Spéculation foncière à Kalabambougou : Les dérives insupportables de Moussa Mara

14 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Les jeunes de Kalabambougou, un quartier périphérique de la Commune IV du District de Bamako ne décolèrent pas depuis le déclenchement de l’opération de lotissement. Ils ne cessent de décrier le laxisme, sinon la complicité du Maire Moussa Mara et de Doudou KANOUTE, 2ème Adjoint chargé de la gestion domaniale à la Mairie, dans la gestion foncière de Kalabambougou. Spéculation, quand tu nous tiens !

Moussa Mara, maire Commune IV

La gestion foncière, notamment l’affaire dite de l’Ilot 15 était à l’ordre du jour d’une assemblée générale tenue le week-end dernier à l’école fondamentale locale. Auparavant, la jeunesse avait organisé par secteur et entre jeunes et personnes ressources du village, des séances de réflexion-pour faire l’état des lieux et des propositions au cas par cas des problèmes posés.  L’objectif de la rencontre, selon Seyba Diawara, parlant au nom de la jeunesse,  et représentant les groupements et associations pour le développement de Kalabambougou, est de faire l’état des lieux afin d’attirer l’attention des plus hautes autorités sur la situation qui prévaut dans la localité sur les manœuvres de Moussa Mara et de ses conseillers.

La parole aux victimes

Ils sont très nombreux  à subir les tracasseries de Moussa Mara-pardon, de la Mairie de la Commune IV. Selon les organisateurs de la rencontre, Moussa Mara a démoli certaines maisons  sur l’Ilot 15 sous prétexte d’y ériger la Mosquée. Ce faisant, il ambitionne morceler et vendre l’ancien site retenu pour la construction de la Mosquée.  «Le Mairie voulait faire construire la mosquée sur nos parcelles», explique Hamidou Coulibaly. Quant à Abdoulaye Coulibaly, il regrette: «la mosquée n’est pas dans le plan de lotissement de l’Ilot 15 de Kalabambougou. Mara et ses conseillers veulent réduire nos parcelles de 10/15 afin de vendre une partie. Nous n’accepterons jamais cette injustice». Sada Diallo, 1er responsable de la jeunesse a été on ne peut plus clair : «Nous avons démarché tous les 13 conseillers de Kalabambougou à propos de cette affaire. Mais rien n’a filtré. Finalement, la mairie a fait le lotissement avec la sortie des voies. Le terrain de foot et les espaces verts ont tous été vendus par la Mairie».

Les victimes du lotissement de Kalabambougou ont lancé un ultimatum à Moussa Mara: «Nous donnons deux (2) mois à la Mairie. Si rien n’est fait pour satisfaire les victimes du lotissement, nous marcherons sur la Mairie», avertit Seyba Diawara.

Après la sortie des voies, les conseillers municipaux veulent nous déloger à tout prix et démolir nos habitations, ont-ils révélé. Avant de promettre qu’ils se battront jusqu’au bout, même s’il faut leur sang.

S. KONE 

 
SOURCE:  du   25 déc 2012.    

