniversaire nous devons avoir une pensée pieuse pour tous ceux qui ont payé de leur vie et leur rendre hommage de même qu’a ceux qui sont encore vivants.

  4. On doit vraiment rendre hommage à ces personnes qui nous ont offerts la démocratie et tous ce qui peut s’en suivre comme retombées. Mais le hic dans cette histoire est que les personnes même qui ont vaillamment menées la lutte sont celles mêmes au cours de leur gouvernance qui en ont remis en cause les acquis.

    • Il n’y a pas eu service apres vente!
      et depuis le Malien n’est plus près a risqué sa vie pour quoique se soit, d’où ce calvaire que nous vivons.

  5. La lutte pour de meilleures conditions de vies pour les populations en générale mais aussi et surtout pour nos étudiants ne doit pas vraiment être vaine. Des personnes comme Cabral ont payé de leur vie pour que ceux qui sont là aujourd’hui puisse profiter des retombés positives de cette lutte mais il en sont les plus grands perdants depuis l’époque de la lutte à nos jours. Ces derniers vivent dans des conditions inimaginables dans la promiscuité avec tous les vices qui s’en suivent. Il faut donc un œil regardant de part et d’autres des dirigeants pour corriger cette situation qui a trop durée.

  6. La lutte des élèves, étudiants et des travailleurs a permis à la société d’avoir de nombreux acquis mais les uns et les autres en profitent inégalement; pour ne pas dire certains des premiers acteurs n’en profitent pas. Il faut leur rendre hommage et demander qu’on jette un regard sur leur situation.

  7. Le coup d’état du 22 mars 2012 a porté un coup au mouvement de démocratisation mais ne l’a pas fait tomber et aussi n’a pas mis en cause ses acquis obtenu au prix du sang de patriotes. Cependant cette démocratie peinait même à avoir des bases solides car les présidents qui se sont succédé après la chute du dictateur ont souvent piétiné cette démocratie. De nos jours, même si tout n’est pas parfait, la démocratie vraie est en train d’être mise sur pieds car plus d’actions sont posés dans le sens de sa consolidation.

  8. La révolution de mars 1991 a permis d’obtenir plusieurs choses mais il y a eu assez d’injustices car ceux qui ont été rompus à cette lutte et ont perdu beaucoup de leur en l’occurrence les élèves et les étudiants sont aujourd’hui ceux qui bénéficient le moins des acquis de cette lutte. Il faut qu’il y est réparation pour eux.

  9. La lutte pour la démocratisation du pays et pour de meilleures conditions de vies fut une grande lueur d’espoir pour tout le peuple mais les effets se sont vus très limités ce qui fait dire à certains participants que la lutte n’a pas produit les fruits escomptés.

  10. Il faut rendre hommage aux tenants de la lutte pour la démocratie mais ceux mêmes qui ont menées cette lutte sont ceux qui même à travers leurs actions ont mis à mal les acquis de cette lutte.

  11. Lorsque dans un pays on pose des actes qui sont reconnus par la mémoire collective comme bons,on doit faire l’effort d’être digne de la confiance de ses compatriotes à travers des comportements exemplaires.
    Suivez mon regard…

  12. C’est un devoir de mémoire de reconnaitre le patriotisme de ces hommes ci-dessus cités. Aussi faut-il leur demander de poser des actes toujours patriotiques pour ne pas mettre en cause ce mérite que nous leur reconnaissons. Ils doivent toujours poser des actes pour l’amélioration des conditions de vies de ceux pour qui ils se sont battus et continuent de se battre.

  13. Toi journaliste ces personnes que tu cites là, beaucoup d’autres personnes ont participé à cette révolution dont tu ne parles par, ce ne sont pas les seules dans l’histoire de notre pays ou veux-tu qu’on te fasse un cours d’histoire de notre pays?

  14. Le développement et la démocratie sont en marche. Les mesures continues d’êtres prises restons solidaire, unis, le Président IBK veut faire du mali un pays émergent. il vaut croire. leur combat a été un grand par pour le progrès de notre pays.

  15. le pays n’a oublié personne car tous nous nous rappelons de cette date historique du pays. là où nous sommes arrivé ce sont des personnes qui ont mené la marche jusque là. je leur rends hommage.

  16. ATT n’a pas été sage en laissant ces rebelles de la Libye envahirent notre pays sans rien faire et voilà aujourd’hui nous sommes dans la mède avec ces zigues.

  17. je pense que la lutte a été noble mais certaines personnes de cette lutte pensent que cette lutte est rester en vin. le mali vit de cette démocratie et pour toujours.

  18. Nous pouvons servir notre pays valablement dans son progrès à tous les niveaux sans être obligé d’occuper forcement des postes dans le gouvernement.

