Le rapport de la commission spéciale d’enquête sur les crimes perpétrés par les bandits armes à Aguelhoc remis, hier, au président de la république “Des combattants de l’Armée désarmés ont bien été arrêtés, ligotés, les mains au dos avant d’être froidement abattus”

6
4

C’est, en effet, la principale conclusion du rapport qui a été remis, hier au palais de Koulouba, au président de la République par le président de la Commission spéciale d’enquête sur les crimes commis à Aguelhoc, l’Inspecteur général Aliou Badara Diamouténé. Finies donc les rumeurs et autres supputations, il y a bien eu crimes contre l’humanité à Aguelhoc, les 18 et 24 janvier 2012, perpétrés par les bandits armés appuyés par des éléments d’AQMI sur des militaires de l’Armée nationale. Dans une déclaration à la presse, il est dit que “l’habillement de la plupart de ces combattants barbus et le mode d’exécution de militaires désarmés attestent la participation d’AQMI aux combats aux côtés du Mouvement National de Libération de l’Azawad (MNLA) lors des attaques des 18, 20 et 24 janvier 2012 contre le camp militaire, l’Institut de Formation des Maîtres et la ville d’Aguelhoc”. De ce fait, il est maintenant clair que le gouvernement du Mali est en droit de saisir les hautes juridictions internationales afin que ces criminels soient arrêtés et traduits devant la justice. En même temps qu’il faudra que des mandats d’arrêt internationaux soient lancés contre ces bandits et leurs commandataires tapis dans certains pays étrangers dits “amis du Mali”.

 

 

Après les crimes odieux commis par les bandits armés à Aguelhoc, les 18 et 24 janvier 2012, le gouvernement du Mali avait mis sur pied une Commission spéciale d’enquête pour faire toute la lumière sur ces actes de barbarie commis sur nos soldats dans la localité d’Aguelhoc, dans la région de Kidal. Hier, ladite Commission, présidée par l’Inspecteur général Aliou Badara Diamouténé et comprenant le Colonel-major Eloi Togo (Etat-major général des Armées), le Colonel Bekaye Samaké (Direction de la Sécurité militaire), le Colonel Lassine Doumbia (présidence de la République), le Colonel Satigui Moro Sidibé (Direction de la Justice militaire), le Lieutenant-colonel Ibrahima Maïga (Inspection générale des Armées et Services) et le Major Mamadou Diarra (Direction de la Gendarmerie nationale), a remis son rapport au président de la République, chef suprême des Armées, au palais de Koulouba.

Publier ledit rapport dans la presse internationale

Partie sur le terrain le 31 janvier 2012, les membres de la Commission spéciale d’enquête sur les atrocités commises à Aguelhoc ont mis dix jours à rassembler les preuves (Voir ci-dessous sa Déclaration). Après ce constat, la machine judiciaire doit se mettre en branle afin de confondre, dans les meilleurs délais possibles, les bandits coupables de ces crimes contre l’humanité.

Il urge également que l’Etat du Mali mette sur pied une autre commission d’enquête, internationale celle-là, dans le but de mieux éclairer la lanterne de l’opinion internationale. Le présent rapport devant être communiqué, lors d’un point de presse, aux médias à Paris, Bruxelles ou Londres. Car, en matière de communication, rien ne sert de faire un rapport et de le garder dans l’armoire. La guerre de la communication ayant un prix, le gouvernement se doit de payer ce prix.

De ce fait, le présent rapport, au lieu de le garder dans les armoires de la présidence de la République ou à l’Etat-major de l’Armée, il devra, au contraire, être rendu public dans la presse internationale. Et le plus tôt sera le mieux. Sinon rien ne sert de pleurnicher sur ce que les médias nationaux devront faire et qu’ils…ne font pas. Alors qu’on sait, au contraire, qu’ils en font beaucoup et bien. La question du nord étant un problème national, il requiert la participation de tous dans sa résolution. Encore pour dire qu’il y a une complémentarité : le rapport doit être publié dès maintenant dans la presse internationale.

Mamadou FOFANA

 

Déclaration de la Commission Spéciale d’Enquête sur les crimes commis à Aguelhoc

Après les attaques barbares et meurtrières de la localité d’Aguelhoc survenues les 18 et 24 janvier 2012, le Président de la République du Mali a instruit la mise en place d’une Commission Spéciale d’Enquête.

