Crise sécuritaire au Mali : Faut-il « négocier » avec Iyad et Koufa ?

4

Deux ans après la signature de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale, la situation sécuritaire est très préoccupante. De l’autre côté, les forces de défense nationales et leurs alliés mènent un combat acharné contre les ennemis de la paix. Ces efforts semblent insuffisants. Au nord et  au centre, des attaques se multiplient contre les populations civiles. Les citoyens sont harcelés et dépouillés de leurs biens. Les Fama sont tués. La MINUSMA est attaquée. Des véhicules sont faits sautés aux mines. Au banc des accusés, deux grandes figures de l’extrémisme religieux sont indexés. Il s’agit du guide spirituel d’Ansardine, Iyad Ag AGALI et Amadoun Koufa de Macina.  Ces deux terroristes connus et leurs hommes sèment la terreur et dictent leur loi dans ces zones de non droit. Dans la recherche de solution à la crise certains maliens estiment qu’il faut négocier avec ces « tueurs ». Est-ce la solution ? Si ces gens se réclament des vrais croyants, en vertu de quelle doctrine de l’islam, ils se permettent de tuer des vies qui appartiennent à Dieu. Les avis sont divers et partagés. La position de ces deux leaders est connue : l’islamisation de la République. Ceux-là qui soutiennent cette hypothèse des gens qui ont le mépris pour les autres confessions religieuses notamment le christianisme et autres. Sur la question, le Chef de l’Etat a tranché : le Mali est un pays laïc. Au Mali, la pratique de la religion n’a jamais posé de problème. Accepter le souhait de Iyad et de Koufa, c’est livrer le pays à la guerre civile. Les Musulmans et les chrétiens et les autres ont toujours vécu en symbiose et dans le respect mutuel. A ce titre, le Peuple malien n’a pas besoin d’islamiser la république. Pour les plus hautes autorités sont très claires. Ceux qui ne se reconnaissent pas dans la laïcité, sont en réalité des ennemis de la nation. En somme, ces individus sont à combattre.
La​ rédaction

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. SI ils sont encore au MALI y devront quitter le pays G5 n’ont pas barkhane ni minusma zéro tolérance avec les terroristes .

    • Oui zero tolerance s ils ont les moyens de les combattre😁😁😁 c est ridicule tout ca . Un peuple qui n arrive a se défendre finira a disparaître dans l esclavage. Comme les maliens sont devenus spectateurs de leur propre déclin face a l ennemis alors on va vers le suicide collectif😎😎

      • Tous ces soi disant chefs terroristes doivent etre decapitees et leurs semblables partout dans le monde. Quelque chose aussi que l’occident a encourage est le payement des rancons a eux et aussi depuis des decennies l’occident a commence a arme des groupes contre d’autres et meme des pays et nos politichiens de chiens ont courage tous ceux la. Alors qui juger???.
        Je ne comprends pas le petit diallobe de A.N Diallo qui nous dit qu’il veut negocier et etre un genre de negociateur entre le peuple malien et ces terroristes comme le petit Dicko aussi…LOLOLOLLLLLL
        Bon nos soi disant sages veulent leur part du butin se qui sera peut partager entre ces dehets de notre societe de iyad et kouffa…….LOLOLOLOLLLLLLLL.

        En tout cas on verra………

  2. Y’ rien à négocier avec ces fils de putes. Comment Iyad, grand amateur de whisky et de filles Sénégalaises du bar Mali dans le temps, a t-il pu se transformer en djihadiste en si peu de temps, au point de couper des mains et faire sauter la République pour une religion fut-elle l’islam? Comment est-ce qu’un whiskoman invétéré comme lui, a t-il basculé dans le rigorisme sauvage? Et les bouteilles de whisky qu’il a descendues? Que dira t-il aujourd’hui aux Sénégalaises du bar-Mali dont il raffolait? L’islam a vraiment bon dos. Tous les bâtards du monde qui vont encaisser l’argent des Saoudiens, leur promet d’étendre leur idéologie rigoriste bidon sur l’Afrique. Voilà maintenant qu’il n’a plus de vie. Il s’est coupé du monde, de ses parents et de sa famille en se cachant comme un rat dans des montagnes désertiques, sans eau ni électricité, poursuivi par les forces du monde entier. Si c’est cela l’islam qu’il prône, merci pour sa religion. La vie réserve des surprises. Iyad ne savait pas que les choses allaient se passer comme ça, sinon, il n’aurait jamais choisi de vivre de la sorte, loin de ses belles putes adorées et de son breuvage préféré le J§B sans glaçons comme il l’aimait. Même s’il peut se trouver du whisky là où il se trouve, les Sénégalaises fessues du Bar-Mali lui manqueront. Il s’est foutu le doigt dans l”œil pour rien comme disent les Africains. Que gagne t-il maintenant en devenant un des plus grands criminels de ces dernières années? Et les actes qu’il pose l’éloignent chaque davantage du paradis si c’est là qu’il espère atterrir à la fin de sa vie. Il crèvera comme un chien qu’il est d’ailleurs, et il n’ira pas au paradis. Le paradis reçois ceux qui n’ont pas de sang d’innocents sur les mains. Or Iyad en plus d’avoir du sang sur les mains s’est baigné dans une marre de sang avec tous ces morts qu’il a sur sa maudite conscience. Il brûlera dans les flammes de l’enfer avec à ses côtés ce salopard de Amadou Kouffa cet ignorant, esclave des Touaregs qui tue ses propres frères pour une idéologie dont il ne maîtrise même pas les règles. Les Saoudiens eux-mêmes sont les premiers pourfendeurs de leur religion qui ne représente pour eux qu’un fond de commerce tout simplement. Le pèlerinage est pour eux une source d’argent intarissable. Ils ne sont jamais présents chez eux pendant le mois de Ramadan ou pendant les fêtes musulmanes. Ils préfèrent aller jouer au casino ou faire du shopping en Occident, pendant que les fidèles remplissent leurs hôtels en Arabie Saoudite leur procurant des montagnes d’argent qu’ils utiliseront après pour le jeu et la prostitution dans les pays Occidentaux. Et les cons comme les Iyad et autres bâtards les Kouffa, tuent, pillent et torturent au nom de cette religion. Quelle bande de fils de putes!!! Personne ne négociera rien avec eux. Seuls les juges ont quelque chose à leur dire, ils répondront à leurs questions le jour où on leur mettra la main dessus.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here