  19. Pourquoi les democrats se cachent et ne dissent pas la realite a la jeune generation. La jeunesse est confuse sur l’histoire du Mali, tantot Moussa est qualifie de monstre tantot un grand republicain ou se trouve la verite dans tout ca

  20. Le peuple malien était à la recherche la démocratie, cette démocratie n’est pas resté en vin car cette elle a porté fruit. La démocratie est en marche au mali.

  21. VIVE LA DÉMOCRATIE
    VIVE LE MALI
    TOUS ENSEMBLE
    les martyrs on ne vous oubliera jamais……….les braves de la démocratie.

  22. ATT une icone, du coup d’état à la présidence
    AOK un vrai
    sans oubliez les autres, soyez fière pour le boulot accomplit.

  23. Lorsqu’on entame une lutte pour le pays on ne pense pas qu’à soit même mais pour nos enfants, petits enfants.qu’est ce que nos enfants deviendront? merci à vous grâce à vous nous parlons de démocratie.

  24. Oui c’est bien de parler de liberté et de droits humains, mais la bonne démocratie parlera aussi de devoirs et obligations du citoyen. C’est là que tout a été monté pour mettre le Mali à l’état actuel ! Le voeux des politiciens(nos politiciens), des fonctionnaires véreux et des opérateurs économiques sans foie et sans vergognes va persister.

  25. Tôt ou tard vous finirez par comprendre que ce n’est pas IBK qui est à la base de ce qui arrive à son prédécesseur. Vous ne pouvez tout de même pas nier les faits atroces de ce monsieur vis-à-vis de notre pays.

  26. Il me semble que l’ancien président ATT fut accusé bien avant l’élection d’IBK à la tête de la magistrature suprême. Alors, pourquoi tenir IBK coupable de son malheur ? Vous devez au moins savoir que cette situation dépasse le président actuel, il s’agit de la haute trahison.

  27. Le président Ibrahim Boubacar Keita n’y ait pour rien dans cette histoire d’ATT. Il faut juste reconnaitre que l’ancien président est en train de subir les conséquences de ses faits. Or, si on essaie de voir, ce n’est point IBK qui a mis son prédécesseur dans cette situation.

  28. (Victor Sy, Bakary Pionnier, Adama Samassékou, Mme Ly Madina Tall, Mme Sy Kadiatou Sow, Mme Bintou Sanankoua, Mme Adam Ba Konaré, Me Mountaga Tall, Pr Ali Nouhoum Diallo, Pr Dioncounda Traoré, Pr Alpha Omar Konaré, Soumeylou Boubèye Maïga, Ibrahim Boubacar Keïta, Me Hamidou Diabaté, Me Drissa Traoré, Dr Oumar Mariko, Pr Yoro Diakité, Tiébilé Dramé, etc.).voici la vraie liste de ces combattants de la liberté.

  29. La révolution qui a chassé Moussa Traoré du pouvoir le 26 mars 1991 a produit les résultats escomptés.Je pense que les gouvernants actuels en sont conscients.Il ne faut pas oublier ceux qui sont morts pour la lutte de la liberté.

  30. La révolution du 26 mars a été pour le Mali une très bonne chose.Je pense que cette révolution a apporté une amélioration nette sur la qualité de vie des maliens.Tout étant perfectible il reste des choses à faire encore.

  31. Cette révolution a été la chose qui a soufflé le vent de la démocratie sur le Mali.Je pense que les maliens doivent faire en sorte d’instaurer une démocratie durable dans notre pays.

  32. Le 26 mars 1991 le Mali a connu en effet une révolution qui voyait la fin de plus de 20 ans de dictature de Moussa Traoré.L’espoir que cette révolution a suscité chez les populations maliennes a je crois été atteint.Cependant il y’a des efforts à faire pour instaurer une vraie démocratie dans notre pays.

  33. La chute de Moussa Traoré a été un ouf de soulagement pour le Mali et ses populations.Le temps a passé depuis ce jour.Il faut donc inscrire les choses dans leur cadre et selon les réalités du moment.

  34. C’est bien la lutte des hommes et femmes, durant une longue période de l’histoire politique du Mali qui a eu raison de la dictature des 23 ans du Général Moussa Traoré.Nous n’oublierons pas leur exploit.Mais il faut enlever ATT il a été opportuniste.

  35. Ces élèves et étudiants qui ont menés cette lutte sont justement eux qui sont aux affaires du pays aujourd’hui.Ils sont donc bien placés pour défendre les intérêts des élèves et étudiants du Mali.

  36. Abdrahamane Baba Touré, Kadari Bamba, Halidou Touré, Mamadou Elbéchir Gologo, Mamadou Lamine Traoré, Ibrahima Ly, Toto Diarrah, Bakary Karambé.Voici des noms qu’il ne faut oublier car ces patriotes ont payé de leur vie la liberté de notre pays.