14 Réactions à Spéculation foncière à Kalabambougou : Les dérives insupportables de Moussa Mara

  1. justicequity

    Drissa tu dis je te cite « D’abord sachez que les malversations foncières est un problème commun de toutes mairies » tu incrimine de fait ton client (Moussa Mara) parce que comment tu t’exprime tu n’es pas un simple lecteur , tu es un commando pour défendre Moussa Mara . Ton client fait partie des pro-putsch et comme jeune responsable politique j’ai été très déçu de sa part comment quelqu’un comme lui peut cautionner un coup de force , je me demande où est passé son bon sens d’expert comptable, comme tu sembles connaitre personnellement Moussa Mara dites nous ce qu’il a fait de mieux ou de différent que ses prédécesseurs ? il y a quelques semaines de cala j’ai été à lafiabougou j’ai failli casser ma voiture et j’ai demandé c’était qui le maire ? on m’a répondu que c’est Moussa Mara , j’ai été très étonné de voir que quelqu’un dont on m’a fait toutes sortes d’éloges que les quartiers dont il est le maire soient dans un tel état de délabrement , attaquez le journal devant les tribunaux , sinon mieux invitez publiquement sur les radios ou chaînes tv l’auteur de ce article pour un débat contradictoire ,entre nous je pense que Moussa Mara ne le fera pas , très peu de responsables maliens acceptent un débat contradictoire ce sont des petits dictateurs qui imposent leur point de vue dans leur structures et comme ils ne s’entourent que de lèches-bottes ils perdent très vite pied avec la réalité car personne n’ose plus leur dire qu’ils se trompent , leur point de vue devient divain, mais comme ce journaliste est totalement indépendant j’aimerai bien les voir débattre , peut être que dans les jours ou semaines à venir l’histoire me donnera tord .
    Mr Drissa ce n’est pas à moi que tu va faire croire que ceux qui sont opposés Moussa Mara ont un poids médiatique , en tout cas pas plus que Moussa Mara , Moussa Mara est un pro-putsch et pour le moment il est du côté de ceux qui tiennent le pays , tout au moins il n’est pas en opposition avec le pouvoir donc dis nous sans langue de bois qui instrumentalise cette affaire ? qui est derrière ces gens ? . Vous vous idéalisez des gens à tel point que votre vision est statique , tout change tout évolue même votre maître Moussa Mara ne fera pas exception à cette règle , la question est de savoir dans quel sens Moussa Mara a évolu ?, moi la réalité ne me fait pas peur Moussa Mara est un humain et surtout un malien comme nous tous donc le gain facile ça tente plus d’un , la politique sert à se servir avant de servir son pays , j’avais beaucoup cru en CMD l’ex PM si il y auvait eu des élections j’aurai voté pour lui alors que j’ai jamais voté de ma vie , tout simplement parce que je trouvai que c’est le seul malien qui n’avait jamais travaillé pour le Mali de ce fait il avait les mains propres et il était à l’abri du besoin , donc pouvait mettre un peu d’ordre dans le pays mais le temps m’a donné totalement tord parce que CMD a travaillé pour lui même et ses proches .

  2. hamidou diallo

    monsieur DRISSA il faut conseiller au maire mara de se prononcer publiquement sur le sujet si possible organiser un serieux ds le meme ordre sur ortm ou une radio privee car au jour d;aujourdhui moussa mara est consideré comme le porteur d’espoir pour la jeunesse malienne en particulier la diaspora qui voit en lui un deuxieme homme apres malick coulibaly.De nos jours les communications sont tres tres importantes .j;ajoute que une intox non dementie est plus dangereuse que les missiles SAM7 en terme de nuisance et surtout une etoile montante comme MARA. UN missile tiré à partir de bko n’atteindra DIEMA difficilement mais un clic d;info sur les reseaux sociaux peut en une seconde de fraction atteindre l’autre bout du monde.

    • justicequity

      Mr Diallo il faut surtout que Moussa Mara débatte avec des contradicteurs , mais moi je n’y crois pas une seconde , j’espère que je me trompe et qu’il me surprendra en débattant avec ceux avec qui il est en bras de fer.

  3. Malibah

    Il ft continuer a travailer Mr le Maire. Votre tamps est tres proche Inchalah. Le Mali a bensoin des gens comme Moussa Mara pour avancer. Mais bien sure, ya personne k’est parfait! Mais fair tout pour detruire qlq1 q’est l’1 de cadres du Pays, vraiment c patetic!!!
    Du courage Monsier le Maire, les Maliens patriotes st avec vous partout…

  4. Drissa Arama

    En cette ère de désinformation méfiez vous de ce genre d’intoxication, voici la réelle information sur cette affaire lisez bien et comprenez que Mr le Maire est toujours sur son chemin de transparence et de justice.

