Spéculation foncière à Bamako : Adama Sangaré accusé de tentative de corruption des chefs religieux

0
1

Face à la fronde qui réclame son départ, le maire du District de Bamako veut détourner les attentions en se lançant dans des actions de séduction des autorités religieuses. Devant les caméras de la télévision nationale, Adama Sangaré vient de distribuer de l’argent aux établissements crées par des imams comme le centre de santé de Banconi du leader incontesté d’Aneçardine, Madane Ousmane Haïdara et au centre de l’AMUPI (Association malienne pour l’Unité et la Paix en Islam. « De l’argent mal acquis » dénonce aujourd’hui  le conseil national de l’Association Appel du Mali (AP.MA) qui en appelle «  à la clairvoyance de nos guides religieux de ne pas accepter l’argent souillé ou mal acquis du maire indélicat Adama Sangaré qui s’est enrichi à un laps de temps au prix de l’expropriation de pauvres citoyens  de leurs terres ». Son président, Adama T Coulibaly, annonce par ailleurs de nouvelles actions dans les jours pour pousser l’édile de la capitale à la démission.

 « Le maire du District, Adama Sangaré, ne nous échappera pas, il n’échappera pas à l’APMA et à ses nombreux victimes, mais aussi à la justice. Les dossiers l’attendent. Dès qu’il quittera la mairie, il ira en  prison » assure le président l’Association Appel du Mali (AP.MA), Adama T. Coulibaly. Dans une interview accordée à notre rédaction hier, il dénonce l’achat de conscience auquel s’adonne M Sangaré désormais pour se tirer d’affaire. « Adama Sangaré tente d’embarquer nos prêcheurs et leaders religieux dans le bateau  de la corruption. C’est du moins la face cachée de sa visite médiatisée la semaine dernière. Accompagné de ses cliques, l’élu indélicat  tente de soigner son image totalement ternie par les malversations foncières et financières en donnant la modique somme  de 500.000 F CFA au guide  spirituel d’Anneçardine, Ousmane Cherif Haïdara, pour  son centre de santé « Chérifila » et au centre de l’AMUPI (Association Malienne pour l’Unité et la Paix en Islam) » dénonce M Coulibaly qui ajoute que « si c’était un geste de solidarité, Adama Sangaré était où pendant le mois dédié  à la solidarité et à la lutte contre l’exclusion? Pourquoi cette donation maintenant ? Pourquoi le faire devant les objectifs de la caméra ? Ce geste n’est ni plus ni moins qu’un achat de conscience pour redorer son blason auprès de grands hommes que nous respectons beaucoup. C’est inadmissible à l’état actuel des choses qu’Adama Sangaré aille se cacher derrière un Haïdara ou un autre chef religieux. L’argent souillé qu’il a remis à ces leaders, nous souhaitons que ces centres restituent cet argent là car tout simplement ce n’est pas de l’argent propre, il est mal acquis. L’islam veut la pureté », rappelle le leader l’Association Appel du Mali.

Malgré ces manœuvres, le maire du District n’est toujours pas tiré d’affaires. L’Association Appel du Mali promet de nouveaux mouvements contre lui dans les jours à venir toujours pour réclamer sa démission,  la dissolution du conseil municipal du district ;  le retrait pur et simple de la gestion du foncier aux maires ; l’arrêt de morcellement des aires de jeux des jeunes, des espaces verts, l’expropriation et le morcellement de nos collines ; la prise en conseil des ministres d’une décision interdisant définitivement le morcellement des aires de jeux des jeunes, des espaces verts et de loisir en République du Mali. 

Adama T Coulibaly et ses camarades veulent que « le cas Adama Sangaré puisse servir de leçon aux spéculateurs. Pour la victoire escomptée, une pétition est ouverte et un numéro vert sera mis à la disposition des citoyens qui veulent joindre le mouvement de contestation patriotique ».

Aliou Badara Diarra

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.