Crise au Mali: Mohamed Ibn Chambas pressenti envoyé spécial du sg de L’ONU

5
L’ancien ministre président de la Commission de la Cédéao, Mohamed Ibn Chambas

L’ancien ministre président de la Commission de la Cédéao, Mohamed Ibn Chambas, bien parti  pour être désigné envoyé spécial du secrétaire général de l’Onu, Ban Ki-moon, pour la région du Sahel et la crise au Mali.

 
Actuellement  secrétaire général du groupe Afrique-Caraïbes-Pacifique (Acp),   le Ghanéen Mohamed Ibn a bonne réputation dans la sous-région. Mohamed Ibn Chambas a présidé la Commission de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest (Cédéao) et été ministre des Affaires étrangères de son pays. Il est pressenti non seulement pour devenir l’envoyé spécial du secrétaire général de l’Onu Ban Ki-moon, mais aussi pour remplacer le patron de la Mission conjointe de maintien de la paix des Nations unies et de l’Union africaine au Darfour (Minuad), le Pr Ibrahim Gambari, appelé à faire valoir  ses droits  à la retraite.
Beaucoup de noms circulent.
L’annonce de la confirmation de la nomination d’un envoyé spécial pour le Sahel par Ban Ki-moon, le 26 septembre dernier à New York a donné lieu é des supputations sur l’identité de la personnalité qui sera choisie.  Mohamed Ibn Chambas a assuré des médiations dans les crises au Liberia et en Côte d’Ivoire. Son pays n’a pas d’intérêt particulier au Sahel. Musulman et bon connaisseur de l’Islam, Mohammed Ibn Chambas  peut  discuter avec les groupes islamistes. Parmi  les autres noms qui circulent figurent le Gabonais Jean Ping qui avait  été battu par Mme Dlamini-Zuma aux dernières élections pour le poste de président de la Commission de l’Union africaine(Ua).
Il y a aussi  l’Algérien Saïd Djinnit, le représentant spécial de Ban Ki-moon pour l’Afrique de l’Ouest. Le Mozambicain Joaquim Chissano est aussi cité dans une liste de candidats possibles ou d’anciens dirigeants  ayant eu une carrière militaire comme les anciens présidents  ghanéen Jerry Rawlings ou nigérian Olusegun Obasanjo  occupent une bonne place. Le  Mali et ses voisins ont de sérieuses divergences de vue sur le processus de sortie de crise. Il est souhaitable  que l’envoyé spécial désigné soit un médiateur et un négociateur accepté par tous,  qu’il soit  capable de dialoguer avec  les populations arabes et touaregs du nord du Mali.
Aider à reconquérir le nord du Mali
C’est lors d’un dîner à New-York, le  lundi 24 septembre dernier que le président français François Hollande et le secrétaire général de l’organisation des Nations Unies (Onu) Ban Ki-moon  avaient  évoqué  la possibilité de nommer un émissaire spécial pour le Mali. Dans le cadre du vote d’une résolution du Conseil de sécurité de l’Onu donnant un mandat d’action – notamment  l’intervention militaire – à l’organisation ouest-africaine. Le gouvernement malien  a officiellement demandé une résolution du Conseil de sécurité de l’Onu  autorisant l’intervention d’une force militaire internationale afin d’aider l’armée malienne à reconquérir les régions du Nord occupées.
lanouvelleexpression.info/ Vendredi, 05 Octobre 2012 16:00
PARTAGER

5 COMMENTAIRES

  1. Un ghanaén qui s'appelle Mohamed Ibn Chambas ? C'est un ghanaéen par naturalisation

    Je n’ai pas confiance à ceux qui viennent d’Algérie et de Mauritanie. Ils sont très sensibles à la cause du MNLA et des islamistes qui sont originaires de chez eux et qui n’hésitent pas à retourner chez eux s’ils sont combattus au Mali.

    Ce Mohamed Ibn Chambas a une consonance maghrébine et non ashanti. Il faudra le surveiller de près s’il est nommé médiateur de l’ONU pour la crise malienne.

  2. Les hommes integres qui ont su garder une certaine neutralite sont bien connus.Ce Monsieur est loin d’etre parmi les politiciens neutres.
    Chissano, Obansajo, Niasse du Senegal seraient de meilleurs choix.

Comments are closed.