L’opération d’intervention au Mali sera conduite avec des troupes combattantes exclusivement africaines (Quai d’Orsay )

6 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

La Cédéao se prépare pour libérer le Nord

L’opération d’intervention au Mali sera conduite avec des troupes combattantes « exclusivement africaines » et « une forte mobilisation » de l’Union européenne sur les plans financier et logistique, a annoncé vendredi le porte-parole du Quai d’Orsay, Philippe Lalliot, lors d’un point de presse.

Selon lui, le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté, le 20 décembre, le projet de résolution porté par la France sur le Mali. Cette résolution autorise le déploiement d’une force africaine au Mali pour permettre au pays de recouvrer son intégrité territoriale par la reconquête du Nord, tombé aux mains des « narco-terroristes » et en proie à des « fondamentalistes ». Elle « répond à l’appel à l’aide du Mali et aux attentes de nos partenaires africains » qui, au sein de la CEDEAO et de l’Union africaine, ont pris la direction des efforts internationaux pour résoudre la crise.

Le déploiement de la Mission internationale de soutien au Mali sous conduite africaine (MISMA) étant autorisé, la préparation du déploiement (génération de force, entraînement, déploiement effectif sur le terrain) doit s’engager sans tarder, a-t-il poursuivi.

La résolution permet aussi au Conseil de sécurité de rappeler clairement la nécessité de progresser sur le volet politique, que ce soit dans la poursuite de la transition ou dans la mise en place d’un processus de dialogue et de réconciliation inter-maliens, y compris vis-à-vis du Nord-Mali, a ajouté Philippe Lalliot.

Le déploiement de cette force prendra en compte un certain nombre de paramètres : niveau de préparation de la force, niveau de formation des armées maliennes, des considérations liées à l’environnement dans lequel la force devra éventuellement se déployer dans la partie nord du pays, des considérations d’ordre climatique également. C’est l’ensemble de ces paramètres, avec un certain nombre de rapports qui seront faits régulièrement, qui déterminera ou non le déploiement de la force, toujours selon Philippe Lalliot.

Il a précisé qu’il y a une autre force, celle déployée par l’Union européenne, avec son calendrier propre et un déploiement prévu à partir du premier trimestre 2013 pour une mission de formation et de conseil aux forces armées maliennes.

Par ailleurs, le président français François Hollande a déclaré, vendredi sur Europe 1, que le moment d’une intervention militaire au Mali « n’est pas imminent », soulignant la place du dialogue politique prévu dans la résolution 2085 adoptée jeudi à l’ONU.

Le Conseil de sécurité de l’ONU a autorisé jeudi une intervention militaire internationale sous conduite africaine chargée d’aider le Mali à combattre les groupes rebelles armés et terroristes dans le nord de son territoire.

Le Conseil de sécurité « décide d’autoriser le déploiement de la Mission internationale de soutien au Mali sous conduite africaine (MISMA) pour une période initiale d’un an », indique une résolution adoptée à l’unanimité par les 15 membres du Conseil.

Publié le 2012-12-22 09:58:38 | French. News. Cn

6 Réactions à L’opération d’intervention au Mali sera conduite avec des troupes combattantes exclusivement africaines (Quai d’Orsay )

  1. Sinankou , le sinankouya ne pourrait resoudre ce qui se passe au mali actuellement .
    D’abord , effectue un play back du passe , je veux dire les efforts de dialogue consentis depuis Feu MODIBO KEITA pere de la Nation malienne , paix a son ame en passant par moussa et en plus les deux experts de la DEMOCRATIE Alpha et Antoumana qui d’ailleurs ont tout degringole de part leurs stupidite de sinankouya ( Alpha et Antoumana )et de dialogue unitules .

  2. Koumba Sacko

    Nous rappelons que tout le monde sait avec 1brin d’honnêteté que l’armée malienne fut trahie par l’ex chef suprême des armées ex chef d’état et par les lettrés mutants des exécutifs d’ATT des députés partis politiques sociétés civiles Hommes en armes et religieux de l’ex mouvance « enfants ingrats égoïstes cupides bouffeurs voleurs impénitents des deniers publics » complices tacites avec la vente d’1partie du pays avec les faux accords d’Alger par l’affaiblissement de l’armée en la sous équipant en y introduisant des rebelles comme « cheval de Troie » en renforçant la force de feu des ennemis avec les déserteurs lâches de l’armée libyennes

    Nous disons donc à Dioncounda au Django malien aux lettrés politiques de l’exécutif actuel aux députés partis politiques sociétés civiles Hommes en armes et religieux pour 1fois de penser au Mali qui les a tant donné et laisser leurs comportements de la démocratie bananière des tropiques et 1) ne pas trahir l’armée 2) de bien équiper l’armée en matériels appropriés 3) d’extirper de l’armée les soldats et officiers qui ont été introduits comme « cheval de Troie »

    Nous disons bien que cela soit condamnable et regrettable l’affrontement entre les bérets vert et rouge dans 1passé récent a montré la hargne de combat des soldats maliens et qu’ils n’ont pas peur de mourir au combat quand il n’y a pas de traites parmi eux pour informer l’ennemi

    Nous disons partout à travers le monde dans les armées dignes et responsables les déserteurs quelque soit leur grade et valeur sont considérés comme des traites et lâches jusqu’à ce qu’ils soient innocentés après leur passage devant 1cours martiale ou 1juridiction militaire

