Gao : Le rendez-vous de la réconciliation d’Anderanboukane

0

LE RENDEZ-VOUSDes retrouvailles de grande portée historique ont permis les 25, 26 et 27 mars de réunir dans le cadre d’une rencontre intercommunautaire, plus de 800 participants à Anderanboukane dans le cercle de Menaka. Durant ces échanges, les ressortissants de Ménaka et ceux venus du Niger notamment de la préfecture de Banibangou ont discuté des thèmes de la réconciliation.

 

La rencontre a eu lieu grâce à une initiative du maire Aroudeïni Ag Hamatou et au concours financier d’Enda-Mali et d’Oxfam dans le cadre du projet YAFFA (pardon en langue songhaï) pour le dialogue communautaire dans les régions nord affectées par la crise sécuritaire. Ce projet est soutenu aussi par CARITAS Allemagne et la BMZ (coopération allemande).

 

La rencontre communautaire d’Anderanboukane a donc traité de réconciliation intercommunautaire, de prévention et de gestion des conflits, des conséquences de la crise sur le vivre ensemble, de la dynamisation des mécanismes locaux de prévention et de gestion des conflits et surtout de la gestion consensuelle des ressources naturelles.

 

Le préfet de Ménaka qui présidait les assises, son homologue de Banibangou du Niger, les représentants d’Oxfam et d’Enda, ont tous souligné l’opportunité de la rencontre après une période tumultueuse. La diversité des participants (chefs de fraction, leaders religieux, jeunes, femmes) a ajouté au caractère porteur de réussite et d’avenir de cette rencontre, selon le chef du projet YAFFA Zouda Ag Abdoulaye Samaké.

 

Le maire d’Anderanboukane a vivement remercié le gouvernement du Niger pour son hospitalité envers nos compatriotes réfugiés pendant l’occupation. Le préfet de Banibangou jugera les remerciements superflus car, dira-t-il, le Mali et le Niger constituent un même corps humain.

 

Les recommandations de cette rencontre historique ont mis l’accent sur l’accélération du processus de démobilisation, désarmement et réinsertion, l’instauration de patrouilles mixtes le long des frontières, une gestion concertée des ressources naturelles, la création de postes de sécurité à Tamalat, Tagalalte, Tabancorte, Inekar et Inlamawane. La rencontre a vivement remercié la MINUSMA et les forces armées maliennes pour leur appui sécuritaire

M. B. CISSE

AMAP-Gao

PARTAGER