Combats entre l’armée malienne et les touaregs : La guerre fait rage au Nord du Mali

8
5

De violents combats ont opposé ces derniers jours les rebelles du Mouvement national de libération de l’Azawad (Mnla) à l’armée malienne forte de près de 200 véhicules et surtout dirigée par le commandant de zone de Gao, Didier Dacko et les colonels Ag Gamou et Ould Meydou, selon des sources proches du gouvernement.
De violents accrochages ont eu lieu ce mercredi dans la périphérie de la localité de Tessalit, en plein désert, au nord-est du Mali.
L’armée malienne et les rebelles touareg ont chacun mobilisé de grands moyens: des hélicoptères, blindés, troupes de soldats au sol. Tandis que du côté du mouvement indépendantiste, plusieurs regroupements d’unités avec du matériel de guerre sophistiqué ont été signalés. Jusqu’ici, aucun bilan précis n’a été communiqué par les deux parties en conflit. Pourtant, morts et blessés sont signalés. Il est même, croit-on savoir, impossible de savoir qui a pris le dessus d’autant que les combats ne sont pas terminés. Ils ont ainsi repris jeudi dernier. L’enjeu, c’est le camp militaire d’Amachache, situé à 15 km de Tessalit. Ce camp est présentement occupé par des soldats gouvernementaux et l’objectif de l’armée malienne est de renforcer cette position pour qu’elle ne tombe pas aux mains des rebelles touaregs, qui menacent de l’occuper. Les combats ont également poussé des dizaines de milliers d’habitants à fuir ces zones, dans des campements de déplacés en territoire malien et dans des pays voisins, notamment le Niger, la Mauritanie, le Burkina Faso et l’Algérie. Ainsi, le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a indiqué vendredi que la Mauritanie et le Burkina Faso continuaient de recevoir de nombreux réfugiés maliens ayant fui le conflit armé au nord du Mali. Selon Andrej Mahecic, porte-parole du HCR, il est signalé que plus de 31.000 réfugiés maliens ont fui vers la Mauritanie depuis plus d’un mois, précisant qu’environ 1500 personnes y arrivent chaque jour.
Au Burkina Faso où 18.326 réfugiés ont déjà été enregistrés par les autorités, quelque 500 Maliens en moyenne traversent la frontière chaque jour. Parallèlement, le nombre des personnes qui fuient au Niger a diminué la semaine dernière, selon lui. Le nombre total des personnes ayant traversé la frontière depuis le Mali vers ces trois pays voisins s’élève désormais à près de 80.000. En outre, le nombre des déplacés internes au Mali a été révisé à la hausse pour atteindre 81.000 personnes, a encore précisé M.Mahecic, citant les autorités maliennes et les organisations humanitaires qui travaillent dans le nord du Mali.«Les réfugiés s’installent le long de la frontière dans les régions arides du Burkina Faso, de la Mauritanie et du Niger où une grave sécheresse a causé des pénuries alimentaires et en eau ces dernières années», a-t-il fait savoir. Et de poursuivre: «Nous travaillons avec les autorités et nos partenaires humanitaires pour répondre à la fois aux besoins des réfugiés qui arrivent et de la population locale dans les trois pays», a ajouté le même responsable. Par ailleurs, le Comité international de la Croix-Rouge (Cicr), a déclaré que 3 militaires, otages de rebelles dans le nord du Mali, ont été libérés, précisant avoir été «intermédiaire dans ce dossier». Agissant en qualité d’intermédiaire neutre, le Cicr a facilité «le transfert de trois militaires libérés, qu’il a remis jeudi aux autorités maliennes à Tombouctou (nord-ouest du Mali)», a affirmé l’organisation humanitaire dans un communiqué rendu public. En outre, le Cicr a également révélé que cette libération est intervenue au lendemain d’une visite aux huit otages près de Léré (nord-ouest), visite au cours de laquelle «les détenus ont rédigé des messages qui seront transmis à leurs familles».
Il y a trois semaines, le Cicr avait indiqué avoir rendu visite le 5 février à 13 militaires otages dans le nord, dans une zone non précisée. Soulignons par ailleurs, que le Cicr et la Croix-Rouge malienne sont présents sur le terrain où ils assistent des déplacés.

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.
Trier par :   les plus récents | les plus anciens | les mieux notés
kouli<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 139</span>
Membre
kouli 139
4 années 6 mois plus tôt

Au lieu de combattre les bandits armés il faut chercher à eliminer la race touareg et tamasheck. ceux sont des races les plus maudites d’afrique. Nos journalistes font leur mieux, au moins ils nous informent à temps réel et la vrais info, meme si il y a des apatrides mauvaises intention qui ne veulent que le ralentissement de notre essor politico-économique. Il est important que nous les lecteurs trouvent à proposer que de d’insulter et denigrer nos braves journalistes. vous ferez mieux d’être polis. Si vous pensez qu’ils racontent de n’importe quoi, en fermez vous, il y des honnetes citoyens qui veulent les écouter et les lire. 👿

sabour<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 1087</span>
Membre
sabour 1087
4 années 6 mois plus tôt

L’histoire a enseigné que :
1) Nul race n’a jamais recu a exterminer (eliminer) une autre race : les indiens d’ameriques; les juifs; etc.
2) Tous les fractions kel tamasheks ne sont pas membres du mnla
3)les membres des fractions qui sont ces criminels ne representent qu’une petite partie… des ifoggas et idnane…
Alors du calme. Je suis d’avis qu’il faut MATER ces ennemis intérieurs et extérieurs… 💡

Encore<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 72</span>
Membre
Encore 72
4 années 6 mois plus tôt

zéro ce article.

Rafale<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 423</span>
Membre
4 années 6 mois plus tôt

sans commentaire tu a vraiment fait du progrès!!!!Le Progrès du 9 mars 2012.Si sais ça ton journalisme change de métier ou tu mourra de faim!!!

FANA<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 158</span>
Membre
FANA 158
4 années 6 mois plus tôt

La gestion de cette rebellion nous permettra de comprendre la médiocrité de certains journalistes et journaux.Ainsi,ils fermeront,faute de lecteurs.

ApemaMali<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 1375</span>
Membre
ApemaMali 1375
4 années 6 mois plus tôt

Ha ces journaliste!!! Meme si toutes les regions du Mali s’évaporent et qu’il ne reste plus que Bamako, ils ne rendront compte qu’apres une semaine. Les choses se sont deroulé depuis mercrdei et nous sommes aujourd’hui Vendredi, et c’est maintenant que tu te reveilles?!¨

blociss<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 11</span>
Membre
blociss 11
4 années 6 mois plus tôt

Mr le journaliste SVP! évitez les abus de language c’est la guerre entre l’armée malienne et les rebelles du mnla le mot touareg sème la haine dans le coeur et dû coût on a l’impression que c’est tous les touareg qui sont des rebelles

visuse<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 10</span>
Membre
visuse 10
4 années 6 mois plus tôt

Article rechauffé, quand un de vos confrères parle d’entrée du colonel Damango dans Tessalit vous vous servez de relais des radios des milles collines…..Tou!!!!!

wpDiscuz