Etrange braquage à Niaréla ce matin: Des hommes armés emportent 20 millions F CFA dans un bureau de change

19

Etrange braquage à Niarela ce matin:  Des hommes armés emportent 20 millions FCFA dans un bureau d'échange

Bamako-maliweb.net – Lundi 20 juillet 2015 à 10 heures 30 GMT, quatre hommes armés ont braqué un bureau d’échange de billets de banque, a constaté maliweb.net sur les lieux.

Le bureau “Timbuktu Exchange” est situé à Niaréla près de l’hôtel Dafina en commune II du District de Bamako.

Ils étaient dix (10) agents installés dans leur bureau à l’attente des clients lorsque quatre (04) hommes armés surgissent sur deux motos Djakarta.

“On ne voyait que leurs yeux. Trois d’entre eux sont rentrés pour nous braquer avec des pistolets. On n’a besoin que d’une seule personne, répétaient-ils, il s’agit de la Directrice qui revenait quelques minutes plutôt de la banque, nous a raconté un agent. Ils ont demandé à tout le monde de se mettre à terre, c’est ainsi que la Directrice a tenté de résister. Ce fut le tour à un des braqueurs de lui administrer un coup de hampe de son arme sur la tête pour la neutraliser. Elle s’ecroule net et ils s’en vont avec plus de 20 millions FCFA.”

Interrogé par nos soins, l’informaticien du bureau, nous a notifié avoir été mis en garde par sa Directrice. Mais pourquoi ?

Serait-on là dans un scénario commandité ?

Issiaka M Tamboura (maliweb.net)

PARTAGER

19 COMMENTAIRES

  1. Ce que Kassin raconte a quoi a faire ici? Bon sauf a se dégonfler car l’aigreur tue a petit feu!
    Tous ceux qui manipule l’argent doivent être professionnels, c’est a dire avoir des vigiles, des cameras de surveillance ou se rapprocher des lieux sûres. N’attendez pas l’état pour de simples gestes qui pourront vous sécuriser.

  2. Possible que l’informaticien soit complice, possible que la directrice soit le cerveau, possible qu’un employé de la boite soit complice, possible que toute la boite soit complice, mais comment peut on braquer aux environs de 10h30 du MATIN, à NIARELA et s’en aller sans souci? où étaient les forces de l’ordre? comment de temps a duré le braquage et comment ces personnes encagoulées ont pu entrer dans la boite sans attirer l’attention des passants?
    Pauvre maliba…

  3. Les Animaux malades de la peste malienne

    Un mal qui répand la terreur,
    Mal que le Ciel en a horreur
    Quand les maliens s’adonnèrent pour jouir sur terre,
    La Peste (puisqu’il faut l’appeler par son nom)
    Capable d’enrichir en un jour Michel Tomi,
    Faisait aux maliens la guerre.
    Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés :
    On n’en voyait plus d’occupés
    A chercher le soutien d’une mourante Minusma;

    Tout argent public excitait leur envie;

    Ni Loups ni Renards ministres, députés ou maires ne reculaient devant l’argent public.

    Les Soldats désœuvrés fuyaient les combats au nord, partant plus de déboire pour le pays.

    Les engrais frelatés inondaient nos champs!

    Bocary Treta et Bakary Togola détournaient 60 milliards pour acheter ces engrais poisons!

    Dans l’épicentre de la crise le Lion tint conseil, et dit : Mes chers compatriotes,

