Spéculation foncière à Diatoula : L’emprise des lignes électriques morcelée

Commentaires fermés [-] Texte [+] Email Imprimer

Décidemment, les spéculateurs fonciers ne reculent plus devant rien. En effet, les abords de l’emprise des lignes électriques à Diatoula ont été morcelés et vendus à la grande surprise de la population. Au cœur de ce scandale politico- foncier, un doigt accusateur est pointé vers les autorités communales.
Indignées et choquées par le bornage de l’emprise des lignes électriques, les populations riveraines ont saisi la direction de la société Energie du Mali (EDM- SA). C’était au mois de septembre 2012.
Sans perdre de temps, EDM- SA a envoyé une équipe sur le terrain. Constat: il y a effectivement eu morcellement de cette zone car il existe des piquets de bornage de lots à usage d’habitation tout au long des lignes.
Et depuis lors, l’EDM- SA a pris à bras le corps l’affaire. C’est ainsi qu’elle a adressé une correspondance au gouverneur de la région de Koulikoro en date du 29 octobre.
Dans cette lettre, la direction de l’EDM- SA explique que l’emprise en question abrite des ouvrages électriques très importants pour l’alimentation de la ville de Bamako (il s’agit là des liaisons des barrages de Manantali et Sélingué avec le poste de Balingué, mais également l’alimentation de plusieurs quartiers : Sirakoro Maguétana, les logements sociaux, Faladié, Sénou, etc.).
Dans le même document, il ressort que l’espace, qui vient de faire l’objet de morcellement, est réservé dans le cadre du projet de renforcement et de sécurisation de la ville de Bamako avec la création de la «Boucle 225KV» du programme du Projet d’appui au secteur de l’énergie (PAS).
La direction ne s’est pas contentée d’expliquer les raisons pour lesquelles cet espace est réservé, mais aussi elle a donné les dangers que constitue l’occupation de l’emprise des lignes électriques.
Pour les populations riveraines, ce morcellement équivaudrait à ne plus avoir accès à leur habitation sans compter d’autres désagréments qui vont sans nul doute perturber leur quiétude.
Fort de ce constat alarmant, l’EDM- SA demande l’annulation pure et simple de la décision de morcellement afférente à cet espace, mais aussi de faire arrêter les travaux de morcellement pour le bien être des populations et pour la préservation et la sécurisation des lignes électriques dans un souci de continuité de service public.
Au moment où nous mettions sous presse, nous apprenions que l’urbanisme de Kati a marqué les piquets de croix et saisi les matériels des ouvriers qui étaient sur le terrain à leur passage.
Le ministre de l’Energie et de l’Eau, Makan Aliou Tounkara, est fortement interpellé pour régler cette affaire.
Yoro SOW

SOURCE:  du   8 jan 2013.