Spécial 26 Mars : Mouvement démocratique : L’union a fait le changement

2

Après plusieurs mois de manifestations et de violentes répressions, les organisations socio-politiques en lutte pour la démocratie ont décidé d’unir leurs forces. La jonction entre ce regroupement et un groupe d’officiers finira par avoir raison du régime du général Moussa Traoré

Le grand chamboulement politique de 1991 dans notre pays est redevable au combat mené par le Mouvement démocratique pour l’avènement du multipartisme. Cet épisode de notre histoire est remarquable parce qu’il a mobilisé une frange importante de la population, particulièrement les jeunes scolarisés en butte eux aussi aux conséquences des programmes d’ajustement structurel. Ces mesures, censées redonner du souffle à l’économie nationale, ont notamment entraîné une diminution du nombre des boursiers, l’institution d’un concours d’entrée à la Fonction publique, des départs volontaires à la retraite et des licenciements dans les sociétés et entreprises d’Etat. La mauvaise gouvernance caractérisée par l’enrichissement illicite des dirigeants, les retards des salaires et des bourses et surtout l’absence de perspectives avaient alimenté un mécontentement qui atteignit son paroxysme en 1991. Le bouillonnement qui éclata en Mars 1991 avait suscité la naissance d’associations politiques et de défense des droits de l’homme. Ces mouvements politiques et de la société civile, autorisés par les pouvoirs publics de l’époque pour faire baisser la pression, ont tôt fait de mobiliser le peuple pour exiger la démocratie et le multipartisme. Leurs messages étaient relayés efficacement par une presse privée mordante dont les organes les plus emblématiques étaient Les Échos et Aurore. La vie politique était alors dominée par le parti unique constitutionnel, l’Union démocratique du peuple malien (UDPM), dirigé par le chef de l’Etat en personne, le général Moussa Traoré. Parmi les mouvements socio-politiques les plus en vue, figurait l’Association malienne des droits de l’homme (AMDH), portée sur les fonts baptismaux le 11 décembre 1988 par Me Demba Diallo. Lors de son conseil central extraordinaire tenu les 28 et 29 mai 1990 à Bamako, l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM), l’unique centrale syndicale de l’époque, s’est débarrassée de relations parfois encombrantes avec le pouvoir pour rejoindre les associations qui ferraillaient pour l’avènement de la démocratie et le multipartisme. Cette centrale a radicalement rompu les amarres en ces termes : « Considérant que le parti unique constitutionnel et institutionnel ne répond plus aux aspirations démocratiques du peuple malien, le conseil central extraordinaire rejette en bloc le dirigisme politique qui entrave le développement de la démocratie au Mali, opte pour l’instauration du multipartisme et du pluralisme démocratique ». Le Comité national d’initiative démocratique (CNID) a vu le jour le 18 octobre 1990 et tenu sa première assemblée générale le 3 novembre suivant à l’Institut islamique de Hamdallaye. Le CNID a été créé par Me Mountaga Tall et ses compagnons parmi lesquels Tiébilé Dramé, Me Hamidou Diabaté, Cheick Oumar Sissoko, Yoro Diakité, Konimba Sidibé, etc. Ceux-ci ont préconisé « un saut qualitatif » en inscrivant leur combat dans la quête du multipartisme « à visage découvert ». Ils ont fondé l’association CNID en exhumant une ordonnance coloniale régissant la création d’association. Ce texte législatif servira de base juridique à la création de nombreuses associations socio-politiques qui joueront un rôle important dans la lutte pour la démocratie dans notre pays. Après le CNID, c’est l’association Alliance pour la démocratie au Mali (Adema) qui voit le jour. C’était le 24 octobre 1990. Le Pr Abderhamane Baba Touré était le premier président de cette association qui regroupait, entre autres, Alpha Oumar Konaré, Mamadou Lamine Traoré, Aly Nouhoum Diallo, Mohammedoun Dicko, Mme Sy Kadiatou Sow, Moustaph Dicko, Abdoulaye Barry, Cheick Mouctary Diarra, Salif Berthé, Ousmane Sy, Tiémoko Sangaré, Soumeylou Boubèye Maïga. Trois jours après la création de l’Adema association, le 27 octobre 1990, des étudiants sous