    Kalabanbougou était un des nombreux quartiers spontanées de Bamako, c’est à dire érigés sans plan ni règle d’urbanisme
    En 1996 les populations ont décidé elles mêmes de demander le lotissement du quartier et ont dû travailler avec la mairie d’alors. C’est ainsi que le Maire de l’époque, feu BOCOUM a demandé à l’Etat de transférer le titre foncier du quartier (la terre appartient à l’Etat) à la mairie pour entamer les opérations de lotissement. A ce moment la mairie a sur estimé les besoins en gonflant le nombre d’habitants, pour pouvoir sans doute spéculer avec le solde des parcelles. C’est ce qui arriva. C’est ainsi que de 1999 à 2009, de commissions en commissions, la mairie commença à vendre les parcelles, à un rythme tellement soutenu qu’une bonne partie de la population de Kalaban se retrouva sans parcelle et sans titre. Il était ainsi très courant de voir des personnes étrangères au quartier détenant des titres sur les terrains pourtant occupés par des habitants de Kalabambougou souvent depuis plusieurs générations. A notre arrivée à la mairie, nous avons recensé plus de 2000 personnes dans ce cas. C’est ce qui fait que nous avons décidé de reprendre totalement le lotissement en priorisant d’abord les occupants et si possible les places publiques et autres équipements collectifs (marchés, écoles, terrains de foot…). Nous avons du reprendre le plan, refaire des enquêtes ménages mais aussi tenir compte de l’évolution des choses avec des constructions déjà effectives, des titres fonciers constitués…La Mairie a du revoir à la baisse certaines superficies après acceptation de la population lors d’une assemblée générales organisée en juillet 2009. Malheureusement notre mandat a été écourté en fin 2009 et la délégation spéciale est venue à notre place. Elle a néanmoins poursuivie dans notre direction et après notre retour l’année dernière nous avons poursuivi l’opération pour la finir ces derniers temps. Grâce à notre action les 2000 habitants de Kalabam sans terrain sont tous dépositaires de leur titre aujourd’hui. Grâce à notre action l’opération de lotissement a connu un début de finalisation avec les sorties de voie de septembre dernier. Cette opération n’a pas fait que des heureux, ce qui est sur. D’abord les personnes qui devaient quitter les voies publiques, qui avaient été prévenues depuis longtemps et qui avaient leur titre de propriété sur leur nouvelle parcelle mais ne sont pas parties. ces personnes ont été surprises par les démolitions, mais elles ne doivent s’en prendre qu’à elles mêmes! Il y a certaines personnes du quartier, autour de la chefferie, qui sont impliquées dans les spéculations foncières et qui ont vu de nombreux titres vendues par elles annulées par la mairie pour être réallouées à leur véritable ayants droits

    • Malibah

      Il ft pas c fatiguer Drissa on conne qu’est ki au Mali!! Vous ete un exmple pour toutes les Maliens….
      Du courage……..

  5. Drissa Arama

    Voici le restant du démentit de cet intox

    A côté de ceux ci, il y a sans doute quelques cas où la mairie elle même n’est pas exempte de reproches, c’est évident mais à ce niveau nous avons indiqué notre disponibilité aux habitants du quartier pour les recevoir, discuter et résoudre les quelques cas litigieux au cas par cas. Pour donner un ordre de grandeur, sur plus 4000 parcelles, le nombre de cas litigieux ne dépasse pas 25. Mais malheureusement ce sont des personnes bruyantes, qui s’agitent, vont devant les journaux avec en soutien d’autres responsables mal intentionnés. Ils ont dailleurs écrit le Ministre de tutelle qui nous a répercuté le dossier. Nous avons organisé à la mairie une assemblée des responsables du quartier le jeudi 20 décembre et il est apparu lors de cette rencontre qu’ils sont ultra minoritaires dans le quartier. Il a été par conséquent décidé d’organiser une véritable assemblée générale dans le quartier le 6 janvier 2013 pour définitivement résoudre les derniers cas litigieux de l’opération de lotissement. J’ai adressé une lettre au chef de quartier dans ce sens, lettre dont le Ministre est ampliataire. Toute personne intéressée par le dossier peut faire le déplacement de Kalabambougou le 6 janvier prochain pour être témoin de ce qui se passe. J’invite les journalistes sérieux à s’y rendre aussi pour relayer les vraies informations. Je termine en indiquant que la mairie reste disponible pour toute interpellation et toute interrogation sur ces questions. Nous n’avons jamais perdu de vue nos deux objectifs en matière foncière : redresser les tords causés aux pauvres et proteger les places publiques.
    Bien à tous

    Moussa MARA”

  6. le scientifique

    je connais ce monsieur , renseigner sur comment il a fait pour gagner les elections municipales à lafiabougou .

