L’occupation du nord du Mali a accru les tensions ethniques (HRW)

30 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Des combattants islamistes armés traversent à vive allure la frontière entre la Mauritanie et le Mali le 21 mai.

DAKAR – L’occupation du nord du Mali par des groupes islamistes armés et l`apparition de milices pro-gouvernementales pour les en déloger ont accru les tensions ethniques, a souligné jeudi Human Rights Watch (HRW) qui appelle les autorités maliennes à prendre des « mesures urgentes ».

L’organisation de défense des droits de l`Homme évoque dans un communiqué reçu à Dakar l`existence de « listes » de personnes vivant dans le Nord, susceptibles d`être victimes de représailles une fois que les forces gouvernementales auront repris le contrôle de cette zone occupée par les islamistes armés.

Ces listes ont été établies par « des milices pro-gouvernementales et des groupes de jeunes qui leur sont affiliés sur des bases ethniques », précise HRW, qui dit avoir recueilli des témoignages de personnes ayant participé à leur élaboration.

Selon HRW, ces listes visent « des combattants et des soutiens de factions qui ont participé à la conquête du Nord, ainsi que leurs +collaborateurs+ ».

« Des milices locales et des habitants ont préparé des listes de personnes qui devront payer, qu`elles soient rebelles, islamistes, trafiquants de drogue ou bien toute personne ayant profité personnellement de la souffrance des habitants », explique un membre de l`ethnie songhai présente dans le Nord, ayant eu connaissance de ces listes et cité par HRW.

Certains habitants craignent également que le déploiement d`une force armée internationale, qui doit être approuvé jeudi par le Conseil de sécurité de
l`ONU, favorise des actions de représailles de la part des soldats maliens qui participeront à l`intervention, en particulier contre les Touareg, explique HRW.

L`organisation rappelle notamment qu`au cours des derniers mois l`armée malienne a arrêté et détenu arbitrairement des Touareg et des membres de la
minorité arabe pour leur lien supposé avec les groupes armés dans le Nord.

HRW appelle le nouveau Premier ministre malien, Diango Sissoko, nommé la semaine dernière après la démission forcée de son prédecesseur sous la pression d`ex-officiers putschistes, à prendre des « mesures urgentes » pour mettre fin aux violations des droits de l`Homme par les forces de sécurité maliennes et limiter les risques de violences ethniques.

« Si elles ne sont pas prises en compte, ces violations vont gravement entraver l`organisation d`élections et feront empirer la situation dans le Nord », met en garde HRW.

SOURCE:  du   20 déc 2012.    

30 Réactions à L’occupation du nord du Mali a accru les tensions ethniques (HRW)

  1. Niyefôkoyesegou

    Comme cette organisation de merde connait déjà les personnes figurantes sur la liste, alors elle peut les trouver de l’asile pour elles.Soit qu’elle les arrête pour les juger elle même afin d’éviter ce qu’elle ne veut pas.Nous ne pouvons pas les entretenir de nos impôts après avoir massacrer nos frères, amis, pères de familles et époux.

  2. DOUC1

    Je pensais que HRW était une organisation responsable, mais je me rend à l’évidence qu’elle dit uniquement ce que ses bailleurs veulent entendre. Elle parle de liste noire sans pourtant prouver l’authenticité et la crédibilité de cette information. Au lieu de contribuer à soulager la souffrance de cette population du nord meurtrie, violée, humilié par le seul fait de certains individus égarés (le MNLA et Associés), HRW fait le contraire en supposant que ces bandits sont les victimes des autres ethnies du nord et de l’armée Malienne.
    Au vu de tout cela, il est encore temps que tous les maliens soufflent dans la même trompette et agissent ensemble pour la libération de notre cher Mali.

  3. Abdoooooooooo

    Escrot d’organisation qu’avez vous fait lorsque les membres racistes du MNLA ont publiquement reconnu les exactions contre les soldats maliens à Aguel hoc? Le combat du MNLA est connu de tous c’est le racisme ils ne veulent pas être administrés par les noirs pourtant majoritaires partout au Mali. Mais dans vos rapports vous l’évoquez jamais il n’y aura pas d’amalgame mais tous ceux qui ont participé à la chute du Mali s’ils ne sont pas punis par la loi seront traqués par la population.

  4. Chape

    De toutes les manières le massacre de militaires et des populations paisibles a commencé il y a longtemps au moment où le MNLA et ses alliés terroristes ont attaqué le MALI. Human Right Watch avait perdu sa langue en ce moment et maintenant leurs agitations ne nous empêcheront pas de rendre la monnaie: Œil pour œil dent pour dent.

  5. Toufan

    On ne doit même perdre notre salive à répondre à cette bande de racistes. Aucune liste n’a été établie. C’est une fuite en avant des Moussa Assarid et autres qui pensent eux mêmes qu’ils devront être fusiller pour haute trahison et violation grave des droits de l’homme qui pensent qu’il ya une liste pré-établie. De toutes les façons on aura pas besoin de liste pour les pendre un jour.

  6. Il y a eu déjà un genocide non denoncé par HRW à AguelHoc.Chaque jour dans la zone occupée par les bandits il s’y passe des crimes non denoncés. Et ces crimes ne puevent pas demeurer impunis. Leurs auteurs devront repondre.