La situation semble s’apaiser entre la France et le MNLA

2
Bilal Ag Achérif, chef de la rébellion touarègue du MNLA,  (AFP)
Bilal Ag Achérif, chef de la rébellion touarègue du MNLA,
(AFP)

La France s’est retrouvĂ©e au milieu de tensions opposant le gouvernement malien et les rebelles touaregs, après l’arrestation de quatre membres du MNLA Ă  MĂ©naka par l’armĂ©e malienne. Les insurgĂ©s, eux, assuraient ĂŞtre tombĂ©s dans un piège des militaires français. Les autoritĂ©s se sont donc retrouvĂ©es dans une situation difficile entre d’un cĂ´tĂ©, les forces gouvernementales que la France soutient, et de l’autre cĂ´tĂ©, les touaregs avec lesquels les soldats français ont menĂ© plusieurs opĂ©rations. Les efforts de Paris pour rĂ©soudre cet imbroglio ont donc payĂ©.

Le communiqué a tout simplement disparu. Menaçant l’armée malienne, accusant la France d’être à l’origine des arrestations de Ménaka, le MNLA a fait marche arrière et retiré de son site Internet ce communiqué n°51, largement diffusé auprès des médias. À la place, le mouvement touareg indique attendre une clarification de la situation à Ménaka.

La France a visiblement mis la pression sur le MNLA pour calmer le jeu et éviter toute tension contreproductive en ces temps de guerre. Lorsqu’on lui demande s’il a été contacté par les autorités françaises sur ce dossier, un cadre du MNLA indique : « visiblement, oui ».

De son côté, le colonel malien Ag Gamou, qui a confirmé les arrestations d’Abdoul Karim ag Matafa et de trois de ses hommes, a également précisé qu’aucun transfert vers Gao ou Bamako n’était prévu pour le moment. Ces quatre éléments du MNLA n’apparaissent d’ailleurs pas dans les mandats d’arrêt émis par Bamako.

Au contraire, les cadres du mouvement azawadien, recherchés par les autorités maliennes, mais dans le même temps précieux contacts pour les forces françaises à Kidal, n’ont visiblement pas le droit à la moindre faute politique ou militaire. Un médiateur français tenterait, en ce moment, de trouver une solution à cet imbroglio. Une solution acceptable à la fois pour le Mali et pour le MNLA.

Par RFI

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. vraiment je vous demande de ne pas mettre la France dans une position difficile pour la liberation des otages.c’estpour ca que les militaires maliens ne sont pas Ă  kidal.les francais ne sont pas bĂŞtes.Laisser les obtenir les otages mĂŞmes si c’est avec le Mnla.Une fois les otages libĂ©rĂ©s nous regleront le cas mnla,vite fait.

  2. Pauvre RFI,toi aussi tu te fais embobiner par ces apatrides de Maliens Narco revenus de la Libye avc des Armes (MNLA)….biensur que ces prisonniers de guerre pris par l’ArmĂ©e Malienne seront acheminĂ©s vers Bamako et seront jugĂ©s.Sinon Ă  quoi serviront leur capture?Mais nĂ©anmoins joli coup de filet les gars!Vive la paix dans mon Pays!

Comments are closed.