  7. Drissa Arama

    Bonsoir les amis, après lecture de cette publication fondée sur le faux je me vois dans l’obligation d’intervenir pour éclairer les lanternes. D’abord sachez que les malversations foncières est un problème commun de toutes les mairies et non des maires en occurrence Mr Moussa Mara qui est saint dans sa gestion communale et c’est dans ce cadre de clarté qu’il démentit cet intox sans source avec l’article ci dessous pour sauvegarder toujours cette confiance que les maliens placent en lui,:

    “ Kalabanbougou était un des nombreux quartiers spontanées de Bamako, c’est à dire érigés sans plan ni règle d’urbanisme
    En 1996 les populations ont décidé elles mêmes de demander le lotissement du quartier et ont dû travailler avec la mairie d’alors. C’est ainsi que le Maire de l’époque, feu BOCOUM a demandé à l’Etat de transférer le titre foncier du quartier (la terre appartient à l’Etat) à la mairie pour entamer les opérations de lotissement. A ce moment la mairie a sur estimé les besoins en gonflant le nombre d’habitants, pour pouvoir sans doute spéculer avec le solde des parcelles. C’est ce qui arriva. C’est ainsi que de 1999 à 2009, de commissions en commissions, la mairie commença à vendre les parcelles, à un rythme tellement soutenu qu’une bonne partie de la population de Kalaban se retrouva sans parcelle et sans titre. Il était ainsi très courant de voir des personnes étrangères au quartier détenant des titres sur les terrains pourtant occupés par des habitants de Kalabambougou souvent depuis plusieurs générations. A notre arrivée à la mairie, nous avons recensé plus de 2000 personnes dans ce cas. C’est ce qui fait que nous avons décidé de reprendre totalement le lotissement en priorisant d’abord les occupants et si possible les places publiques et autres équipements collectifs (marchés, écoles, terrains de foot…). Nous avons du reprendre le plan, refaire des enquêtes ménages mais aussi tenir compte de l’évolution des choses avec des constructions déjà effectives, des titres fonciers constitués…La Mairie a du revoir à la baisse certaines superficies après acceptation de la population lors d’une assemblée générales organisée en juillet 2009. Malheureusement notre mandat a été écourté en fin 2009 et la délégation spéciale est venue à notre place. Elle a néanmoins poursuivie dans notre direction et après notre retour l’année dernière nous avons poursuivi l’opération pour la finir ces derniers temps. Grâce à notre action les 2000 habitants de Kalabam sans terrain sont tous dépositaires de leur titre aujourd’hui. Grâce à notre action l’opération de lotissement a connu un début de finalisation avec les sorties de voie de septembre dernier. Cette opération n’a pas fait que des heureux, ce qui est sur. D’abord les personnes qui devaient quitter les voies publiques, qui avaient été prévenues depuis longtemps et qui avaient leur titre de propriété sur leur nouvelle parcelle mais ne sont pas parties. ces personnes ont été surprises par les démolitions, mais elles ne doivent s’en prendre qu’à elles mêmes! Il y a certaines personnes du quartier, autour de la chefferie, qui sont impliquées dans les spéculations foncières et qui ont vu de nombreux titres vendues par elles annulées par la mairie pour être réallouées à leur véritable ayants droits. A côté de ceux ci, il y a sans doute quelques cas où la mairie elle même n’est pas exempte de reproches, c’est évident mais à ce niveau nous avons indiqu

  8. justicequity

    Tous les maliens sont pareils, il y a 3 ans de cela même moi qui suis un peu septique un ami m’a convaincu que cet homme était l’avenir de la politique au Mali , parce qu’il a rompu avec les anciennes pratiques mais apparemment comme on ne peut pas cacher sa nature profonde très longtemps , la réalité est entrain de le rattraper , avec de tels comportements même le jour où viendront des jeunes avec de bonnes intentions et de bonnes idées pour ce pays personne ne les écoutera , car fatalement les gens risqueront de se dire que c’est encore des nouveaux bonimenteurs .

