Propos mémorables: Feu Tiéoulé Mamadou Konaté Président du BDIA novembre 1994

0

« Je dis qu’il faut rapatrier le dossier des régions du nord-Mali, entreprendre des démarches pour ouvrir le débat au Mali, entre Maliens concernés.

C’est ça l’approche du BDIA.

Mais avant cela, il ne faudrait rien négliger sur le plan de la sécurité, pour que les populations puissent être à l’abri d’attaques, d’assassinats.

Notre gouvernement doit redoubler l’effort pour convaincre les rebelles que la paix est possible dans l’honneur et la négociation.

Mais, il doit être clair que cela n’est compatible, ni avec la surenchère, ni avec les pressions internationales, encore moins, avec les attentats terroristes ».

Zeïdane Ag Sidalamin Conseiller technique Commissariat au Nord 1993

« Le pacte National, conclu le 11 avril 1992 à Bamako, est un acte de réconciliation nationale au service de la sécurité, du développement et de la démocratie. Il constitue un symbole et une expérience. Expérience, car ce pacte constitue un bel héritage à léguer aux générations futures ».

 

Alpha Oumar Konaré, Président de la République 1994

‘’ Il est de la responsabilité de l’Etat, de donner la preuve qu’il entend et qu’il est en mesure d’assurer la sécurité de toutes les personnes, à quelque groupe socio-ethnique qu’elles appartiennent, ainsi que la sécurité de leurs biens.

Il appartient aux Mouvements  de confirmer leurs engagements en faveur de la paix et de la sécurité.

Il leur appartient sans plus aucun retard, de contribuer à la lutte contre les actes de banditisme.’’ 

 

 

Me Wahab Berthé, secrétaire général du RDP, novembre 1994

« Le constat que l’on peut faire, c’est que, ces attaques, sont des actes de terrorisme et il faut les combattre en tant que tels.

Ce sont des actes de terrorisme qu’on ne peut pas tolérer dans un Etat de droit, parce qu’il s’agit de prendre la Nation en otage…

Il est évident que la politique, c’est faire la guerre et faire la guerre, c’est faire la politique. Les deux vont ensemble ».

 

Younouss Hameye Dicko secrétaire général de l’UDD novembre 1994

« Nous ne pouvons pas comprendre que, parce que, on est rebelle, parce que, on est gouvernement, dans le dossier du nord, seuls ces deux parlent au nom des populations, gèrent la situation dans le nord, alors que les véritables populations dans le nord n’ont jamais participé à la gestion du dossier ».

 

Alpha Oumar Konaré 1996

‘’Il faut anticiper à cause de toutes ces solutions de dernière heure qui n’ont pas marché ; de cet attentisme coupable qui a ancré, depuis plus de trente ans, ce sentiment si fort de la fatalité, de cette propension de l’Etat africain à n’utiliser les ressources intellectuelles du continent que pour les politiques de courte vue. Si l’émergence de regroupements, d’associations prenant en charge les préoccupations des populations est normale dans une démocratie, leur expression sous des formes armées, de violence ou de haine, ne saurait être que condamnable.  Prenons-y garde ! »

 

 

 

 

Rassemblées par

boubacar Sankaré

PARTAGER