    Je rend grâce à Allah Soubahana Wattala ;
    Que nul ne doute que le plus coupable de nous
    sera sacrifié aux traits du céleste courroux, Inchalla!
    Peut-être le Mali obtiendra son honneur et sa dignité car nous ne sommes pas des gueux.
    L’histoire nous apprend qu’en de telles crises
    On fait de pareils discours au CICB le 15 mai 2015 :
    Ne nous flattons donc point ; Un peu de respect pour notre nation Mr Ladsou.
    Pour moi, satisfaisant mes appétits gloutons
    J’ai dévoré un avion Boeing de 21 milliards, deux contrats militaires de 69 milliards, et pleins d’autres milliards encore, le vérificateur annonce 153 milliards de vols en deux ans.
    Comme cela ne suffisait pas j’ai volé l’argent public du Mali et j’ai remis à Djery Maiga 600 millions de FCFA.
    J’en étais ivre de bonheur!
    Que m’avait-il fait le trésor public? Nulle offense :
    Même il m’est arrivé quelquefois d’être Bourgeois et Mafieux jusqu’à énerver le FMI.
    Je me dévouerai donc jamais puisque j’aime ça ; mais je pense
    Qu’il est bon que les autres s’accusent plutôt que moi le Mandé Machin:
    Car on doit souhaiter selon toute justice
    Que le plus coupable périsse.
    – Sire, dit le Renard Elijah De Bla, dans une vidéo sur internet, vous êtes trop bon Roi ;
    Vos scrupules font voir trop de délicatesse ;
    Et bien, piller le trésor public, déchaîner sa famille sur l’argent de l’état, téléphoner à la mafia pour réclamer lunettes de soleil, costume, 4×4 Range Rover,
    Est-ce un péché ? Non, non. Vous leur fîtes Seigneur
    En les croquant beaucoup d’honneur.
    Et quant au Berger Mediapart qui n’est même pas malien, l’on peut dire
    Qu’il était digne de tous maux,
    Etant de ces gens-là, français de surcroît, qui sur les maliens
    Se font un chimérique empire colonial et néo colonial.
    Ainsi dit le Renard Elijah De Bla, et flatteurs d’applaudir par milliers sur internet et à la place de l’indépendance à Bamako.
    On n’osa trop approfondir
    Du Tigre en carton, Bocary Treta, ni de l’Ours en peluche Bakary Togola, ni des autres voleurs de la république,
    Les moins pardonnables offenses.
    Tous les gens bouffeurs et criminels, jusqu’aux simples conseillers ou militants RPM,
    Au dire de chacun, étaient de petits saints.
    L’Ane vint à son tour et dit : J’ai souvenance
    Qu’en un pré de Moines passant,
    La faim, l’occasion, une Moto Diakarta tendre, et je pense
    Quelque diable aussi me poussant,
    J’ai saisi de cet engin la largeur de mes mains.
    Je n’en avais nul droit, puisqu’il faut parler net.
    A ces mots on cria haro sur le baudet.
    Un Loup justicier quelque peu clerc prouva par sa harangue avec essence et allumettes,
    Qu’il fallait dévouer ce maudit animal,
    Ce pelé, ce galeux, d’où venait tout leur mal malien.
    Sa peccadille fut jugée un cas pendable.
    Voler Diakarta d’autrui ! quel crime abominable !
    Rien que la mort par brûler vif n’était capable
    D’expier son forfait : on le lui fit bien voir dans une rue désolée et poussiéreuse de Bamako.
    Selon que vous serez puissant ou misérable,
    Les jugements de cour, de rue et d’Internet au Mali vous rendront blanc ou noir.

    • @ Kassin, Kopin tu as tres, tres bien decrit le Mali, ses dirigeants et son people de koalas-opposums metisses.
      Quelle honte nationale. Mais je continue a resperer pour le changment, un VRAI changement mais pas avec ces requins, crocodiles, coyotes, anacondas et vampires.

  4. Seule une enquête sérieuse nous dira si la directrice est complice ou pas de cette attaque!Elle pourrait bien se soucier de la vie de l’informaticien quand elle lui déconseilla la résistance.
    😉

  5. Ya complicité de toute façon cherche entre les associes, n’épargné personne . ces nest ni la 1ere ni la 5eme foi en trois mois dans Bamako le problème d’insécurité augmente de jour en jour ca donne la peur o ventre,la population se camoufle se ki donne le champ libre o bandit salot d’opérée tranquillement en se disant k nous somme terrorisez donc restons vigilent pas de panique ni changement d’habitude sinon il gagnerons a 100%
    On braque et on disparait comme de la magie le Bamako na pa besoin de ca creuse plus profondément