  37. Les perdants de cette révolution sont les populations maliennes.Il faut donc que des efforts soient faits pour que cette révolution ne soit pas pas fait pour rien.On a confiance au gouvernement pour que cela soit ainsi.

  38. Aujourd’hui, à la lumière des faits, des actes posés et des résultats enregistrés depuis 23 ans, l’événement du 26 mars était-il en réalité une révolution? Pour certains, le 26 mars a été une révolution mal conduite, pour d’autres une révolution récupérée.

  39. Seul un sursaut national par la révolution sortira le Mali de l’ornière. Une même génération ne faisant pas, même deux tentatives de révolution, il est nécessaire que soit opérée au Mali, une révolution véritable, gage de développement rapide, de justice sociale, et de réel mieux- être pour tous.

  40. je pense qu’il ne faut pas oublier les personnes qui sont mortes sur le chemin de la liberté.Hommage à tous les hommes et à toutes les femmes qui ont leur vie pour le Mali.

  41. La révolution est une merveille, mais qui a un prix: l’abandon des pratiques, des habitudes et des comportements négatifs pour accepter ceux nécessaires et indispensables à la construction de la société nouvelle.

  42. La démocratie est en marche avec le président IBk qui a donné plus de prérogatives aux opposants de s’exprimer. Nous avons pour exemple l’adoption du statut de chef de file de l’opposition.

  43. Il est vrai que certains maliens se sont levés à un moment donné de leur vie pour dire non à la dictature.
    Mais il est important de souligner que certains de nos braves révolutionnaires comme les Mariko et les Tiébilé ont carrément dévié à cause de leur soif du pouvoir.

  44. Ces hommes ont bien défendu la cause de notre pays mais aujourd’hui la divergence idéologique a fait que la démocratie malienne est encore menacée.

  45. Il ya eu beaucoup de changements dans ce pays mais celui a favorisé la vraie reforme pour la démocratie est bel et bien le président IBK. Les leaders d’hier sont à la base des dérives d’aujourd’hui

  46. Le président OAK a été un homme d’état qui a tracé le sillon du développement de notre pays. Je pense que son grand frère Ibrahim Boubacar Kéita suit le chantier que lui. La démocratie a trouvé ses lettres de noblesse avec lui ainsi que la liberté d’expression

  47. Oumar Mariko est un opportuniste et un politicard sans vergogne. Il a quitté la lutte depuis belle lurette. Qui ne sait pas que la politique est source d’enrichissement? Le peuple se rendra compte du vrai visage de cet homme

  48. Nous pouvons dire que c’est l’engagements de ces grandes figures qui nous ont conduit à l’instauration de la démocratie dans notre pays. Le peuple ne reconnaissaient en ces hommes car ils défendaient leur cause.

  49. Le droit à la démocratie du peuple malien a été faite par la détermination des personnes patriotes, déterminé, dévoué pour la cause juste de leur nation. Ces pères de la démocratie ont mise en danger leur propre vie pour celui de tous les maliens.

  50. Le droit à la démocratie du peuple malien a été faite par la détermination des personnes patriotes, déterminé, dévoué pour la cause juste de leur nation. Ces pères de la démocratie ont mise en danger leur propre vie pour celui de tous les maliens.

  51. La population malienne remercie tous les pères de la lutte pour cette démocratie. Il ont fait preuve de patriotisme et de bonne foi, car ils ont combattu pour la cause de leur pays.

  52. La population malienne remercie tous les pères de la lutte pour cette démocratie. Il ont fait preuve de patriotisme et de bonne foi, car ils ont combattu pour la cause de leur pays.

  53. Les martyres de la révolution du 26 Mars 199, sont des patriotes qui ont donné leur vie pour le Mali. Tout le Mali prie pour le repos de leur âme et les promets de conserver et de rester intacte la cause de leur lutte.

  54. Le soulèvement du 26 Mars a vue l’amélioration de des conditions de travail et de vie. Le régime de Général Moussa Traore était un régime qui primait sur la dictature politique. Le peuple malien avait besoin de tournée la page pour avancer.

  55. La population malienne avait besoin de ce soulèvement pour voir la démocratie franchir les portes de ce pays. Le régime de Moussa Traore tellement dictatoriale avait rendu le quotidien des maliens insoutenable. La population malienne fut libérer d’un énorme fardeaux après ce soulèvement de 26 Mars.

  56. Toute la population malienne a salué cette révolution, car en ce moment la population malienne avait vraiment besoin de cela. La population malienne vivait en se moment dans une dictature sans précédent. 😐 😐 😐

  57. C’est grâce cette révolution que le Mali a vue naitre la démocratie, c’est grâce à cette révolution que le premier président démocratique a été élu au Mali. Le Mali a sa première République et régime démocratiquement élu.

