Gao, une première victoire

44
La zone de l’aéroport de Gao (photo d’archive prise en juillet 2012) et un pont sur le Niger ont été repris aux “terroristes djihadistes”, a indiqué le ministère de la défense. | AFP

Dans la première phase de l’opération militaire engagée au nord du Mali, c’est la première grande victoire. Gao a été prise samedi par les forces françaises, maliennes et tchadiennes.

Gao tombée, c’est en réalité une double première : première grande ville du nord du Mali reprise dans le cadre de l’opération en cours contre les rebelles islamistes, tout particulièrement ceux du Mouvement pour l’unicité et le djihad en Afrique de l’Ouest (Mujao), dont Gao était la “capitale”. Mais aussi première entrée dans le conflit de troupes africaines. Celles du Tchad, d’abord, qui avaient été déployées au Niger voisin  pour cette mission précise, et ne sont du reste pas intégrées dans la Misma (Mission de soutien au Mali), composée de forces de la Cédéao (Communauté économique des états d’Afrique de l’Ouest), à laquelle le Tchad n’appartient pas, conservant l’autorité sur son commandement.

D’autres éléments africains, à commencer par ceux du Niger, sont progressivement intégrés dans l’offensive. D’autres devraient suivre, afin de montrer l’étendue de “l’africanisation” du dispositif, mené essentiellement, à l’avant, par des forces françaises, qui ont fait monter de Bamako, vendredi, de gros renforts dans la direction de Gao, et des éléments maliens.

Gao est aussi un haut lieu symbolique de la vie sous contrôle des rebelles du Mujao et de leurs alliés, inspirés par Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI). Ce mouvement avait été conçu comme un creuset commode : offrant une image de branche d’AQMI “pour les Noirs” dans une région où ces distinctions comptent tant, et où les chefs d’AQMI, souvent d’origine algérienne, ou les responsables touareg, peinaient parfois à étendre leur implantation locale en vue de multiplier les recrutements, tout en s’efforçant de montrer qu’ils accueillaient volontiers l’Afrique subsaharienne. Mais le Mujao a aussi été renforcé par des responsables de réseaux de trafics divers. La drogue, pour commencer. Mais aussi les otages.

Sous le contrôle du Mujao, la police islamique s’est distinguée à Gao par la dureté des châtiments infligés à la population : lapidations, amputations, séances de fouet publiques.   Mais samedi, en cours de journée, c’est un Mujao très affaibli qui perdait le contrôle de la ville. “Il y a encore de la résistance dans le quartier de l’hôpital, mais cela ne devrait pas durer très longtemps”, témoigne en milieu d’après-midi une source humanitaire, tout en disant redouter, comme tous les observateurs, que la phase militaire actuelle ne soit qu’un prélude à des actions de guérillas lorsque certains des combattants éparpillés, en tout cas les plus déterminés, parviendront à se regrouper et se réorganiser.

C’est dans l’hôpital même de la ville que le Mujao avait installé son quartier général, une curieuse situation pour les organisations internationales qui y opéraient discrètement, mais une façon de se protéger des frappes aériennes. Certains éléments du Mujao avaient pris part à la coalition des mouvements pro-AQMI qui avaient tenté de percer vers Sévaré, et le sud du pays, début janvier. Après avoir été stoppés dans leur élan à Konna, le 11 janvier, par l’intervention militaire française, les combattants islamistes ont rebroussé chemin, perdant hommes et véhicules. A présent, une partie de leurs recrues, souvent attirées par les rémunérations (on proposait sur le port de Mopti des salaires mensuels de 100 à 150 000 CFA pour les volontaires, soit entre 150 et 200 euros), a déserté, selon des sources concordantes, fuyant notamment les frappes françaises. Le nombre de combattants des fractions les plus dures qui souhaitent continuer le combat est inconnu.

La même situation est-elle sur le point de se produire à Tombouctou ? Dans la seconde grande ville du Nord, où se montraient à la fois des combattants et responsables d’Ansar Eddine, mais aussi d’AQMI (notamment Abou Zeid, très présent à une époque encore récente), les groupes rebelles ont pratiquement disparu , selon un habitant joint sur un téléphone satellitaire dans les environs. Certains combattants d’Ansar Eddine, le groupe de rebelles qui a été le principal vecteur de l’offensive vers le sud de début janvier, seraient en train de se déplacer vers les zones accidentées de l’Adrar des Ifoghas, dans l’extrême Nord du pays, où s’est opéré une scission du mouvement. Une branche, dirigée par Alghabass ag Intallah, a créé le Mouvement islamique de l’Azawad (MIA), et annoncé son souhait d’entrer dans des négociations depuis Kidal.