  6. Decidement il doit etre facile de se faire du ble a Bko en ce moment !!! Ce n’est pad tentant??

  7. Bonsoir a tous et àtoutes les lecteur de maliweb. Je vous assure que ce bureau de change est trop negligeant car comment peut il possédé une telle somme dans une boutique de ce genre sans pourtant avoir au moins trois agents de sécurités (gendarme ou policier ou garde Nationnale), mais même pas un lave garde a l’entrée du bureau).
    A fort d’être pingre pour ce sécuriser on se casse la gueule, et c’est le cas. Ce cas servira de leson aux autre bureaux et de toutes services de fais circulés de l’argent.
    Le malien joue avec sa sécurité, il faut faire un tour dans les boutiques au grand marché, tu ne vera aucun élement de sécurité ni devant ni dans la boutique alors qu’il possède des millions dans la boutique, ce qui fait que même s’il y a un incendit c’est de la catastophe car brule (l’argent liquide et les bien matérielles).

    Il y a quelques semaine seulement durant ce moi de ramandan la quincaillerie 2002 a été victime du même senario qui peut dire que que le PDG Adama n’a pas le moyen de se procurer des agents de sécurité???
    Alors on doit se séciriser.

  8. C’est un coup monté. Sinon comment c’est la dame seule qui daigne résister? En plus, le fait qu’elle mette l’informaticien en garde. Y a aiguille sous la roche…

  9. Dites aux enquêteurs d’arrêter l’informaticien : (“Interrogé par nos soins, l’informaticien du bureau, nous a notifié avoir été mis en garde par sa Directrice. Mais pourquoi ?
    Serait-on là dans un scénario commandité ? )
    L’informaticien est complice si c’est vrai qu’il a voulu attiré l’attention des lecteurs ou même des enquêteurs à travers la presse. Il devrait se confier aux agents enquêteurs pas à la presse. Il devrait explique à la presse comment le braquage s’est passé et non ce que la directrice avait prédit . Elle peut même sans avoir des pré sentiments comme tout bon dérangeant, chef ou autre dans notre contexte sécuritaire surtout dans un bureau d’échange ou il y a de la liquidité mettre en garde ses agents. Je ne vais pas jusqu’à dire qu’elle ne pas complice non mais avec cette divulgation d’info de la directrice par l’informaticien à la première vu de la presse me laisse croire que l’informaticien veut étouffé l’affaire :
    – se protéger
    – livrer la directrice
    – ou la protéger ?
    De toute les façons l’informaticien est non seulement au courant mais complice de quelque chose (en informant les braqueurs parce-que il est de la boite et sait quand il ya la liquidé ou pas, même les faits et gestes de la directrice ou soit peut être il est en complicité avec cette dernière chose que je n’épargne pas mais n’y crois pas trop si je m’en tenais à la façon ou il a donné l’info) . Les enquêtes le prouveront même si c’est dans 20 ans.

  10. bonsoir mes amis etre prudent c est des uniformes qui font ça meme à Oulessebougou le CB de la Gendarmerie encourage les Bandits il reclame seulement d l argent avec eux. .
    ou VA LE MALI CB Corrompus.
    il appris bcp de l argent avec la population il vit de ça ,ces jours sont comptés

  11. La directrice a Ete mal formé dans la sécurité
    En cas de braquage tu ne doit pas insister l’argent Braque est assuré mais vie humaine une fois morte tu ne revient plus

    • pourquoi la Directrice met en garde l’informaticien de parler du braquage ?
      Regardez ses derniers appels téléphoniques, entrant et sortant.
      Aucun employé du BUREAU ne s’est donné le courage de suivre des braqueurs même armés sur des motos djakarta ?
      L’argent était stocké en coffre fort ou dans le sac de la directrice, dans l’un ou dans l’autre cas, quelle attitude facile et efficace le caissier ou la directrice devrait prendre pour sauver l’argent ?

  12. Quel pays les pauvres citoyens sont laissés pour compte , l’État assiste impuissant les malfrats dictés leur loi à la population, eh oui c’est le comble qui l’aurait cru un holdup en plein cœur de Bamako au grand jour.
    Chers concitoyens à votre intention chercher à vous sécuriser autrement sinon l’État à montrer ses limites. Quant aux pauvres victimes , remettez vous au bon dieu car il y aura aucune suite à cette affaire. qu’ Allah nous assiste.

Comments are closed.