  58. La révolution du 26 Mars a été une révolution qui ouvrir de nouvelle horizon au peuple malien. Grâce à cette révolution la population a vue l’avènement de la démocratie.

  59. Certes le Mali a eu dans le passé des hommes braves et digne qui ont donné leur vie pour leur nation, mais cela fut la grande surprise de savoir que ces derniers étant leaders de ce même pays, il traîna la pays dans le tréfonds de la médiocrité.

  60. au temps de la quête de la démocratie le Mali avait des hommes braves et digne et ceux ces hommes qui ceux sont battu pour que les maliens puissent retrouver la liberté d’une manière général. La population malienne remercie tous ces hommes qui ont mis en cause leur vie pour la nation.

  61. Je ne peux plus me permettre d’évoquer le nom d’Oumar Mariko parmi les figures de la révolution du 26 mars 2016. Il a été l’un de ces hommes politique à soutenir le coup d’État militaire de 2012, un acte anticonstitutionnel et compromettant les acquis démocratique du 26 mars 2016.

  62. Alpha Oumar Konaré ne mérite plus qu’on cite son nom parmi les grandes figures de la révolution du 26 mars 1991. Car il n’a plus aucun sentiment de patriotisme pour cette nation. Actuellement son seule ambition est sa famille. Depuis qu’il est parti du pouvoir il ne soucie plus de nos problèmes.

  63. ATT est en même temps le soldat de la démocratie et le soldat ingénieur de la rébellion de 2012. Arrivé au pouvoir en 2002, il a oublié ces jeunes élèves et étudiants qui ont perdu plus de vie et dont les prétentions n’ont pas jusqu’à présent été atteints.

  64. Le 26 mars 1991 a été une vraie boucherie du côté des élèves et étudiants du Mali. Ils ont le bilan le plus lourd en matière pertes de vie humaines. Je vois que le journaliste parle moins de ces jeunes. AOK a fait quoi qui lui vaut la peine d’être cité ici plus que les perdants de cette révolution qui sont les élèves et étudiants.

  65. Le rôle joué par Alpha Oumar Konaré dans la révolution du 26 mars 1991 est peu pour qu’il puisse être cité dans cet article sans Cabral qui s’est sacrifié pour la démocratie. A part cet homme les ATT, AOK, Mariko et autres n’étaient prêts à se sacrifier.

  66. Tout ce que les Amadou Toumani Touré, Alpha Oumar Konaré, Oumar Mariko et consort ont fait est parti dans le néant. Ce sont ces mêmes personnes qui ont plongé le pays dans cette calamité avec leur mauvaise gouvernance et leur naïveté. L’histoire de la révolution du 26 mars sans le nom de Cabral est comme l’histoire du Mali indépendant sans Modibo Keïta.

  67. Le nom d’Amadou Toumani Touré devrait être précédé par celui de Cabral. De la manière j’allais comprendre que le journaliste n’a pas été payé par un homme politique pour une telle chose. Je me demande aussi ce que les hommes dont les noms ont été cités dans cet articles ont fait plus que Cabral?

  68. A travers son article, on voit directement que le journaliste n’est impartialité quand il évoque l’histoire de la révolution du 26 mars. Même si c’est le nom d’une seule personne qui devrait être évoqué dans cet article cela devrait être celui de Cabral.

  69. Ce sont ce genre de personne qui fait que la population fait de l’amalgame. Avant de parler de ces hommes, le journaliste devrait d’abord parler de Cabral qui a sacrifié sa vie pour l’aboutissement du mouvement démocratique.

  70. La révolution du 26 mars 1991 a été mené par le mouvement démocratique qui était composé des personnes dignes, braves et intègres comme Cabral, C’est dommage que le nom de cet homme ne sort nulle part dans cet article.

  71. Monsieur le journaliste, j'ai été surpris par votre article. On ne peut pas parler de la révolution du 26 mars sans évoquer le nom de Cabral et autres figures que vous avec oublié, il s'agit de Tièbilé même s'il est opportuniste, d'IBK, j'en passe. Donc cela veut dire que vous êtes un pro-AOK/ATT.

  72. Monsieur le journaliste, j'ai été surpris par votre article. On ne peut pas parler de la révolution du 26 mars sans évoquer le nom de Cabral et autres figures que vous avec oublié, il s'agit de Tièbilé même s'il est opportuniste, d'IBK, j'en passe. Donc cela veut dire que vous êtes un pro-AOK/ATT.

  73. Monsieur le journaliste, j'ai été surpris par votre article. On ne peut pas parler de la révolution du 26 mars sans évoquer le nom de Cabral et autres figures que vous avec oublié, il s'agit de Tièbilé même s'il est opportuniste, d'IBK, j'en passe. Donc cela veut dire que vous êtes un pro-AOK/ATT.

Comments are closed.