La Commission Spéciale d’Enquête présidée par l’Inspecteur Général de Police Alioune Badara DIAMOUTENE et composée d’Officiers Supérieurs Forces Armées et de Sécurité, s’est rendue sur   le terrain pour mener  les investigations nécessaires à la manifestation de la vérité sur les cas d’atteintes à la vie, à l’intégrité physique des personnes et aux biens.

A cette occasion, elle a pu recueillir des preuves et des témoignages des rescapés militaires et civils soutenus par des images qui attestent que des combattants de l’Armée malienne désarmés ont bien été arrêtés, ligotés les mains au dos avant d’être froidement abattus.

Des élèves et enseignants de l’Institut de Formation des Maîtres (IFM) de Aguelhoc ont été utilisés comme boucliers humains, par les assaillants en difficulté lors de l’attaque du 18 janvier 2012.

Ces élèves et enseignants, entendus par la Commission Spéciale d’Enquête attestent les faits d’atrocité commis sur des militaires désarmés.

Ces déclarations corroborent le mode d’exécution sommaire de combattants désarmés régulièrement pratiqué par AQMI.

L’habillement de la plupart de ces combattants barbus, le mode d’exécution de militaires désarmés, attestent la participation d’AQMI aux combats aux côtés du Mouvement National de Libération de l’Azawad lors des attaques des 18, 20 et 24 janvier 2012 contre le camp militaire, l’Institut de Formation des Maîtres et la ville d’Aguelhoc.

 

P/Commission Spéciale d’Enquête

Le Président

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.
Trier par :   les plus récents | les plus anciens | les mieux notés
douko<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 124</span>
Membre
douko 124
4 années 7 mois plus tôt

De toute façon les conclusions du rapport est claire donc feu vert a l’armée pour venger leur collègues égorges ou exécuter. Je demande a l’armée de déclare les zones de Gao Kidal et Tombouctou zones de guerre et de tire sur tout ce qui bouge sans faire de prisonniers. C’est la seule façon d’honnore la mémoire de nos martyrs. Aucune négociations avec ces bâtards. Nous allons tous nous prépare pour mettre fin a cette histoire une fois de toute.

djangoyatera<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 155</span>
Membre
djangoyatera 155
4 années 7 mois plus tôt

Vraiment ce pouvoir ou cet homme fait tout pour nous faire regretter le VRAI POUVOIR MILITAIRE du Général (un vrai) Moussa Traoré et sa bande de copains qui étaient vraiment des militaires et qui avec peu de moyens se battaient sur ces fronts du Nord.
Quelle guerre a fait ATT : AUCUNE
Les 2 contre le Burkina il n’était pas là,
Les rebellions passées, il n’était pas là etc…etc..;

L ARMÉE EST A L IMAGE DE CE QUI S EST PASSE A L EMIA ENTRE LES ENFANTS DE…soient disant RADIES mais qu’on va envoyer à l’extérieur faire DES formations « pointus » et au retour on dira que c’est des SPÉCIALISTES dont le pays a besoin etc…N’est-ce pas M. Kafounkouna ??????

adamaden 2<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 44</span>
Membre
adamaden 2 44
4 années 7 mois plus tôt

Je suis vraiment d’accord avec toi. on se retrouve à regretter le temps passé. ATT veut plaire à tous les maliens ce n’est pas possible. Ces gens là ont toujours été les privilegés de la republique avec des postes de conseiller melangé à toutes les sauces pour eux. Le mali est “un et indivisible” celui qui n’est pas d’accord on va l’eliminer. Car le mali est un pays pauvre , nous devons nous developpé et nous avons pas besoin de “frères traitres”

Niyefokoye<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 476</span>
Membre
Niyefokoye 476
4 années 7 mois plus tôt

Comme les autres rapports,il est déjà classé dans son tiroir.Le rapport devrait intervenir lorsque les bandits seront annéantis.Rappori, rappori et quoi après???

foudkg<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 427</span>
foudkg 427
4 années 7 mois plus tôt

” le Mali met sur pied une commission d’enquete internationale “……………et si depuis des années ATT avait envoyé Gamou et ses autres bidasses chasser AQMI plutot que de les laisser s’installer au Mali ???……mais bien sur ,il devait y avoir des complicités aux plus hauts niveaux ,eh bien on voit ou çà mene maintenant ❗ 😯

Filo<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 120</span>
Membre
Filo 120
4 années 7 mois plus tôt

On le savait déjà que AQMI est allié à MNLA dans cette guerre contre le Mali, c’est ATT qui les a laissé s’installer au mali depuis 2006 sans lever le petit doigt pour les empêcher.

wpDiscuz