Marche sur la Primature : La bombe foncière explose

1
0

Les membres de 114 associations, structurellement implantées à travers le pays, ont marché hier sur la Primature pour réclamer leurs terres que des personnes ou sociétés nanties ont usurpées. Ils y ont été reçus, au nom du Premier ministre, par les ministres de l’Environnement et de l’Assainissement, Pr. Tiémoko Sangaré, et délégué auprès du ministre de l’Administration territoriale et des Collectivités locales chargé de la Décentralisation, David Sagara, qui les ont assurés de la disponibilité du gouvernement de tout mettre en œuvre pour donner une suite favorable à leurs doléances dans un mois.

 

Ils étaient venus de tous les coins du pays pour battre le pavé. Ils, ce sont les membres de 114 associations, victimes de la spéculation foncière sur toutes ses formes au Mali. Ils sont regroupés dans une association dénommée Union des associations et coordination d’associations pour le développement et la défense des droits des démunis (UACDDDD).

C’est cette union présidée par Sounkalo Koné, qui a mené hier la marche de protestation. Celle-ci est partie dela Boursedu travail vers 9 h pourla Primatureàla Citéadministrative. Après avoir pris le départ devant le siège de l’UNTM, les manifestants sont passés par le monument de l’Indépendance pour emprunter la voie menant à celui dela Colombede la paix, avant de foncer surla Primature.

Sur leur trajet, les marcheurs, encadrés par un dispositif sécuritaire impressionnant (des policiers épaulés d’éléments de la garde nationale), scandaient des slogans hostiles aux spéculateurs fonciers du Mali du genre : « Les maires spéculateurs dégagent ! » Ils demandaient que leurs champs, concessions, marchés, etc., leur soient restitués. Dans leur collimateur, des personnes ou sociétés spéculatrices comme Modibo Kéita de GDCM, Alou Tomota, Sosumar… Ils disaient haro sur ces spéculateurs.

Des banderoles flottaient au dessus des marcheurs avec des messages fermes à l’intention des autorités dela République. Lamarche s’est immobilisée du côté Est dela Primaturehors de la cour dela Citéministérielle, aux environs de midi. Les manifestants ont délégué quelques responsables pour aller rencontrer Mme le Premier ministre.

Là, les attendaient Tiémoko Sangaré, ministre de l’Environnement et de l’Assainissement, et David Sagara, ministre délégué auprès du ministre de l’Administration territoriale et des collectivités locales chargé dela Décentralisation. Lesministres et leurs interlocuteurs ont échangé pendant presque une heure dans les locaux dela Primatureautour des doléances de l’UACDDDD.

 

Sursis

Les deux représentants du gouvernement ont reconnu la pertinence des doléances avant de s’engager à trouver une solution. Les échanges se seraient même terminés par des plaisanteries de cousinage entre les parties. Les deux ministres et leurs hôtes sont sortis pour venir à la rencontre des marcheurs qui étaient massés hors de la cour. Prenant le haut-parleur des manifestants, le ministre Tiémoko Sangaré, a d’abord remercié les membres de l’UACDDDD pour le sens de la responsabilité et l’esprit civilisé avec lesquels elle a conduit la marche.

« Arrivés ici, vous avez délégué quelques responsables pour aller rencontrer le Premier ministre, cela est une bonne chose. Nous avons échangé autour de vos doléances. Nous les avons trouvées pertinentes. C’est pourquoi nous vous demandons de nous accorder un mois pour résoudre les différentes doléances. On va les résoudre une à une et vous serez informés de l’avancement du dossier. Nous sommes sensibles à votre douleur, car, au Mali, lorsque quelqu’un est lésé, tout le monde doit sentir le choc. Moi-même, je suis un de vous. Vous méritez d’être soutenus », dira le ministre Sangaré.

Confortés par les propos tenus, les manifestants ont expliqué qu’ils vont surseoir au sit-in qui était prévu, mais ils ont exigé la libération de toutes les personnes emprisonnées suite à des contentieux fonciers au Mali. Ils ont accepté d’attendre la réaction du gouvernement.

« Notre pays ne manque pas de ressorts sociaux pour circonscrire les problèmes. Nous sommes satisfaits de la réponse du ministre Sangaré. Nous allons attendre de voir la suite. Notre Union est composée de toutes les personnes victimes de l’injustice foncière au Mali. Elle est bien structurée et implantée sur toute l’étendue du territoire. N’eussent été ces propos aimables du ministre, nous étions prêts à faire un sit-in pour manifester notre colère. Trop, c’est trop ! Il faut que les victimes soient remises dans leurs droits », a commenté le secrétaire général de l’UACDDDD, Famory Kamissoko.

Abdoulaye Diakité    

 

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.
Trier par :   les plus récents | les plus anciens | les mieux notés
FANA<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 158</span>
Membre
FANA 158
4 années 6 mois plus tôt

La mafia du foncier fait vivre beaucoup de personnes au Mali.

wpDiscuz