Nul doute que l’exemple de Gao risque d’inspirer une partie des combattants des différents groupes armés. Les jours derniers, des frappes ont visé des objectifs du Mujao dans la région de Gao, et celle d’Ansongo, plus au Sud. Détectant les pick-ups en mouvements malgré leur camouflage de branchages, notamment grâce à la chaleur des moteurs, les tirs ont ouvert la voie de la ville sur plusieurs axes à la fois, tandis que des forces spéciales françaises avançaient jusqu’à la ville dès vendredi, et peut-être plus tôt.

Samedi, des troupes françaises, atteignaient Gao par la route de l’ouest, celle menant aux villes prises les unes après les autres au départ de Sévaré au cours des derniers jours : Douentza, Boni, puis Hombori (où deux Français avaient été enlevés en septembre 2010), Gossi où des éléments avancés étaient annoncés depuis quelques jours. Et enfin Gao. L’ensemble de la presse internationale est cantonnée à 600 kilomètres de là, dans la ville de Sévaré et ses abords.

Sur un second axe, au sud, les troupes tchadiennes, et peut-être nigériennes, ont avancé depuis le Niger voisin et atteint elles aussi Gao samedi. Dans tous les petites villes et villages des environs, les forces des rébellions islamistes semblent vider les lieux et prendre la fuite en évitant les agglomérations.

Depuis plusieurs jours, des responsables du Mujao se trouvent à Ouagadoudou, la capitale du Burkina Faso, pour tenter d’ouvrir un canal de négociation semblable à celui des dissidents d’Ansar Eddine. Acte désespéré ? Le conseiller d’un président de la région tranche : “Ansar Eddine, on est ouvert à des discussions avec une branche qui marque sa distance avec AQMI. Le Mujao, pas question.”

 

lemonde.fr/2013/01/26/

PARTAGER

44 COMMENTAIRES

  1. La France n’avait pas d’autre choix que venir au secour du Mali pour protéger ses resortissants. C’est cette même France sous Sarkozy qui a mit le feu dans notre pays en supportant le MNLA . Aujourd’hui elle vient en sapeur pompier sous Hollande car leurs enfants chou-choux le MNLA est en état de faiblesse face a d’autres groupes terroristes

    • 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

  2. les ingenieurs de la nasa et ceu 😀 x de googl satelite global vieuw ont des problemes pour reperer la piste d’atterrissage de l’aeroport Gao! whats going on here ! c’ 👿 est le sable ou koi? 👿

  3. la illah la ha illalah:Et tout l’argent que jai investi pour construire ce aeroport de Gao ! c’est le resultat ? barbu islamistes on se retrouve a l’enfer il faut me rembourse

    especes :mrgreen: :mrgreen: d’idiots

  4. Blanche neige en veut vraiment aux Maliens dè ! Il est toujours la si bien que je me demande s’il fait autre chose encore ! Tu as au moins du travail ou bien tu fais manche dans métro

  5. en voyant l’aeroport de Gao , çà me rappelle Roissy ….il y a 100 ans 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

    • franchement tu es un pauvre type. Tu n’a visiblement rien à faire que trainer sur ce putain de site. Le seul français que je connais de la sorte. Un français qui se sent mal avec les français et qui vient avec les maliens, les seuls à l’accepter, et pour les critiquer.

      • jeune soldat toi tu viens bien manger le pain des français en France ,pourquoi je n’aurais pas le droit de venir sur un site malien ?? çà ne mange pas de pain :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: et à 350.000 euros le missile que je paie avec mes impots ,j’ai meme doublement le droit 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

  6. Si IYAD part en Mauritanie il sera arrêté comme un de ces adjoints hier.Mais je crois surtout que les plaintes du Mali qui étaient faites au CPI prendront en compte toutes les extra-dictions.
    C’est le Burkina qui loge tout nos rebelles sans arrêter qui que ça soit.
    L’armée malienne reformée par l’UE prendra toute sa responsabilité inchallah contre nos mauvais voisins.

  7. Vu la determination des troupes en ce moment,Toumbouctou sera repris d ici ou avant lundi.la victoire est deja a nos portes

  8. je dit merci a la france est a la cedeao,
    mais le plus dure rest a faire,apres avoir libere le nord mali il faut
    la securise pour que ces bandit ne puisse pas y revenir
    la seul organisation qui na pas voulu aider le mali cest l.o.n.u la raisons je ne le sais pas,cette organisation a envoyer des millitaire
    a RDC pour dit on barre la rebellion du M23 sans aucune difficulte
    actuellement l,organisation des nations unis est meme entrains de changer sa mission de force d,interpositions en RDC a une force combatante contre le M23,mais au mali point des nation unis(deux poids deux mesures,mr,ban ki moon a meme peur que si son organisation aide
    le mali ses fonctionaires deviendront des cible pour les jihadist.
    alors les africains levee vous comme une seule homme unis pour defendre le mali est defendre l afrique toute entiere.
    vive la cedeao vive le mali est vive la france.