la conduite de Oumar Mariko ont créé l’Association des élèves et étudiants du Mali (AEEM). Cette association a tôt fait de défier dans les établissements scolaires et universitaires les comités de l’Union nationale des jeunes du Mali (UNJM), filiale de l’UDPM. D’autres mouvements socio-politiques comme l’Association des jeunes pour la démocratie et le progrès (AJDP) ou encore la Jeunesse libre et démocratique (JLD) feront leur apparition dans la foulée et viendront grossir les rangs des activistes opposés au parti unique. Les associations démocratiques vont passer rapidement à l’organisation de manifestations de rue pour réclamer la démocratie et le multipartisme. C’est ainsi que le CNID organisera une manifestation pacifique qui a réuni 10 000 personnes dans la capitale le 10 décembre 1990. Le 30 décembre, le CNID se joindra à l’Adema pour une grande marche unitaire et pacifique, allant de la Place de la Liberté au terrain du Camp Digue. L’activisme des démocrates n’a pas manqué d’exaspérer les militants de l’UDPM qui ont organisé une contre-marche ce jour-là. Quand les deux cortèges se sont croisés au niveau de la Place de la Liberté, les militants du CNID et de l’Adema ont cédé le passage. CLIMAT INSURRECTIONNEL. Le gouvernement décidera par la suite de mettre fin à la « récréation » en interdisant les manifestations. Les activités du CNID seront interdites à partir de 18 janvier 1991. Mais d’autres manifestations vont se dérouler, malgré l’interdiction prononcée par les autorités, le 18 janvier 1991 à Bamako et le lendemain à Ségou. Le 3 mars 1991, une nouvelle marche est organisée par les deux associations politiques (CNID et Adema), rejointes par l’Association des jeunes pour la démocratie et le progrès (AJDP) et la Jeunesse libre et démocratique (JLD), ainsi que l’Association des diplômés, initiateurs et demandeurs d’emploi (ADIDE). Le 17 mars 1991, l’ADEMA, le CNID et l’AEEM ont organisé une marche silencieuse en souvenir de Cabral, leader étudiant assassiné le 17 mars 1980. Les forces de sécurité tentèrent de faire respecter la mesure d’interdiction des manifestations. Ce qui entraina des affrontements avec les manifestants. A partir du 22 mars, un climat insurrectionnel s’est installé dans la capitale. Ce jour-là, des militants de l’AEEM ont bloqué les artères de la ville pour protester contre la répression des manifestations et réclamer l’ouverture démocratique. Plusieurs personnes trouveront la mort lors des affrontements de ce « Vendredi noir ». Devant le durcissement du pouvoir qui réprimait les manifestations tout en soumettant l’ouverture politique à la tenue du congrès de l’UDPM, les associations socio-politiques se sont organisées en créant un comité de coordination qui prendra l’appellation de Mouvement démocratique, composé du CNID, de l’Adema, de l’AJDP, de la JLD, de l’UNTM, de l’AMDH, de l’AEEM et du Barreau. Le président Moussa Traoré campera sur sa position malgré les nombreuses victimes et les destructions d’édifices publics. Le chef de l’Etat finira cependant par recevoir une délégation du Mouvement démocratique pour lui confirmer sa décision de ne procéder à une éventuelle ouverture politique qu’à l’issue du congrès de l’UDPM. Les manifestations reprirent de plus belle et l’UNTM décréta le 25 mars 1991 une grève illimitée pour appuyer les manifestants. Un groupe d’officiers de l’armée, conduit par le lieutenant-colonel Amadou Toumani Touré, renversa alors le régime de Moussa Traoré dans la nuit du 25 au 26 mars 1991. Les militaires putschistes étaient regroupés au sein du Comité de réconciliation nationale (CRN) qui fait sans tarder la jonction avec le Mouvement démocratique lors d’un meeting unitaire à la Bourse du travail. Les scènes de fraternisation ont scellé la réconciliation entre les soldats et les manifestants. Leaders civils et militaires putschistes vont se regrouper, les 27 et 28 mars, au sein Comité de transition pour le salut du peuple (CTSP) qui dirigera le pays pendant une Transition d’un peu plus d’un an, marquée notamment par une Conférence nationale qui a élaboré une nouvelle Constitution et une Charte des partis politiques en consacrant le multipartisme intégral.