    Nous disons donc que tous les officiers et soldats déserteurs de l’armée malienne sont des traites des lâches jusqu’à ce qu’ils passent devant 1cours martiale ou 1juridiction militaire comme cela se passe partout dans le monde au sein d’1armée sérieuse digne et responsable

    Nous disons également pour 1raison de stratégie de prudence et de rigueur ils ne doivent pas participer aux futurs combats quelque soit leur valeur et grade

    Nous disons en cas d’effectifs insuffisants l’armée doit faire appel aux réservistes

    Nous disons que les groupes de résistants et résistantes (appelés milices ou bandits de tout temps et partout dans le monde par les ennemis et leurs collabos) issus des zones sous occupation que sont les Gandakhoye et les Gandasho doivent participer à la libération comme cela se passe et s’est passé partout dans le monde quand 1zone est occupée par les ennemis aux fins d’avoir cette satisfaction morale (qui est 1sentiment humain normal) d’avoir mis hors d’état de nuire ceux qui ont commis des exactions et crimes sur leurs parents

    Nous disons que tout le monde sait avec 1brin d’honnêteté que depuis la nuit des temps jusqu’au dernier conflit Israёl Hamas aucune guerre n’est propre et ne sera jamais propre

    Nous disons que l’armée devra faire son travail sans aucun d’âme car ils ont à faire avec des êtres primitifs des Suppôts de Satan qui n’ont aucun respect pour quoi ce soit

    Nous disons donc que le temps est venu pour les maliens et maliennes fiers honnêtes aimants leur Mali de faire bloc autour de l’armée car cette guerre de libération est avant celle du peuple malien et de son armée et aucun soldat étranger en viendra se faire tuer pour 1cause qui n’est pas sienne et l’exemple récent de Goma en RDC est là pour le prouver

  3. Hombrien

    Ca c’est un médecin malien!!!

  4. Sans pisser

    DRAME DE LA VIE DE TOUS LES JOURS D’UN TOUAREG

    Hopital de Gao, jour de consultation, un Toureg enturbanné s’adresse au médecin avec anggoisse :
    Docteur, j’ai un problème. Un de mes testicules est
    devenu tout bleu! »…
    Le docteur l’examine rapidement et, perplexe:
    « Il va falloir vous opérer. On doit vous retirer ce testicule… Au plus vite !… »
    « Vous rigolez?! », lui répond le Touareg. « m’enlever une c… ? »
    Le médecin, impitoyable : « Bon, comme vous voulez. Si vous préférez mourir, à vous de voir! Il n’est
    pas question de rigolade ».
    Aterré, le patient se range à l’avis du médecin, et dès le lendemain, l’opération a lieu.
    Une semaine plus tard, l’opéré paniqué revient en consultation chez le même médecin: « Docteur, j’ai peur qu’on s’y soit pris trop tard !Je crois bien que le testicule qui me reste est en train de virer au bleu comme l’autre. » Le médecin constate, et à nouveau, conseille la couillectomie d’urgence.

    Bien qu’effondré, le Touareg voyant lui-même l’évolution du mal, se laisse convaincre. Dès le lendemain, la castration a lieu. Mais la semaine suivante, il faut bien se résoudre à l’évidence, le docteur n’en croît pas ses yeux : C’est le même Toureg avec son turban et son boubou bleu indigo qui est assis dans la file d’attente !

    Quand arrive son tour, Ag Machin bredouille terrorisé : »Cette fois Docteur, c’est mon sexe qui devient tout bleu!!!! »
    L’examen du médecin aboutit est sans appel: Cette fois, il va falloir procéder à une bittectomie !
    Une quoi ??
    Une amputation du pénis… « Mais enfin docteur, c’est impossible. Comment vais-je faire pipi????

    « Oh, mais ce n’est pas si grave que ça en a l’air: on vous greffe un tuyau de plastique dans l’urètre, et hop! » Résigné, le Touareg, déjà allégé de ses « sœurs jumelles » (il songe avec amertume qu’il s’appelle désormais Walet)est émasculé dès le lendemain ; Il pense enfin en avoir définitivement terminé avec les amputations… sauf qu’une semaine après l’opération,
    il revient chez le médecin pour se plaindre:
    « Docteur, même le tuyau de plastique devient bleu! »
    « Quoi???? Là, vous blaguez ! Le tuyau plastique ? »
    « Je vous dis qu’il bleuit! Qu’est-ce que ça veut dire docteur? »
    L’examen du médecin est un peu plus méticuleux cette fois-ci, et finalement aboutit, ce dernier se frappe le front et éclate d’un grand rire !!! Aaaaaah J’AI COMPRIS !!! Claque complice sur l’épaule de Ag Machin:
    Vous allez rire ! C’était juste votre boubou bleu indigo qui déteignait! :-D :-D :-D :-D :-D :-D :-D :-D

    • Hombrien

      ca c’est un médecin malien

      • Sinankoun

        Une jolie blague en ces temps tristes, que le sinankounya revienne de plus belle afin qu’on puisse se moquer les uns des autres sans AK47 et mines. Vive le dialogue et la paix au Mali.

        A bas la guerre vive le dialogue. Notre tradition est de palabrer jusqu’à ce que l’un cède et non pas de fusiller les frères et soeurs. An ka tèrèmé fo an ka bê a la.