David Sagara placé sous contrôle judiciaire, Amadou Diallo et Etienne Dioné, sous mandat de dépôt

2
David Sagara placé sous contrôle judiciaire, Amadou Diallo et Etienne Dioné, sous mandat de dépôt
David Sagara, ex-ministre du Logement, des Affaires Foncières et de l’Urbanisme

Interpellés, jeudi 14 août par le juge du Pôle Economique et Financier, dans le cadre de l’affaire dite de la « zone aéroportuaire », David Sagara, ex-ministre du Logement, des Affaires Foncières et de l’Urbanisme a été placé, lundi soir, sous contrôle judiciaire ; tandis que Amadou Diallo, ex-directeur national de l’Urbanisme et Etienne Dioné, ex-conseiller technique au secrétariat général du gouvernement, eux, sont envoyés derrière les barreaux.

Au cours de son point de presse, organisé lundi dans la salle de conférence de son département, le ministre de la justice  annonce, déjà, les couleurs dans ce dossier. Pour lui, l’interpellation de David Sagara, ex –ministre des Affaires Foncières sous la transition, Amadou Diallo, ex-directeur national de l’Urbanisme, Etienne Dioné, ex –conseiller technique au secrétariat général du gouvernement et Seydou Natoumé, PDG de Togouna Agro –Industrie n’a rien de politique. « Ils ont été interpellés pour des actes posés en violation flagrante de la loi, sur la zone aéroportuaire », a t –il précisé.      Difficile d’y croire, au regard du lourd contentieux politique existant entre, d’une part, le Premier ministre, Moussa Mara, leader du parti ‘‘Yéléma’’ et la CODEM, dont David Sagara est le coordinateur dans la région de Mopti. Et, d’autre part, entre la Codem et le parti de l’actuel ministre des Domaines de l’Etat, des Affaires Foncières et du Patrimoine, Tiéman Hubert Coulibaly : UDD.

Les griefs contre David Sagara

Coordinateur régional du parti CODEM (dans la région de Mopti) David Sagara a eu le malheur d’être nommé ministre du Logement, des Affaires Foncières et de l’Urbanisme sous la transition. Et, du coup, d’avoir signé l’arrêté n°2875 du 16 juillet 2013 par lequel l’Etat attribue, temporairement, des parcelles sur lesquelles les opérateurs économiques sont priés d’ériger des infrastructures démontables. L’article 2 de cet arrêté stipule que « les parcelles de terrain, objet de la présente occupation temporaire sont destinées à la réalisation d’installations démontables. Elles pourront être aménagées pour recevoir un complexe commercial, conformément aux plans décrits dans l’avant projet, qui a été mentionné dans le dossier ».

Bien avant cet arrêté ministériel signé par David Sagara sous la transition, le gouvernement a adopté en 2003, en conseil des ministres, le programme de développement intégré de la zone  aéroportuaire. Il visait à mettre en valeur la zone aéroportuaire, en y construisant une zone commerciale. Afin de mettre un terme au banditisme qui se développait sur le site.      C’est dans ce contexte que Yacouba Diallo et Mamadou Coulibaly, tous deux ex –ministres du Logement, des Affaires Foncières et de l’Urbanisme avaient signé des arrêtés pour l’occupation temporaire de la zone aéroportuaire. C’est ainsi que Seydou Natoumé a bénéficié, en 2012, de 10 ha sur ce site. Comme on le voit, tous les prédécesseurs de David Sagara, à la tête de ce département ont géré ce dossier. Sans être inquiétés. Alors, pourquoi est- il interpellé ?

Pour répondre à cette question, il faut remonter à la naissance des PUR : Partis politiques Unis pour la République).  Avec, à sa tête Moussa Mara, actuel Premier ministre, et non moins leader du parti ‘‘Yéléma’’ (changement), les PUR étaient composés de la CODEM, dont David Sagara est le coordinateur régional à Mopti et l’UDD de Tiéman Hubert Coulibaly, actuel ministre des Domaines de l’Etat, des Affaires Foncières et du Patrimoine.         L’actuel chef du gouvernement et son collègue des Domaines de l’Etat gardent tous deux, une dent « cariée » contre la CODEM de David Sagara.  Le premier, pour avoir été évincé de la présidence des PUR par la CODEM. Et le second, pour avoir vu sa liste invalidée aux dernières législatives à Badjangara par la même CODEM, dont le Coordinateur, dans cette région, n’est autre que David Sagara.

A quelques semaines de la formation d’un gouvernement d’union nationale, dont ni Moussa Mara, ni Tiéman Hubert Coulibaly ne feraient partie, l’interpellation de David Sagara, leur ennemi juré, apparaît comme une aubaine, l’occasion unique de lui régler son compte. Pour de bon. Ainsi, la veille de son départ pour le Congo –Brazzaville, Moussa Mara saisit le ministre de la justice. Aux fins de faire toute la lumière sur cette affaire.

A noter qu’il ne s’agit, nullement, de vente de parcelle ou de spéculation foncière dans cette affaire ; mais tout simplement de répondre à une cinquantaine de demandes, formulées par des opérateurs économiques. Et sur un site destiné à cet effet. En clair, il s’agissait de louer la zone aéroportuaire sur laquelle, ces opérateurs économiques entendaient ériger des hôtels, des entrepôts, des bureaux et magasins de haut standing. Comme c’est le cas à l’aéroport Charles De Gaulle en France, à Ouaga ou à Casablanca.

Les raisons de l’interpellation de Seydou Natoumé et d’Etienne Dioné

Si le motif de l’interpellation de David Sagara est jugé « politique », il en est autrement pour Etienne Dioné et Seydou Nantoumé. On reproche au premier, ex-conseiller technique au secrétariat du gouvernement, de viser des arrêtés venus du ministère des Domaines de l’Etat, sans leur bordereau d’envoi ; tandis que le second, en l’occurrence seydou Natoumé est accusé d’avoir construit en matériaux non –démontables, sur le site, contrairement à l’arrêté signé par David Sagara.     Rappelons qu’en plus des 20 ha qu’il a obtenus dans la zone, Seydou Natoumé a sollicité 20 autres ha pour délocaliser son unité de transformation.    Mais il n’a obtenu que 36 ha sur 40 demandés. Cependant, il n’a obtenu que l’autorisation de paiement de la redevance annuelle pour 20 ha.  Quant à David Sagara, on lui reproche de n’avoir pas suivi la « voie normale » dans la transmission des dossiers au secrétariat général du gouvernement.        Mais lundi soir, en début de nuit, ce qui devrait arriver, arriva : David Sagara est placé, par le juge, sous contrôle judiciaire ; tandis que, Amadou Diallo et Etienne Dioné ont passé leur première nuit en prison.

Oumar Babi

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Faux mr le journaliste l’espace vierge qui entoure Roissy charle de gaule peut contenir une ville comme bamako tu peut même organisé une chasse à l’intérieur ses endroits sont laisser pour la sécurité même la quartier Roissy ville se trouver a juxtaposer de l’aéroport tout les commerces se trouve à l’intérieur de l’aéroport et même aéro ville le nouveau centre commercial qui vient d’être terminé se trouve a dix munite de la navette
    Parlons de notre ça au mali tout l’espace laisse il y’a 20ans pour la jeunesse sont détourné par les maires et les commerçants il manque des espaces vert a bko

  2. Mer le journaliste ton BLaa Blaaa Blaaaaa ne les échappera pas dans cet.affaire .Je sais que tu as été payé pour écrire cet article mais la justice ferra son travail .Tu nous fais honte

Comments are closed.