Crise au Nord Mali : « La recherche d’une solution politique à la crise dans le Septentrion doit être compatible avec le respect d’un calendrier électoral conforme à la Constitution »

0
0

La Maison de la presse a servi, le jeudi 23 février 2012, de cadre à la tenue d’une conférence de presse de la Conférence Nationale pour une Afrique Solidaire Faso Hèrè (CNAS-Faso Hèrè) sur la crise dans le Nord du Mali et ses répercussions politiques et humanitaire. La conférence était animée par le Pr Koulougnian Edmond Dembelé et Me Abdoulaye Sangaré.

Le CNAS-Faso Hèrè est formel : toute recherche de solution durable à la crise actuelle doit être axée sur trois principes sacro-saints à savoir la préservation de l’intégrité territoriale  et de l’unité nationale ; la préservation et l’approfondissement du processus démocratique et la consolidation de l’ordre politique  et institutionnel issu dela Révolutiondu 26 mars 1991. Selon le parti, toute initiative de partis politiques doit être inclusive de toutes les forces politiques et sociales et ne pas se limiter aux seuls partis de l’actuelle majorité parlementaire. Ils estiment qu’une solution durable à la crise dans le septentrion doit être compatible avec le respect d’un calendrier électoral (scrutins présidentiel et législatif), conforme à la lettre et à l’esprit dela Constitutiondu 12 janvier 1992 et écarter toute demande de démission du Président dela Républiqueet du Gouvernement.

A cet égard, la CNAS-Faso Hèrèest d’avis que, à l’heure actuelle, les conditions politiques et matérielles d’un scrutin présidentiel et législatif transparent et crédible ne sont pas réunies, comme en témoignent  la conduite chaotique  et illégale de la dernière révision annuelle des listes électorales (octobre-décembre 2011) ; l’absence d’un système fiable d’identification des électeurs et de distribution des cartes d’électeurs et la non disponibilité d’un fichier électoral exhaustif et transparent. Tout en étant consciente de ce que des élections non transparentes et mal organisées pourraient dégénérer en une crise  postélectorale  aux dimensions et aux conséquences imprévisibles,la CNAS-Faso Hèrèestime que le renvoi des élections présidentielle et législatives au delà des délais constitutionnels ou une éventuelle vacance de l’institution Président dela Républiqueprésentent des risques plus gros encore pour la poursuite  et la sauvegarde du processus  démocratique et ajouteraient de nouveaux éléments à une situation  politico-militaire déjà suffisamment confuse et préoccupante. Afin d’assurer une plus grande crédibilité aux scrutins présidentiel et législatif,la CNAS-Faso Hèrèrecommandent vivement qu’il soit procédé à une révision exceptionnelle des listes électorales et à l’instauration d’une semaine citoyenne pour la distribution gratuite des cartes d’identité et la remise transparente des cartes d’électeurs à leurs titulaires réels (soit à domicile ou sur l’emplacement même du bureau où l’électeur doit voter).Au-delà des prescriptions constitutionnelles en la matière,la CNAS-Faso Hèrè  estime que le Président dela Républiqueet son Gouvernement doivent renoncer définitivement à leur projet de reforme constitutionnelle car, en ces moments d’épreuves  et d’incertitudes pesant sur l’avenir unitaire de l’Etat, il convient d’écarter tout facteur de division dela Nation.

Madiassa Kaba Diakité

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.