    • Drissa Arama

      Frère justicequity, ne doutez pas de la transparence de ce Maire,Lisez ce démentit:
      Kalabanbougou était un des nombreux quartiers spontanées de Bamako, c’est à dire érigés sans plan ni règle d’urbanisme
      En 1996 les populations ont décidé elles mêmes de demander le lotissement du quartier et ont dû travailler avec la mairie d’alors. C’est ainsi que le Maire de l’époque, feu BOCOUM a demandé à l’Etat de transférer le titre foncier du quartier (la terre appartient à l’Etat) à la mairie pour entamer les opérations de lotissement. A ce moment la mairie a sur estimé les besoins en gonflant le nombre d’habitants, pour pouvoir sans doute spéculer avec le solde des parcelles. C’est ce qui arriva. C’est ainsi que de 1999 à 2009, de commissions en commissions, la mairie commença à vendre les parcelles, à un rythme tellement soutenu qu’une bonne partie de la population de Kalaban se retrouva sans parcelle et sans titre. Il était ainsi très courant de voir des personnes étrangères au quartier détenant des titres sur les terrains pourtant occupés par des habitants de Kalabambougou souvent depuis plusieurs générations. A notre arrivée à la mairie, nous avons recensé plus de 2000 personnes dans ce cas. C’est ce qui fait que nous avons décidé de reprendre totalement le lotissement en priorisant d’abord les occupants et si possible les places publiques et autres équipements collectifs (marchés, écoles, terrains de foot…). Nous avons du reprendre le plan, refaire des enquêtes ménages mais aussi tenir compte de l’évolution des choses avec des constructions déjà effectives, des titres fonciers constitués…La Mairie a du revoir à la baisse certaines superficies après acceptation de la population lors d’une assemblée générales organisée en juillet 2009. Malheureusement notre mandat a été écourté en fin 2009 et la délégation spéciale est venue à notre place. Elle a néanmoins poursuivie dans notre direction et après notre retour l’année dernière nous avons poursuivi l’opération pour la finir ces derniers temps. Grâce à notre action les 2000 habitants de Kalabam sans terrain sont tous dépositaires de leur titre aujourd’hui. Grâce à notre action l’opération de lotissement a connu un début de finalisation avec les sorties de voie de septembre dernier. Cette opération n’a pas fait que des heureux, ce qui est sur. D’abord les personnes qui devaient quitter les voies publiques, qui avaient été prévenues depuis longtemps et qui avaient leur titre de propriété sur leur nouvelle parcelle mais ne sont pas parties. ces personnes ont été surprises par les démolitions, mais elles ne doivent s’en prendre qu’à elles mêmes! Il y a certaines personnes du quartier, autour de la chefferie, qui sont impliquées dans les spéculations foncières et qui ont vu de nombreux titres vendues par elles annulées par la mairie pour être réallouées à leur véritable ayants droits. A côté de ceux ci, il y a sans doute quelques cas où la mairie elle même n’est pas exempte de reproches, c’est évident mais à ce niveau nous avons indiqué notre disponibilité aux habitants du quartier pour les recevoir, discuter et résoudre les quelques cas litigieux au cas par cas. Pour donner un ordre de grandeur, sur plus 4000 parcelles, le nombre de cas litigieux ne dépasse pas 25. Mais malheureusement ce sont des personnes bruyantes, qui s’agitent, vont devant les journaux avec en soutien d’autres responsables mal intentionnés. Ils ont dailleurs écrit le Ministre de tutelle qui nous a répercuté le dossier

      • Drissa Arama

        Le restant du démenti

        Nous avons organisé à la mairie une assemblée des responsables du quartier le jeudi 20 décembre et il est apparu lors de cette rencontre qu’ils sont ultra minoritaires dans le quartier. Il a été par conséquent décidé d’organiser une véritable assemblée générale dans le quartier le 6 janvier 2013 pour définitivement résoudre les derniers cas litigieux de l’opération de lotissement. J’ai adressé une lettre au chef de quartier dans ce sens, lettre dont le Ministre est ampliataire. Toute personne intéressée par le dossier peut faire le déplacement de Kalabambougou le 6 janvier prochain pour être témoin de ce qui se passe. J’invite les journalistes sérieux à s’y rendre aussi pour relayer les vraies informations. Je termine en indiquant que la mairie reste disponible pour toute interpellation et toute interrogation sur ces questions. Nous n’avons jamais perdu de vue nos deux objectifs en matière foncière : redresser les tords causés aux pauvres et proteger les places publiques.
        Bien à tous

        Moussa MARA”

        • diakises

          mr Mara passez a la tele ou sur les radios privees donner votre versions des faits car l intox est une arme de destruction massive