  9. Je sais maintenant d’où vient ce déchet humain qui se fait appeler blanche neige. Il est originaire des latrines d’où sont issus les cafards, scarabées, et tous les résidus que dame nature a bien voulu concocter.

    • @mbè faso fè:

      Je vois: vous êtes également originaire desdites latrines, et c’est là que vous avez rencontré blanche neige…..Je me disais bien que le forum puait de plus en plus au fur et à mesure que j’approchais de votre post.

  10. On a pas besoin de savoir qui a libere quoi, maliens, francais, chadiens, CEDEAO,ONU…etc C’est le monde entier qui est au chevet du Mali. Depart leur bravour, les force maliennes n’ont pu aller au front que derriere les troupes etrangeres.On se eappelle bien de se qui s’esr passe a Kona. Meme la France a besoin d’aide logistiques pour pouvoir rester au Mali. Merci a toute la comunaute internationale pour sa solidarite et contibution materiele. Donc salut a tous les soldats engages au front quelque soit leur nationalite.

  11. Ce pauvre con de journaliste homis subtilement d’ecrire que Gao etait aussi la pretendu capitale du pretendu Azawad de vos bandits du MNLA!!! Pas la peine de de vouloir dedouaner vos amis du MNLA, le monde netier connait la verité… 😉 😉 😉 😉

    • Ce journaliste décrit des faits, c’est tout. Inutile d’insulter gratuitement et, courageusement, de façon anonyme. “Vos bandits du MNLA” ? Mais comment peut-on penser que ce journaliste soutient le MNLA ? C’est hélas pour M. ou Mme ApemaMali faire preuve d’un esprit bien limité. Mais comme “le monde entier connait la vérité”, tout va bien…

  12. Nous disons “Grand Mali fier enraciné accueillant tu avais mis fin au nord à la ruée almoravide et tu vas mettre fin également au nord à la ruée de l’International Terroriste des Suppôts de Satan ou Dajal ou Antéchrist”

    Nous disons et l’avions toujours dit que le nord du Mali sera le tombeau de ces Suppôts de Satan

    Nous disons au personnel du monde touristique dans les zones nord du Mali de récupérer les carcasses des 4×4 les habits turbans chaussures barbes jambes bras (après qu’on est appliqué leur charia aux prisonniers pour vols viols crimes) de ces faux djihadistes Suppôts de Satan Satan fait humains adeptes et fidèles de Dajal ou Antéchrist de narcotrafiquants criminels proxénètes en rupture de banc d’algériens d’Aqmi d’enfants ingrats égoïstes paresseux impénitents assistés permanents de touaregs maliens Ansar Edine de tarés idiots criminels d’africains de Boko Haram Mujao et consorts en vue de la constitution du nouveau site touristique unique au monde

  13. On dit merci a dieu merci la france ma ville gao est libre merci a toi françois hollande que dieu te benice

  14. Nous disons que la zone nord du Mali aura bientôt 1site touristique de plus au grand bonheur du monde touristique malien car il sera unique au monde

    Nous disons que ce site s’appellera ‘le tombeau de l’International terroriste”

    Nous disions que ces « ramassis de voyous » détalent comme des lapins quand on met le feu et chauffe leurs fesses ou veulent vite mourir pour l’Enfer leur Paradis et donc ne sont point des foudres de guerre

    Nous disons vive les armées malienne française Tchadienne et Nigérienne

    Nous disons fiers intrépides soldats patriotes tels des tigres rugissez et bondissez sur les proies de faux djihadistes Suppôts de Satan fidèles et adeptes de Dajal ou Antéchrist déchiqueter les et expédiez les en Enfer leur habitat naturel

    Nous disons fiers intrépides soldats patriotes tels des hippopotames mugissez et foncez sur ces faux djihadistes Suppôts de Satan adeptes et fidèles de Dajal ou Antéchrist brisez les et envoyez les en Enfer qu’ils considèrent comme leur Paradis

    • Vive la solidarité international
      Pour un sahel debarassé de toutes formes de criminalités
      Soutiens a toutes les armées

  15. c’est dans la nature du malien la desertion ?? 2012 les soldats maliens desertaient en masse …………..2013 les maliens enrolés chez les djihadistes desertent aussi :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: finalement il n’y a qu’un malien qui ne voulait pas deserter c’est CMD ……mais il a été deserté contre son gré 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

    • IL FAUT RECONNAITRE QUE TU NA JAMAIS ETAIS EN POSITION DE FORCE SUR MALIWEB QUE CE DERNIERE TEMPS PARCEQUE LA FRANCE TON PATRIE SAUVE LE MALI

  16. La France doit rester forcément au nord
    Et à tessalit précisément. C est notre pays la France reste au temps. Qu ell veut
    Et même le pétrole du nord appartien ala France d exploiter

Comments are closed.