Badjambougou: Mission terminée pour des voleurs de fil électrique

0
1

Coup de théâtre ou coup d’éclat, peu importe le qualificatif que l’on puisse donner à cet exploit, ce qui est sûre comme information, à Badjambougou, à la grande surprise des populations, la brigade civile en place depuis quelques mois, a mis fin à la course des brigands qui volaient des fils électriques.  Cet exploit a été réalisé le mercredi 29 février 2012 (tôt le matin) dans ce quartier périphérique de Bamako. Le coût estimatif de ces matériels volés pourrait dépasser des millions de FCFA.

En mission commandée pour assurer la sécurité de leur quartier « Badjambougou, périphérie de Bamako » les brigadiers civils montés et mis en place par les populations dudit ont réalisé un exploit dépassant toute imagination, le mercredi 29 février dernier par l’arrestation de deux individus spécialisés dans du vol de fils électriques. Les vols étaient perpétrés et personne n’avait le moindre soupçon sur ses jeunes gens aux idées destructrices. Désormais écroués, les sieurs Ladji Diarra et Papa Guindo, seraient les auteurs de plusieurs vols de fils électriques estimés à des centaines de mètres.

Après opération, ils revendaient ces objets volés à un commerçant du marché de Boulkassoumbougou ; dont le nom n’a pour le moment pas été cité. Aux dires des éléments du sieur Ali Haidara, un des chefs des  opérations de patrouilles, c’est aux environs de 04heures du matin  ce mercredi 29 février 2012, que  Ladji Diarra rodait aux alentours des zones touchées par ces vols. C’est ainsi qu’un brigadier s’approchait de lui, et lui ordonnait de s’arrêter au risque de ne prendre une balle dans la tête. Paniqué, il souleva ses mains en l’air et fut soumis à une fouille corporelle, laquelle a permis de découvrir sur lui une pince.

Séance tenante, il fut interpellé pour répondre des faits à lui reprochés. Sans aucune forme de résistance, il reconnut être l’auteur de plusieurs cas de vols  de fils électriques. Les brigadiers décidèrent  alors de lui faire sa fête par l’application de l’ « article 320 ». Sentant la mort lui guetter, il n’a pas tardé à dénoncer ses complices Papa Guindo et le receleur, qui serait un commerçant installé au marché de Boulkassoumbougou. Afin de mettre la main sur le second voleur et probablement sur le receleur, les éléments de la brigade civile de surveillance de Badjambougou revenaient sur leur décision d’application du fameux article « 320 » de la fin des années 1990. Après s’être parvenu à sauver sa tête en dénonçant son complice, Ladji Diarra a été conduit aux environs de 04h20 chez le chef  de quartier : Badjan Fadiga.

De retour sur les lieux peu après, les brigadiers civils de Badjambougou rééditaient l’exploit, avec l’arrestation d’un autre individu, du nom de Papa Guindo. Celui-ci était venu sur les lieux environ 40 plus tard, ne sachant pas que son complice avait été arrêté.

Toujours à partir des stratégies qui leurs sont propres, les brigadiers civils de Badjambougou parvenaient  à mettre la main sur le nommé Papa Guindo, il était presque 05h du matin. Cette grande opération était conduite par un des chefs de la brigade civile de Badjambougou, Aly Haïdara. Tout comme Ladji Diarra, Papa Guindo à son tour a été conduit chez le chef de quartier. Des informations font état que le sieur Papa Guindo était un des membres de cette même brigade civile, dont les missions principales sont entre autres basées sur : protéger les populations, assurer et maintenir la  sécurité et la paix des personnes et de leurs biens dans la localité.

 

Respectueux des droits légaux, les éléments de la brigade civile ont fait appel aux éléments de la brigade territoriale de gendarmerie de Sangarébougou, qui a conduit les deux individus dans leurs locaux de la brigade. Après cette excellente action menée par les éléments de la brigade civile de surveillance de Badjambougou, les gendarmes de la BT de Sangarébougou ont aussitôt ouvert une enquête dans le but de mettre la main sur le receleur de cette bande de voleurs spécialisés dans des vols de fils électriques. Au moment où nous mettions cet article sous presse, aucune autre information n’était disponible quant à la suite de l’enquête ouverte par la gendarmerie de Sangarébougou ; en vue de l’interpellation du receleur, qui serait un commerçant installé au marché  de Boulkassoumbougou.

Tout de même, il y a lieu de saluer le courage et l’engagement des populations de Badjambougou à éradiquer le banditisme et anéantir tout malfrat qui pointerait son nez dans leur quartier.                                                                                                        De son côté, très satisfait de l’action combien positive menée par les éléments de la brigade civile ; le chef de quartier à remercier les jeunes, tout en invitant les habitants de sa localité à leur apporter aide et assistance dans l’accomplissement de leurs missions d’assurer la paix et la sécurité des populations locales.

 Par Mahamane Touré « Hamane »

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.