B. M. SISSOKO

LE LONG CHEMINEMENT DU MOUVEMENT DEMOCRATIQUE

La création de l’Alliance pour la démocratie au Mali (Adema) est l’aboutissement d’une longue lutte qui a débuté le 20 novembre 1968, rappelle l’actuelle présidente de l’association, Mme Sy Kadiatou Sow. Dès le lendemain du coup d’Etat militaire qui a renversé le régime de Modibo Keita, le père de l’indépendance, le 19 novembre 1968, des compatriotes ont entrepris d’organiser la résistance contre le Comité militaire de libération nationale (CMLN), la junte dirigée par le lieutenant Moussa Traoré. C’est ainsi que le Parti malien du travail (PMT) a, dans un tract, lancé un appel au peuple pour organiser cette résistance à la « dictature ». C’est par la suite que plusieurs mouvements ont vu le jour. Il s’agit de l’Université populaire du Ciné club Askia Nuh, du CLET (Comité de liaison étudiants – travailleurs), de la STMF (Solidarité des travailleurs maliens en France), du CDLDM (Comité de défense des libertés démocratiques au Mali), de l’ACTAF (Association culturelle des travailleurs africains en France). Il y avait également l’UGSM (Union générale des scolaires maliens). Ces organisations se battaient contre la confiscation des libertés fondamentales par les militaires qui avaient pourtant pris le pouvoir au cri de « A bas la dictature ! Vive la liberté ! ». Les grèves scolaires d’avril 1969, suivies de l’arrestation des dirigeants du Parti malien du travail, la dénonciation de la première conférence des cadres de juillet 1969, la grande mobilisation des travailleurs, particulièrement au sein du SNEC et du SYNACOM, culminant par la grande fête ouvrière qu’a été le deuxième congrès de l’UNTM en 1970, furent les moments forts de cette lutte pour la liberté et la démocratie. La junte n’a pas lésiné sur les moyens pour désamorcer cette mobilisation du peuple qui réclamait la restauration d’une vie constitutionnelle normale et le retour des militaires dans les casernes. En plus de la répression féroce contre les leaders politiques, elle a organisé en juin 1974 un référendum constitutionnel qualifié « de farce électorale » par le Regroupement de patriotes maliens (RPM). La jonction PMT/US-RDA n’a pas été aisée en dépit de la solidarité militante dont ont fait preuve les cadres du PMT agissant au nom du CDLDM (Comité de défense des libertés démocratiques au Mali). C’est la naissance du PMRD (Parti malien pour la révolution et la démocratie) et du FDPM (Front démocratique des patriotes maliens basés en France) qui facilitera ce regroupement. Le combat s’est amplifié avec la création de la Coopérative culturelle Jamana, de la MUTEC (Mutuelle des travailleurs de l’éducation et de la culture) initiées par l’ancien président Alpha Oumar Konaré. On retiendra également le CAP (Comité d’action populaire), la Ligue des droits de l’homme. Mais le CAP n’a pas vécu longtemps et la Ligue des droits de l’homme s’est fondue dans l’AMDH (Association malienne de défense des droits de l’homme). L’Action de lutte « Tiémoko Garan Kouyaté » a également participé au combat. Le Parti communiste malien se signalant, lui, par des tracts distribués à Bamako et à l’intérieur du pays. Pour donner une direction politique à leur mouvement, les responsables du mouvement démocratique ont créé à Thiaroye, au Sénégal, le Front national démocratique et populaire (FNDP) en décembre 1986. Le professeur Abderhamane Baba Touré et d’autres acteurs ont pu convaincre les membres de l’US-RDA, parti du président renversé Modibo Kéïta, d’adhérer à cette nouvelle direction en 1989. Le FNDP a réussi un coup d’éclat contre l’UDPM lors d’une conférence tenue le 31 mars 1990 au stade Omnisports de Bamako. Dirigée par Djibril Diallo, le secrétaire politique de l’UDPM, cette conférence avait comme thème : « La Démocratie au sein du parti ». Le FNDP a été également à la base de la rédaction de la Lettre ouverte du 7 août 1990 adressée au président de la République à la veille de la 7è session extraordinaire du Conseil national de l’UDPM. Cette initiative a suscité au sein du peuple malien un immense espoir, comme en attestent les centaines de signatures publiées dans le journal « Les Échos » de la Coopérative culturelle Jamana. B. M. S.

