La classe politique au chevet de la situation sécuritaire du Nord-Mali : Les ténors de la classe politique à huis clos hier à l’Hémicycle

1
0

A travers une rencontre élargie à plusieurs leaders des partis, qui s’est tenue dans l’après-midi d’hier mardi 7 février dans la salle Haoua Kéita de l’Hémicycle, la classe politique malienne a circonscrit le projet de la tenue d’un Forum de réconciliation et de pacification. Le «Forum national pour la paix et la stabilité au Mali» doit se tenir à Bamako les 17, 18 et 19 février prochains sous la présidence du Chef de l’Etat, Son Excellence Amadou Toumani Touré. Une conférence de presse doit se tenir dans les prochains jours qui sera suivie d’une mise au point d’un plan de communication pour restaurer la confiance entre tous les fils du pays.

 

Pour apporter leur contribution dans le règlement définitif de la crise née des attaques armées lancées récemment par des groupuscules de bandits contre certaines villes du Nord-Mali, la classe politique malienne a décidé de jouer résolument sa partition.

C’est le président de l’Alliance pour la démocratie au Mali-Parti africain pour la solidarité et la justice (Adéma-PASJ) non moins candidat investi par cette formation politique majoritaire du pays à la présidentielle de 2012, Pr Dioncounda Traoré (président de l’Assemblée nationale) qui a tiré la sonnette d’alarme en attirant l’attention de certains de ses pairs chefs de partis représentés à l’Assemblée nationale sur les menaces qui planent sur l’unité nationale.

Réunis hier après-midi dans la salle Haoua Kéita de l’Assemblée nationale, les responsables des partis politiques ont passé en revue les propositions formulées la veille par les leaders mandatés par les partis représentés à l’Hémicycle, Tiébilé Dramé du PARENA et Choguel Kokalla Maïga du MPR. Ces propositions, faut-il le rappeler, ont trait à l’organisation les 17, 18 et 19 février prochains à Bamako d’un ” Forum national pour la paix et la stabilité au Mali “. Le document élaboré met l’accent sur la tenue d’une réunion d’information avec l’ensemble du corps diplomatique et les représentants des organisations internationales, l’exposé du projet à l’ensemble de la classe politique afin de demander qu’elle l’endosse.

Il est aussi question d’organiser une conférence de presse dans les prochains jours pour exposer les grandes lignes du projet de la rencontre, l’obtention d’un temps d’antenne sur la radio et la télévision publiques pour expliquer le projet, la mise au point  d’un plan de communication interne et externe, la rencontre des leaders religieux, des syndicats, des organisations de la société civile, des autorités coutumières de Bamako.  Il est aussi prévu qu’une délégation des acteurs politiques soit dépêchée sur Kidal pour rencontrer les leaders communautaires dont notamment Intalla Ag Attaher, Aménokal de Ifoghas. Une tournée sur les régions affectées par les  attaques des bandits armés, l’organisation d’une rencontre avec les députés et les conseillers nationaux des régions du Nord, la rencontre à Bamako avec les chefs de tribus Kel Tamasheq, les chefs des communautés arabe, songhoy et peule du Nord, l’envoi des délégations de leaders politiques dans des camps sont des actions inscrites au programme.

En droite ligne de ce forum, Dioncounda Traoré et les autres chefs de partis proposent aller à la rencontre des compatriotes réfugiés dans les pays voisins dont le Niger, le Burkina Faso,la Mauritanie. Enfin,  l’élaboration d’un budget prévisionnel du Forum est proposé. Le tout devrait être soumis à  ATT aujourd’hui.

Bruno D SEGBEDJI

djitosegbedji@yahoo.fr

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.
Trier par :   les plus récents | les plus anciens | les mieux notés
waritiki<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 604</span>
Membre
waritiki 604
4 années 7 mois plus tôt

de toute façon il n y a pas d opposition au mali a part mr marika

wpDiscuz