Appel des forces vives de la nation pour le retour de la paix et de la sécurité : « Cessez-le-feu immédiat et sans préalable »

2
0

Les forces vives de la nation pour le retour de la paix et de la sécurité au Mali ont lancé un appel en faveur de la paix dans le septentrion de notre pays. C’était le samedi 10 Mars 2012 sous la présidence de l’Imam Mahamoud Dicko,  Président  du Haut Conseil Islamique du Mali, qui avait à ses côtés Monseigneur Jean Zerbo, Archevêque de Bamako, Ahmed Mohamed Ag Hamani, ancien Premier ministre du Mali, ainsi que  les représentants de plusieurs associations et coordinations comme la Cstm, l’Unafem et les familles fondatrices de Bamako.
« Nous appelons nos compatriotes qui ont pris les armes à un cessez-le-feu immédiat et sans préalable afin de préserver des vies maliennes et d’engager, sans délai, le dialogue avec les pouvoirs publics ». Telle est en substance le message fort que « Les forces vives de la nation pour le retour de la paix et de la sécurité au Mali », par la voix de Mahamoud Dicko, Président du Haut conseil islamique du Mali, ont lancé le 10 mars 2012, aux insurgés dans le nord du pays. Ce message a été traduit en différentes langues nationales du pays pour qu’il soit le plus largement entendu.
Le président du Haut Conseil Islamique du Mali a rappelé que depuis le 17 janvier 2012, le peuple du Mali subi la douloureuse épreuve d’un conflit armé fratricide dans le septentrion de sa chère patrie, qui pour lui est une et indivisible.
Selon lui, l’insécurité généralisée et le déplacement forcé de milliers d’innocents engendre une situation humanitaire désastreuse qui affecte tous les maliens, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur.
Mahamoud Dicko a fait preuve de ces talents  de polyglotte en lisant la déclaration dans plusieurs langues : Français, arabe, foulfouldé, songhaï etc.
Il a invité tous les Maliens à être plus vigilants et à ne pas surtout céder ni à la panique, ni aux rumeurs et encore moins à la stigmatisation.
Pour lui, les populations déplacées et réfugiées doivent regagner le bercail dans les plus brefs délais.
Force est de constater que la salle du Centre International de Conférence de Bamako  a refusé du monde pour l’occasion et cela prouve que  les Maliens sont sensibles à cette crise dans le septentrion de notre pays.
Moussa Samba Diallo
APPEL DES FORCES VIVES DE LA NATION POUR LE RETOUR DE LA PAIX ET DE LA SECURITE AU MALI
Depuis le 17 janvier 2012, le peuple du Mali subit la très douloureuse épreuve d’un conflit armé fratricide dans le septentrion de sa chère patrie, une et indivisible.
L’insécurité généralisée et le déplacement forcé de milliers d’innocents engendrent une situation humanitaire désastreuse qui affecte tous les Maliens, tant de l’intérieur que de l’extérieur du pays.
Du fait de cette crise, l’intégrité territoriale, l’unité nationale et la cohésion sociale sont aujourd’hui gravement menacées.
Face à l’extrême complexité des enjeux internationaux que connait la bande sahélo saharienne et des défis immenses à relever par le peuple malien,
Nous, Forces Vives de la Nation,
au nom de Dieu, des Maliens et des Maliennes, de l’intérieur et de
l’extérieur, et forts de notre devise républicaine «Un Peuple – Un But _ Une Foi»
– appelons le vaillant Peuple du Mali à un sursaut national, à la confiance en soi, pour faire face, comme un seul homme, à la douloureuse épreuve qu’il traverse, en ne cédant ni à la panique, ni aux rumeurs et encore moins à la stigmatisation;
appelons le Gouvernement de la République du Mali et toutes les autorités du pays à trouver, dans la transparence et la sagesse, une solution nationale et définitive à ce phénomène devenu certes récurrent mais inadmissible, de par ses effets et, à créer les conditions d’un retour rapide des populations déplacées;
–    appelons les pays voisins et amis, les Organisations sous régionales, régionales et internationales ainsi que les partenaires techniques et financiers du Mali à œuvrer aux côtés de l’Etat et de la Société Civile pour une issue pacifique et durable à la crise;

–    appelons nos compatriotes qui ont pris les armes à un cessez-le-feu immédiat et sans préalable afin de préserver des vies maliennes et d’engager, sans délai, le dialogue avec les pouvoirs publics.
Nous, Forces Vives de la Nation:
–    assurons nos compatriotes, qui ont pris les armes, de notre entière disponibilité à accompagner très sincèrement les efforts qui seront dès lors engagés pour parvenir à un accord définitif;
–    exprimons notre soutien et notre solidarité aux populations déplacées et réfugiées et les invitons à regagner leurs foyers respectifs;
–    affirmons notre soutien à nos forces armées et de sécurité dans leur mission régalienne de défense de l’intégrité territoriale.
Fait à Bamako, le samedi 10 Mars 2012
Les Forces Vives de la Nation

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.
Trier par :   les plus récents | les plus anciens | les mieux notés
vision-2012<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 348</span>
Membre
vision-2012 348
4 années 6 mois plus tôt

Ils n’ont rien a dire. La ou on a besoin du sang ce n’est pas voeux pieux qui vont servir. Comment un malien qui a un coeur peut meme parler de la paix a ce niveau? L’objectif sain est de aneantir sans calcul ces bandits.

Lynx22<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 2901</span>
Membre
Lynx22 2901
4 années 6 mois plus tôt

S49,V9: »” »’9. Et si deux groupes de croyants se combattent, faites la conciliation entre eux. Si l’un d’eux se rebelle contre l’autre, combattez le groupe qui se rebelle, jusqu’à ce qu’il se conforme à l’ordre d’Allah. Puis, s’il s’y conforme, réconciliez-les avec justice et soyez équitables car Allah aime les équitables. »” »”
La rebellion doit etre combatue jusqu’a ce qu’elle se reforme..Point
❗ ❗ ❗

wpDiscuz