Propos mémorables : Bakary Karembé, ancien Secrétaire général de l’UNTM (Mai 2000)

2 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

« Moussa Traoré avait presque accepté de démettre le gouvernement, proposant en sourdine des portefeuilles aux plus affamés d’entre nous. Histoire d’aiguiser l’appétit ! Nous avons dit « non » sachant bien que certains étaient bien tentés ».

Me Demba Diallo

« Les partis qui ont émergé après le renversement de la dictature ont eu des portefeuilles, les ont acceptées et ont assumé leurs responsabilités jusqu’à un moment où ils ont commencé à se dire « au fond, ceux qui dirigent nous ont donné des strapontins, des miettes. Nous voulons plus. Ote-moi que je m’y mette ».

Me Mamadou Gakou, (Juin 1997) au Professeur Mamadou L. Traoré

« Je sais qu’à vous seul, vous êtes une officine de renseignements douteux et une machine à rumeurs malveillantes. Comme vous ne supportez pas la renommée des autres, ni celle de vos amis, ni celles de vos ennemis, n’ayant aucun humour, vous pouvez toutefois être drôle dans la méchanceté ».

Me Demba Diallo, Avril 1997

« S’il y a quelqu’un pour sauver le processus démocratique que nous avons instauré en 1991 au Mali, c’est bien nous et non ceux qui se réclament de l’héritage de Moussa Traoré et leurs alliés ».

Maître Waly Mamadou Diawara, Avril 1996

« Me Tall est un brillant avocat, mais un piètre politicien ».

Bakary Koninba Traoré (Juillet 1996) :

« Le parti ADEMA contraste d’avec beaucoup de partis se plaçant dans l’opposition politique par le sens de la mesure, de la courtoisie, alors qu’ailleurs le langage est obscène, injurieux, violent et irresponsable. Cette attitude est à approfondir, à cultiver, à continuer. C’est une chance pour le Mali ».

Me Mountaga Tall (Juin 1997)

« Entre les deux tours de la présidentielle de 1992, le candidat Mountaga Tall a publiquement demandé aux Maliens d’aller voter pour le candidat de leur choix. Afin que le taux soit plus élevé. Mais moi, je savais qu’Alpha serait élu ».

Me Demba Diallo (Novembre 1999)

« Des juristes pour la cause de leur ventre, ça fait frémir ».

Général ATT Président de la République (Juin 2003)

Quelque soit votre volonté de lutter contre la corruption, si vous avez une justice qui ne soit suit pas , vous perdez votre temps. »

Saouti Maïdara, journaliste (Avril 1994)

« Depuis sa sortie du gouvernement le 5 Février dernier, le CNID n’avait cessé de jeter le trouble dans les esprits y compris dans ses propres rangs où, bien de têtes pensantes et pas de moindres ne se retrouvaient plus dans la nouvelle démarche de leur Président, Me Mountag Tall

Chebane Coulibaly, Directeur bimensuel Cauris (Octobre 1994)

« Il y a eu plus de morts avec Moussa Traoré (1990 – 1991) que durant toute la rébellion des années 1962 – 1963 ».

Me Adame Bâ Konaré, épouse de l’ancien Président Alpha (Mars 2000)

« Les femmes sont encore confrontées à des problèmes de droit. Moi-même, je suis particulièrement sensible à cela. Je sais que les décisions de justice malheureusement ne sont pas toujours rendues à la satisfaction des femmes. J’enrage souvent de voir que les femmes sont les souffre-douleurs dans les foyers par rapport aux lois.

Colonel Youssouf Traoré, Avril 2000 (à propos de IBK)

« Le nouveau Premier Ministre, ex-conseiller à la Présidence est peu connu sur la scène politique. Mais, au fil des mois et des ans, il se révèlera comme un homme sans foi et sans loi, ayant comme seuls moyens de gouverner, l’arrogance, l’injustice et la répression de type stalinien ».

Rassemblés par Boubacar Sankaré

 
SOURCE:  du   1 déc 2012.    

2 Réactions à Propos mémorables : Bakary Karembé, ancien Secrétaire général de l’UNTM (Mai 2000)

  1. pengyou

    Le propos du Colonel Youssouf Traoré, Avril 2000 (à propos de IBK) ne colle pas chronologiquement. En 2000 IBK avait deja presque 6 ans a la primature, comment l’appeler « Le nouveau Premier Ministre »?? :roll: :roll: :roll: :roll: :roll: :roll: :roll: :roll:

  2. C’est une lecture qui rafraîchit la mémoire. Seulement, ces affirmations sont extraites de leurs contextes; en ce moment, les interprétations qui en seront faites risquent de causer des torts non souhaitables. Donc faisons attention car le pays vit aujourd’hui une situation très difficile pour tous les citoyens maliens.