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Madame, vous revenez toujours avec les mêmes gros mots. Mais savez vous que le Mali est un des pays les moins alphabétisés du monde depuis 1968? Pour qu’on puisse comprendre et vivre la démocratie il faut un minimum de niveau intellectuel. Or nous progressons lentement mais sûrement. Vous semblez ignorer que les fléaux comme corruption, gestion clanique, détournements de deniers publics etc sont tous nés après 1968. Les habitudes acquises en 23ans ne peuvent pas disparaitre spontanément en 5 ou 10 ans. D’ailleurs, rappelez moi s’il vous plait les biens dont dispose Alpha ou quel élément de sa famille partageait son pouvoir ? Rappelez moi les biens de ATT ou de Dioncounda s’il vous plait, Moi je peux vous conduire sur plus de 1000 hectares qui appartiennent à GMT -le patrimoine du Mali.

  2. Nous disons et rappelons « Pauvre 26 Mars Réduit en Une Peau de Chagrin »

    Nous disons et rappelons il ne reste que des monuments avec des dépots de fleurs et une journée au cours de laquelle « les gens parlent se mémorisent seulement »

    1)Nous disons et rappelons « La Révolution du 26 Mars 1991 Fut Galvaudée »

    *Nous disons et rappelons après la « chute du dictateur Moussa Traoré » les lettrés mutants politiques maliens des différents exécutifs des députés maires syndicalistes partis politiques sociétés civiles Hommes en armes et religieux depuis Alpha à IBK en passant par ATT et Dioncounda « enfants ingrats égoïstes impénitents de la révolution populaire du 26 Mars 1991» avec leurs fidèles supporteurs et supportrices se sont encouragés s’encouragent aveuglement bêtement cupidement hypocritement idiotement malhonnêtement sourdement sournoisement dans la gestion primaire primitive du pouvoir héritage familiale clanique de la « bouffe » des deniers publics et dons dans 1démocratie bananière des tropiques de l’impunité de l’injustice reines de l’iniquité des 2poids 2mesures de la « pourriture de la corruption et de la cupidité dans tous les secteurs»

    *Nous disons et rappelons il a été dit par 1acteur du « Fameux 26 BêBi Ba Bolo »

    *Nous disons et rappelons il été dit lors de l’investiture d’1 autre acteur du «Fameux 26 Mars Moussa Traoré est un Grand Républicain »

    2)Nous disons et rappelons une révolution ne profite à 1peuple seulement et seulement si elle est suivie d’1convention avec la présence de tous les acteurs pour la mise en place d’1charte des droits de l’homme et du citoyen et 1 nouvelle constitution que tous les acteurs jureront de respecter et faire respecter quoi qu’il arrive

    *Nous disons et rappelons tel fut le cas de la « charte du mandé » qui permis aux populations du Mandé de vivre heureux « Une vie n’est pas plus ancienne ni plus respectable qu’une autre vie, de même qu’une autre vie n’est pas supérieure à une autre vie Que nul ne s’en prenne gratuitement à son voisin, que nul ne cause du tort à son prochain, que nul ne martyrise son semblable Le tort demande réparation Pratique l’entraide Veille sur la patrie La faim n’est pas une bonne chose, l’esclavage n’est pas non plus une bonne chose La guerre ne détruira plus jamais de village pour y prélever des esclaves; c’est dire que nul ne placera désormais le mors dans la bouche de son semblable pour aller le vendre; personne ne sera non plus battu au Mandé, a fortiori mis à mort, parce qu’il est fils d’esclave Chacun est libre de ses actes, dans le respect des interdits des lois de sa patrie ».

    *Nous disons et rappelons tel fut le cas le 26 Aout 1789 en France avec l’élaboration d’1 nouvelle constitution et la déclaration des droits de l’homme et du citoyen qui proclame le droit à la liberté, à la sécurité, à l’égalité de tous devant la loi

    *Nous disons et rappelons tel fut le cas aux USA le 17 Septembre 1787 avec l’élaboration d’1 constitution et « The Bill of Rights » et « Rule of Law qui dit Everyone must follow the law Leaders must obey the law Government must obey the law No one is above the law»

    Nous disons et rappelons « Ainsi Va le Mali Muté avec Son 26 Mars Galvaudé » de part la faute de ses lettrés mutants politiques députés maires syndicalistes Hommes en armes sociétés civiles religieux du 26 Mars 1991

Comments are closed.